Pages

lundi 30 juillet 2018

Notre semaine coschooling (30/18)


C'est une semaine assez compliquée qui s'achève, ponctuée pour ma part par de gros gros coups de fatigue - mon corps et mon esprit lâchent, au moment où il faudrait que je commence à me projeter la préparation des vacances et la mise en route de divers projets professionnels ... 😔 Mais peut-être cet état général n'est-il que le contre-coup des très (trop !) grosses chaleurs. Je n'ai pas pour habitude de me plaindre du temps, non ! Mais quatre semaine de canicule, c'est épuisant - et comme nous sommes privés de piscine à cause d'un gros bobo au genou d'Antonin ...

M'enfin, ça ira mieux quand nous aurons migré 800 km au Nord ... 😉

En attendant, voici un aperçu de nos petites activités de la semaine :

1. Créativité


Qui dit créativité, dit "résolution de problème" ! 😊

C'est lorsqu'ils sont le plus libres que les enfants vivent ce corps à corps avec la matière qui questionne tant.

Deux exemples cette semaine : lors d'une séance de pâte à modeler, ils font le choix de se représenter "comme sur un dessin", en deux dimensions, donc, à plat. Antonin se prend au jeu, veut ajouter des détails : un portique, un ballon ... Un doute le prend. Il demande alors à sa sœur :

"Pour faire un ballon, je fais une boule ou un disque ?
- Un disque, répond Louiselle après quelques minutes de réflexion. Sinon, ça n'ira pas avec le reste."

C'est tout bête, hein, mais j'adore. 😊


Autre grand moment : les enfants décident de confectionner un moulin à vent : après quelques tâtonnements, ils y parviennent assez bien ... sauf que leur prototype ne tourne pas quand on souffle dessus. Bon, à cette heure, ils cherchent encore, et je me garde bien de les mettre sur la voie, de quelque manière que ce soit ... 😉

2. Développement personnel

Histoire d'ailleurs


Il y a un livre qui compte beaucoup pour nous, c'est Histoire d'ailleurs, de Darmachari Nagaraja. Je ne crois pas vous en avoir déjà parlé par ici, pourtant nous avons ce livre depuis cet hiver (date de la photo ci-dessus, d'où les fruits de saison ... 😉). Voilà donc plus de six mois à présent qu'il nous suit au quotidien. Il s'agit, n'ayons pas peur des mots, de contes "moraux" : l'enfant découvre, à travers des histoires simples et modernes, des petites "leçons de vie" qui l'amènent à réfléchir sur les valeurs humaines. 

Chaque histoire est illustrée par une seule grande image, sorte de synthèse qui reprend tous les éléments du conte. Mes enfants adorent s'y promener : ils la décrivent et reconstruisent ainsi  les péripéties de l'histoire. Mis à part le fait que je ne suis pas fan du style des dessins (mes enfants eux, les trouvent "trooop beaux", et c'est bien le principal !), je trouve ce concept génial !

Voici un livre précieux, et plutôt rare dans son genre à ma connaissance !

Yoga


Beaucoup moins de football et de badminton cette semaine - la canicule a raison de nous. On se contente de pratiquer notre yoga à l'ombre. Je profite de l'été pour ancrer de nouvelles habitudes personnelles : tous les jours, au réveil, j’exécute cinq salutations au soleil, suivies des Cinq tibétains. Mon objectif est de gagner en vitalité, vous l'avez compris ! 😁

Ma petite famille n'en perd pas une miette. Mon homme et mes enfants (qui n'ont pas besoin, eux, de gagner en vitalité !) pratiquent avec moi dès que possible. Chacun a ses défis : Antonin s'exerce à réaliser de belles chandelles en veillant au bon alignement des vertèbres, et Louiselle est plutôt branchée poirier - sans "coup du lapin" si possible... On avance !

3. Nature morte


Cette semaine, alors que nous feuilletions notre Taschen dédié à Van Gogh, la conversation est tombée sur les genres picturaux. Les enfants ont passé en revue toutes les œuvres de l'album en s'exclamant : "Portait !", "Nature morte !", "Paysage !" selon la nature du tableau observé. 😊 Un chouette moment !

Nous avons observé que dans le cas des Nature mortes, l'artiste arrangeait les objets d'une certaine manière, les mettait en scène à travers une organisation. "Ah, ben on pourrait faire une Nature morte, nous aussi," a proposé Antonin. Aussitôt dit, aussitôt fait, les enfants ont choisi de parodier La Nature morte aux citrons avec ce qu'ils avaient sous la main. Ensuite, j'ai voulu proposer aux enfants de photographier leur œuvre (la Nature morte est aussi un genre photographique), mais ils n'ont rien voulu entendre et ont souhaité peindre leur tableau. Cela m'a épaté, je trouve cet exercice tellement difficile ! 😮


4. Sciences

Au jardin


Je me suis décidé en début de semaine : j'ai commencé un "journal de mon jardin" - qui trouve sa place, dans les faits, dans notre "Journal de la Nature" : j'y note très rapidement ce que j'ai planté, où, et à quel moment la récolte est prévue. Toute mon enfance, j'ai vu ma tante tenir ce genre de cahier, je m'y mets enfin ! J'espère éviter ainsi les désagréments du genre : "Ah ben zut, j'avais déjà semé ici, je viens de tout fiche en l'air ..." 😅 Et puis, je vais y voir plus clair dans la rotation de mes légumes - j'ai vraiment des progrès à faire sur ce point ! Cette année, je n'ai réussi à faire pousser aucune salade, mon légume préféré, dont mon potager est d'ordinaire si généreux !!! C'est parce que je n'ai pas respecté la rotation des cultures, mais cela me sert de leçon, je vous le dis . 😊

Allez, j'en profite pour partager nos "lectures jardinage" du moment ...

Plutôt "pour enfant" (quoique ...) :

- La terre qui nous nourrit, Gallimard Jeunesse, coll. "Encyclopédie de Benjamin", 1999. Un chouette documentaire déjà un peu vintage, dégoté en vide grenier pour quelques centimes. De belles illustrations en doubles pages, et un angle d'attaque pertinent : d'où viennent nos aliments ? La thématique déborde donc largement l'agriculture, puisqu'on y aborde aussi la production de viande, de miel, de sel ...

- Nature Anatomy, Julia Rothman, Storey ed., 2015 : Le meilleur livre de Julia Rothman n'a pas encore été traduit en français ... Je l'ai donc acheté dans sa version originale - et on fait d'une pierre deux coups en bossant notre anglais  ! 😄 Voici un petit manuel d'une grande qualité, qui explore le monde naturel via des schéma aussi scientifiques que poétiques (de la formation des montagnes au cycle de vie du champignon, en passant par les différents types de plumes ...). Un régal.


Plutôt "pour adultes" (mais, bon ...) :

- Faites tourner ! , Blaise Leclerc, Terre Vivante, 2016 : Mon livre de chevet du moment. L'exemple de rotation sur 6 ans présenté en pages 32-33 vaut à lui seul son pesant d'or. 

- La permaculture dans un petit jardin, Kurt Foster, Ulmer, 2014 : J'emprunte les livres sur la permaculture à tour de bras à la bibliothèque et j'aime bien celui-ci qui déploie un exemple d'expérience concrète. Cependant, le jardin en question est pas si "petit" - il est plus grand que le mien, et je n'ai pas l'impression, vu le travail qu'il me demande, d'avoir un "petit" jardin ! J'aime particulièrement le chapitre sur la planification du terrain, qui donne des exemples de plans concrets.

- Jardiner dans 1 m², Larousse, 2016 : encore un emprunt à la bibliothèque. Il s'agit d'un manuel complet et clair sur la culture en bac et toutes ses variantes. Comme nous avons également un balcon, sur lequel nous faisons pousser concombres, piments, poivrons et raisins, le sujet nous intéresse beaucoup. J'aime particulièrement la partie des "projets pour mini-jardin", qui propose très concrètement des compositions évoluant sur plusieurs saisons. 

- Petit ABC Rustica du potager bio, Rosenn Le Page, Rustica éditions, 2016 : celui-là, il est à nous, c'est notre bible, et même les enfants se plongent dedans longuement. C'est le manuel de base parfait, qui consacre une fiche technique à chaque légume sur plusieurs page : les gestes à opérer (planter, pailler, tailler, récolter, composter ...) sont illustré au pas à pas, doublés d'un calendrier précis : on sème le chou chinois à la mi-juillet, on éclaircit quinze jours plus tard, on paille dès la fin juillet, on récolte à partir de septembre, etc. Pour chaque plante, l'auteure nous explique comment produire nos propres semences, c'est un vrai plus !

Dessin d'observation


Au jardin, j'ai toujours deux précieux petits aides ... Ce mois-ci, nous avons récolté nos pommes de terre (quelle fête, chaque année !), semé des haricots sur les emplacements libérés et tenté un énième semis de mesclun. Nous cogitons sec sur la transition avec les plantations d'automne, et en attendant : nous dessinons les feuilles du jardin en famille. Le plus doué, c'est Papa, mais ses rejetons ont de qui tenir ... 😉

Le chant des oiseaux


Identifier les oiseaux, c'est aussi (et dans la plupart des cas, surtout) les reconnaitre à l'oreille : voilà des mois que je cherchais un bon disque de chants d'oiseaux, et je l'ai trouvé !  Les oiseaux, de Laurent Spanneut présente 42 cris d'oiseaux assortis d'un petit commentaire. C'est bien senti, rythmé, on ne s'ennuie pas, on apprend plein de choses et on écoute de A à Z, comme on lirait un bon documentaire. Un immense coup de cœur !

La chasse aux papillons


Pas facile-facile de réussir à capturer les papillons au filet, hein ? Mes enfants y parviennent depuis quelques semaines seulement - enfin, ce sont surtout les piérides, un peu pataudes, qui se laissent attraper, car les machaons et les nacrés sont d'une vivacité, ouch ! ... qui n'a d'égale que leur beauté. Les enfants essayent ensuite de mesurer leurs prises (c'est quasiment impossible, parce qu'elles bougent dans tous les sens, mais c'est fun), puis de vérifier dans notre guide de référence si la taille estimée est plausible ou non ... avant de relâcher l'individu. Bon vent !

Un p'tit nouveau dans l'atelier


Vous avez vu ce magnifique squelette en plastique, haut de 85 cm et d'une solidité à toute épreuve ? J'ai profité d'une réduction indécente pour l'acquérir, et nous sommes en amour ... 😍

Le livre 1,2,3, On bouge ! consacré au squelette est donc lu en situation - nous nous interrompons à chaque phrase pour compter les vertèbres, mesurer le fémur ou observer l'articulation de la mâchoire ...

Nous cherchons un p'tit nom à notre nouveau compagnon, si vous avez des idées !?

Bonne semaine chez vous ! 😊

vendredi 27 juillet 2018

Jeux d'addition (avec de simples cartes)

Mieux que les devoirs de vacances : les jeux en famille !! 😄

Nous partons bientôt en vacances et je crois que nous voyagerons léger : il se peut qu'en terme de jeu,  nous n'emportions qu'un jeu de cartes classique ... Mes enfants sont accros à la bataille (moi, beaucoup moins ... 😩) et aux solitaires. Depuis quelques mois, nous testons aussi de petits jeux mathématiques, glanés ici ou là, que nous adaptons parfois au fil des parties pour les rendre plus intéressants. 

Je voulais partager aujourd'hui nos trois jeux favoris du moment : ce sont des jeux d'additions, qui permettent de réviser très efficacement les tables d'addition ou les compléments à 10. Ce sont aussi des jeux de stratégie, vous verrez ! , et en tant que tels, ils musclent la capacité à résoudre des problèmes ...


Antonin (7 ans) et Louiselle (6 ans) les réclament tous les jours - quand ils ne sont pas en train d'inventer leurs propres jeux, dont ils testent les règles lors d'interminables parties ... C'est fou ce qu'on peut s'amuser avec un bête jeu de cartes !!

1. Mon petit œil voit ... (Idéal GS/CE1)


Le jeu se joue à deux, avec un jeu de cartes dont on a écarté les Jokers et les figures. Il reste donc 40 cartes, que l'on mélange et aligne de la manière suivante :


Le premier joueur choisit deux cartes placées côte à côte, sans les dévoiler, et additionne mentalement leurs valeurs. Par exemple, s'il choisit un As et un 7, il annoncera : "Mon petit œil voit deux cartes dont les valeurs additionnées donnent 8 !".

L'autre joueur cherche alors toutes les cartes posées côté à côte qui répondent à ce critère. S'il en trouve plusieurs, il les gagne toutes ! Par exemple, il va gagner l'As et le 7 en question s'il les repère, mais aussi deux 4, un 5 et un 3, etc. Les cartes considérées doivent être côte à côte horizontalement ou verticalement (mais pas en diagonale).


Quand le joueur n°2 a récupéré toutes les cartes répondant à la somme annoncée, les rôles s'inversent : il annonce une somme, et c'est le premier joueur qui essaie de repérer un maximum de combinaisons. Le vainqueur est celui qui a le plus de cartes à la fin.

N.B. Lorsqu'un trou s'est créé entre deux cartes, on considère que celles-ci deviennent voisines. On peut même déplacer les cartes pour les resserrer, lors du dernier tiers de la partie, afin de rendre les association plus visibles.

2. Le "Qui-font-cent" (Idéal CE1/CE2)


Le jeu se joue avec un jeu de cartes classiques, dont on extrait toutes les figures et les 10. Les jokers sont conservés, et représentent le 0. Les as valent 1. Mélangez le jeu et distribuez 6 cartes à chaque joueur.

Chaque joueur regarde son jeu et choisit 4 cartes de manière à construire 2 nombres à 2 chiffres.

Par exemple : j'ai reçu les cartes 1, 0, 2, 3, 6 et 6.


Je vais composer les nombres 63 et 26 - car 63 + 26 = 89.


Chaque joueur propose ses deux nombres et on les additionne. Le joueur qui obtient le résultat le plus proche de 100 a gagné.

Lors de cette même manche,  Antonin (qui a, en général, de la chance au jeu !) a reçu : 9, 1, 0, 2, 5 et 7.


Il choisit de composer les nombres 79 et 21 = 100.


Il obtient un point, les cartes que nous avions en main sont défaussées, et nous distribuons 6 autres cartes à chaque joueur. Lorsque l'un des joueurs obtient 10 points, il est déclaré vainqueur.

Notez qu'on a tout à fait le droit de dépasser 100 : si j'obtiens 101 et Antonin 103, c'est moi qui remporte le point. 

Variante pour les plus jeunes : le "Qui-font-dix" (Idéal GS/CE1)


Lorsque nous jouons avec Louiselle, nous ne distribuons que 4 cartes : chaque joueur choisit deux cartes de manière à ce que leurs valeurs additionnées donnent un résultat le plus proche possible de 10

Ainsi, si je reçois les cartes suivantes :


Je sélectionnerai le 8 et le 2 ! Qui dit mieux ? 😊

N.B. Ce jeu se joue très bien en voiture, pour peu qu'on ait de quoi écrire dans la boite à gants.

3. Le trente-et-un (Idéal CP/CE1)


On ne conserve du jeu de cartes que deux couleurs, de l'As au six, et on les dispose ainsi sur la table :


Le jeu se joue à deux, de la manière suivante :

Le premier joueur choisit une carte, dont il énonce la valeur à haute voix (par exemple : "Six") avant de la retourner face visible contre la table.

Le deuxième joueur choisit une carte à son tour (par exemple "Cinq") et prononce le résultat de la somme des deux valeurs (ici, par exemple : "Onze", car 6 + 5 = 11).

Le premier joueur choisit à nouveau une carte (par exemple "Quatre") et annonce le résultat ("Quinze", car 11 + 4 = 15) en la retournant contre la table.

Les cartes retournées ne peuvent plus être utilisées.

Le gagnant est celui qui obtient 31 pile ou qui oblige son adversaire à obtenir un résultat supérieur à 31...

Enjoy ! 😊

mardi 24 juillet 2018

Printable : Miro et Pollock

Bonjour à tous !

Petit passage éclair par ici pour partager les dernières cartes de nomenclature en date : je profite d'un moment de calme dans la maison pour prendre un peu d'avance sur nos prochaines études artistiques. Au programme aujourd'hui : l’œuvre de Miro, et celle de Pollock !


Ces corpus ne se veulent pas exhaustifs : chacun d'eux comporte 10 cartes (dont un portrait photo de l'artiste) et devront être croisés avec d'autres sources (livres d'art, expositions ...). Les œuvres ne sont pas nécessairement sélectionnées parmi les plus connues : j'essaie de balayer toute la carrière de l’artiste (œuvres de jeunesse, de maturité, etc) et de faire en sorte que chacune des œuvres représentées soit un point de départ vers un  maximum d'associations (avec d'autres œuvres, d'autres courants ...).






Bon, je vous laisse, car je commence à trouver ça louche, tout ce calme ... J'ai laissé les enfants dans l'atelier, en pleine séance de pastels secs en totale autonomie ... Il se peut fort que j'en retrouve un peu partout ... 😁


P.S. Ah, si, tout de même, avant que nous nous quittions, je partage avec vous ces tuyaux d'une lectrice parisienne (merci Kristina !) :

- Je cherchais l'exposition artistique des vacances, celle qui allait nous laisser un souvenir impérissable ... Je l'ai trouvée ! Ce sera une visite au très bel Atelier des Lumières, qui a ouvert récemment et qui propose de mettre en scène des œuvres de maitres en les projetant dans une salle immense, sur des murs ou sur l'eau ... Klimt et Hunderwasser sont au programme jusqu'en novembre, et je crois que nous allons passer un moment d'une magie profonde !

- Je glisse aussi le lien vers le site des visites de Judith qui propose de SUPER visites (musées, sites ...) aux enfants sur Paris ... Enjoy ! 😊

lundi 23 juillet 2018

Notre semaine coschooling (29/18)


La deuxième semaine des vacances s'achève ... On trouve notre rythme !

Retour sur nos p'tites activités de la semaine :

1. Vie de famille


Anticiper l'hiver



La grande affaire, cette semaine, a été la livraison de notre bois de chauffage. C'est toujours un évènement important de notre été : d'abord parce qu'il fascine. Un camion vient nous livrer dès le matin et manœuvre minutieusement pour déverser le contenu de sa benne au plus près du jardin. Le tas de bûche en vrac occupe un volume impressionnant !

C'est ensuite un rendez-vous saisonnier, puisqu'il a toujours lieu au cœur de l'été, mais qu'il annonce l'hiver. Difficile de croire, en pleine canicule, que nous brûlerons tout cela cet hiver !! Et pourtant ...


C'est enfin la satisfaction de l'effort en famille : tout le monde s'y met, il s'agit de tout transporter jusqu'à l'abri à bois au fond du jardin. Cette année, nous avons battu notre record : livré à 7h30, tout était rangé à 14 h ... Il faut dire que nos petits aides commencent à être rudement efficaces !

Dormir à la belle étoile



Cet été, j'ai promis aux enfants que nous dormirions dehors toutes les nuits de canicule ... Merci à notre balcon de nous permettre de dormir à ciel ouvert tout en nous épargnant le contact du petit peuple grouillant du jardin ... 😁 La semaine dernière, nous avions réussi à voir le satellite Iridium 66 : ses panneaux avaient reflété les rayons du Soleil à 21h43 et sa trajectoire était devenue visible ... Cette semaine, nous avons vu apparaitre, dans l'ordre, d'ouest en est, Vénus, puis Jupiter, puis, un peu plus tard, Saturne. Ensuite toutes les étoiles se sont allumées rapidement dans le ciel ... et les enfants se sont endormis.


Surveillez le ciel, il y aura une très belle éclipse de lune vendredi prochain !!

Cuisiner pour la semaine



Côté cuisine, j'ai réalisé un de mes projets de vacances : tester le "batch cooking", vous connaissez ? Le concept, c'est de consacrer une heure ou deux à préparer ... six repas d'un coup. 💪 Nous avons réalisé la procédure proposée par Chocolate et Zucchini qui m'a permis d'écouler pas mal de légumes du jardin. En plus, mes petits marmitons ne se sont pas découragés et se sont chargés de l'énorme ratatouille de A à Z (ce qui m'a permis de finaliser une tarte à la groseille en plus de tout le reste ...).

Concernant le Batch cooking, un livre vient de sortir chez Hachette : "En deux heures, je cuisine pour toute la semaine". Je veux bien des retours si vous l'avez testé ! Le site Femme actuelle offre une semaine de menus selon ce livre, je vais sans doute m'en inspirer prochainement ...

Grandir



Du nouveau, en terme d'aménagement, dans l'atelier ... Saurez-vous trouver quoi 👆 ?

Oui, j'ai changé la table de travail ! Nous voilà passés de la taille "bébé" à la taille "enfant" - il était temps ! J'ai simplement posé une grande planche sur des tréteaux que j'ai raccourcis d'une dizaine de centimètres seulement. Qu'ils sont grands, mes petits !!

2. Bienveillance



Cette semaine, nous avons repris notre séance "Histoires de cœur", vous vous souvenez ? 

C'est le genre de séance qu'on peut proposer régulièrement (tous les ans ?) : les enfants sont heureux de retrouver des activités qu'ils ont aimé, et puis, on enfonce le clou. La bienveillance ne se construit pas en un jour, n'est-ce pas ? 😉

J'ai réalisé en proposant à nouveau cette activité qu'il manquait une version imprimable de cette séance - je l'ai donc ajoutée, elle est disponible ICI et dans le corps de l'article concerné.

3. Musique



Cette semaine, nous avons travaillé le rythme très simplement, grâce à ce petit jeu de cartes imprimé chez Mitsouko au CP. Nous lançons le métronome et frappons une petite phrase rythmique pendant quelques minutes. Les enfants alignent librement les cartes sur un tapis ou une table, et forment ainsi une séquence que l'on chante (« Noir' - deux'croch - noir' » !, par exemple) en même temps qu'on la frappe.


Pendant que j'y suis, voici les méthodes et partitions que nous utilisons pour l'étude du piano - ce n'est que de la récup' et de la seconde main, je vous préviens ! Je possède la Méthode rose depuis très longtemps et j'y suis très attachée, mais il faut bien admettre qu'elle est difficile pour les jeunes débutants (mais parfaite pour un débutant adulte !). On peut lui reprocher aussi d'être sooooo classic ... et de dater un peu. Notre cœur va plutôt à Piano Adventure : c'est en anglais, certes (mais la musique est un langage universel, n'est-ce pas?) ; quant au reste, il a tout pour plaire. Les morceaux sont superbes et progressifs, il propose de petits exercices de solfège bien pensés ... Antonin l'aime beaucoup !

Notre magasin de musique liquidait un certain nombre de vieilleries à un euro pièce. Ce fut l'occasion d'acquérir "Piano Playtime Studies", soit 28 petites partitions simplissimes, et les "Petits cahiers" de Marie-Hélène Siciliano : il s'agit de dictées de notes, à chanter avec un petit carillon. Vous voyez enfin notre petit cahier de solfège, dans lequel nous collons ou écrivons des exercices ou petits morceaux que les enfants réclament.

4. Vie pratique


Manipuler



Dans l'atelier, le géoboard a la cote ...


... ainsi que le jeu du marteau ...


... et les Aquarellum ! Les enfants sont à présent complètement autonomes pour fabriquer leurs couleurs. Il faut dire que leur papa leur a donné un cours très poussé sur la manière dont il faut rincer les pipettes pour ne pas troubler les couleurs de départ. A présent, ils maitrisent !


La construction d'un nichoir Melissa  & Dough a été finalisée cette semaine ... Nous cherchons à présent le meilleur emplacement pour le suspendre !

Se brosser les dents



Comment gérez-vous le brossage des dents de vos enfants ?

Ici, tout le monde est équipé de brosses à dents électriques Oral-B - je suis persuadée qu'elles sont une vraie aide à l'autonomie et à l'efficacité. Néanmoins, je me charge tout de même du brossage intégral une fois par jour, le soir en général. On ne rigole pas avec la santé dentaire !

J'ai senti qu'une petite mise en situation concrète pouvait aider les enfants à visualiser la technique d'un brossage efficace. Cela fait des années maintenant que je leur montre et leur explique ce que je fais et dans quel ordre, mais projeter devant soi permet de mieux visualiser ce qui se passe dans notre bouche ... hors de notre vue. 

Nous avons construit rapidement une tête de crocodile en carton. Les dents sont composés de flocons de calage à base de maïs de récupération : comme les Playmaïs, ils collent au carton quand on a trempe leur base dans l'eau.

Notre crocodile s'appelle Crocro Cracra. Il est assez sale - d'ailleurs ses dents sont toutes vertes, voyez ? Ce n'est pas sa faute : il ne sait pas faire. Qu'à cela ne tienne, hop, nous allons lui montrer. 😊

On commence par diviser mentalement la denture en quatre parties égales :



On se concentre sur un quadrant à la fois : la brosse à dent se pose sur une dent de la manière à ce que la brossette ronde enveloppe la face dentaire. On compte jusqu'à 3 avant de passer à la dent suivante. On brosse ainsi d'abord les faces extérieures, puis les faces intérieures, et enfin le dessus des dents.


Ouf, les dents de Crocro Cracra reluisent à présent de propreté (je crois qu'il va falloir lui trouver un autre nom ... 😄).


Observer les insectes



Les insectes de notre jardin ont une fâcheuse tendance à bouger dans tous les sens. Si. Il en résulte une certaine frustration des enfants lorsqu'ils se mettent en tête de les dessiner ... 😁


Nous avons donc utilisé notre collection d'insectes en plastique pour mener à bien notre séance d'observation. Chaque enfant a choisi une figurine Insct Lore et nous avons listé les différences et les similitudes entre elles deux.


Nous avons décrit les lignes, les formes et les couleurs de chaque insecte choisi, puis les enfants ont commencé à dessiner. Attention ! On essaie de dessiner en grand-grand-grand sur le papier, de manière à prendre toute la place !


Et pour se détendre après cet effort d'observation fine, les enfants ont choisi de colorier leurs bestioles avec des couleurs super-fantaisistes ... Na !

Réaliser son auto-portrait



Ceux qui me suivent sur Intagram le savent : j'avais déjà proposé cette activité l'hiver dernier. Les photos ci-dessus date d'ailleurs de cette séance, car je n'ai pas pris de photos cette fois-ci.


Les enfants commencent par se photographier mutuellement, puis j'imprime chacun des portraits en en supprimant la moitié. Le visage est ensuite complété au dessin ... Essayez, vous verrez, vous vous amuserez bien, et vos enfants en redemanderont ! 👍

6. Jeux


Les peluches et les cabanes de couvertures ont été les jouets préférés cette semaine. Et les figurines, donc ! Car comme dit Antonin, 7 ans : "Quand je commence à imaginer des histoires avec les figurines, je ne m'arrête jamais !!" 😊


Et le jeu de société favori cette semaine, est ... (roulement de tambour ...) : le Rummy !! Totalement boudé par Louiselle, 6 ans, mais son frère est accro ! 😊

Bonne semaine chez vous ! 😊

vendredi 20 juillet 2018

Parlons Anglais ! ( + Printable )


Vous ai-je déjà parlé de "Je donne ma langue au chant !" ??

C'est un CD que j'ai acheté il y a longtemps déjà et que nous utilisons depuis des années ... Alors, c'est sûr, j'ai déjà dû vous parler de lui !! 😄

Il s'agit d'un projet assez étrange : ce n'est pas vraiment d'une méthode pour apprendre à parler anglais. Au sens propre, il s'agirait plutôt de le chanter ... Il ne s'agit pas d'enseigner l'Anglais dans son intégralité en trois CDs. Vous n'y trouverez pas de progression garantie sur facture "simple, rapide et efficace". Les auteurs ne se glorifient pas d'enseigner à votre enfant un panel lexical exorbitant, ni de lui proposer des exercices de grammaire ou de conjugaison.

Ce  programme linguistique (car c’en est un, néanmoins, et un bon !) s'appuie sur :

- le plaisir. On met le disque, on chante, on danse, on mime. L'enfant associe l'apprentissage de l'anglais à un moment de pause, et assimile tout naturellement sans faire d'effort.

- l'oreille. Musicalité des morceaux, musicalité de la langue ... C'est une approche résolument phonique, qui diminue, j'en suis sûre, les risques de mauvaise prononciation et d'accent tonique mal placé.

- la répétition. Sur un disque, vous trouverez seulement trois chansons. C'est un peu déstabilisant au départ. Chaque titre est repris six fois : d'abord, il s'agit de la chanson intégrale (fort bien arrangée, fort bien interprétée, le genre de titre qui vous reste dans l'oreille avec bonheur). La deuxième fois, l'enfant répète les phrases, qui sont parlées, une à une. Les titres suivants proposent de chanter la chanson avec l'interprète - attention, il y a quelques "trous", et l'enfant est amené à prendre en charge des énoncés de plus en plus longs. La dernière version est purement instrumentale : votre enfant chante seul.

Il n'est pas question d'écouter tous ces titres à la suite, comme on ferait avec un l'album classique. Ce serait la migraine assurée ! On choisit une piste selon les envies, un "exercice" selon le "mood" du jour. 

Ce disque fait partie de notre quotidien. Nous en chantons régulièrement les titres, que nous connaissons par cœur - certains d'entre eux font de très chouettes berceuses à partager au moment du coucher par exemple.


Maintenant la question que vous vous posez tous, c'est : comment exploiter concrètement ces trois chansons ?? À ma connaissance, on ne trouve aucune exploitation pédagogique de ces merveilleux albums ... Est-ce parce qu'ils sont si intuitifs ? J'ai crée en début de semaine les premières flashcards de mes enfants - qui, bien sûr, reprennent le lexique de ce disque-là. Je souhaitais les partager, et j'en profite pour expliciter la manière dont nous utilisons ce support - c'est très simple, vous allez voir !

N.B. Si vous ne souhaitez pas investir dans ce disque, sachez que les chansons du premier disque sont disponibles gratuitement en vidéos : I see the sun, This is a cat, et My blue canoe. Mais vous pouvez aussi utiliser les flashcards pour elles-mêmes, sans suivre une méthode particulière.

1.  Structures de phrases

D'abord on remarque assez vite des similitudes, des reprises quant aux types de phrases utilisées dans le CD. La méthode n'est pas construire au hasard et reprend des éléments de syntaxe connus.  Des expressions comme "I see ...", "just for me", "This is ...", "Who is that ?" deviennent des outils récurrents dont l'enfant s’empare très rapidement ... à condition de les réinvestir régulièrement (c'est toujours la même histoire dès qu'il s'agit de lexique).

C'est ici que Penguin entre en scène :


Voici Penguin (oui, on a été chercher son nom assez loin 😁) : Penguin est un ami à nous qui ne parle que l'Anglais. Quand on joue avec Penguin, on doit donc parler anglais. La bonne nouvelle, c'est que Penguin sait adapter son discours - et raffole des expressions telles que "Who is that ?" ou "This is ...". 😉 Bien sûr, je prends en charge les énoncés de Penguin, et je me garde bien de "corriger" ceux de mes enfants. Le but n'est pas de viser le bilinguisme, mais de désacraliser, de s'amuser et de s'apercevoir qu'on peut comprendre et produire certains énoncés à tout âge. Pour le reste, mes enfants mêlent une belle part de yaourt dans leurs jeux avec Penguin et c'est très bien comme cela. C'est drôle comme leur baragouin peut ressembler à de l'Anglais sans en être, d'ailleurs ! C'est bon signe : l'apprentissage d'une langue n'est pas qu'affaire de vocabulaire et de grammaire ; c'est aussi une histoire d'intonations et de sonorités !

2. Les noms


Pour comprendre un nom en langue étrangère, on n'a jamais fait mieux que les flashcards


Vous y trouverez tous les noms rencontrés dans le volume 1, plus "Horse" et "Foal", qui, eux, ne sont en aucun cas mentionnés ... Mais avec une Damoiselle à la maison, je ne pouvais pas les omettre, vous comprenez bien ! 😊 

Bien sûr, il ne s'agit pas de cantonner l'enfant à la connaissance de ces noms-là : les flashcards permettent de les isoler, phoniquement, dans le flux du vers de la chanson. On les brandit quand on les prononce, et l'enfant comprend ce dont on parle. Tout un tas d'autres noms peuvent être abordés dans la vie de tous les jours - Penguin se chargera de désigner un oiseau, de la nourriture, de la lumière ... au fil des rencontres et sans chercher à couper les cheveux en quatre d'une méthode rigoriste.

3.  Les adjectifs

La plupart d'entre eux peuvent être mimés : "big", "little", "round", "polka dotted", "smiling" (qui n'est pas un adjectif, mais un participe présent, oui bon d'accord). On les mime en même temps qu'on les rencontre dans la chanson, et Penguin aura à charge de les réemployer abondamment, en situation. Si, comme nous, vous avez un "very, very big cat" à la maison (8 kilos, qui dit mieux ?), ce sera assez facile. 😊

De même les verbes d'action "to go up", "to go down" : en chantant le troisième titre, on saisit la flashcard du canoe, qui, selon les paroles, monte et descend au grès des vagues. On lève la carte vers le plafond à "goes up" et on la baisse vers le sol à "goes down". Easy. Ces particules seront mises en relation avec "to stand up" et "to sit down" lors de petits jeux injonctifs à la "Simon says". Fou rire (et assimilation expresse !) garantis !


Les couleurs sont un cas particulier. D'abord parce qu'elles sont  extrêmement utiles (et apprises très tôt à l'école), mais aussi parce qu'elles ne peuvent être mimées. Qu'à cela ne tienne :


Les boites de couleurs montessoriennes sont appelées à la rescousse ! Et si vous les possédez pas, no panic : imprimez des flashcards ... again. 😊

La photo ci-dessus montre la construction du groupe nominal en anglais : adjectif + nom (c'est l'inverse du Français, mais je me suis bien gardée de l'expliciter et l'ai présentée comme telle) : "purple alligator", "green bumblebee", et "pink ladybug". Il s'agit de quelques-uns de nos amis rencontrés dans les chansons de La langue au chant

Et ci-dessous : Antonin fait réviser les noms des couleurs in english à sa sœur ... 😍


C'est une chouette idée d'exploiter le matériel sensoriel montessorien pour l'apprentissage d'une langue, non ? La prochaine fois que j'aborderai ce beau sujet qu'est l'apprentissage d'une langue étrangère, ce sera d'ailleurs par un biais sensoriel ... Car c'est grâce aux sens qu'on apprend et qu'on mémorise ! 😊 Qu'en pensez-vous ?