Pages

vendredi 28 septembre 2018

Liste d'envies d'automne


Haha, les enfants ont voulu rédiger leur "liste d'envie d'automne" ... Si c'est pas chou, ça ? 😊

J'ai trouvé l'initiative excellente, et très éclairante sur leurs désirs à eux ... Je la partage ce soir avec leur accord ... Peut-être que cela donnera envie à vos enfants d'en faire autant, si ce n'est déjà fait ?

*
**
Notre liste d'envie d'automne :

1. Cododoter à quatre. {Ce que nous allons faire dès ce soir, d'ailleurs !}

2. Se promener en forêt et cueillir des champignons.

3. Essayer d'entendre le brame du cerf. {Hum, alors si on veut avoir une chance, c'est ce week-end dernier délai, mais à vrai dire je suis assez pessimiste. L'été a été très chaud, et dans ce cas, la période de reproduction des cervidés est généralement précoce. On va quand même tenter, ce sera l'occasion de se promener en lisière de forêt au crépuscule - et on en profitera pour chercher des champignons, cf. point précédent.}

4. Construire une cabane pour les lutins. {C'est un classique de nos fêtes des saisons, mais nous ne l'avons pas encore fait depuis l'équinoxe ... Visiblement, Louiselle y tient beaucoup !}

5. Assister à un concours de courges.  {Les foires aux courges ont lieu généralement fin octobre un peu partout en France, c'est assez facile à dégoter, et c'est toujours une super sortie familiale !}

6. Se perdre dans un labyrinthe de maïs. {Oups, je crains que ce ne soit un peu tard ... Voilà une idée à basculer sans doute sur notre future liste d'envie de l'été prochain ! ... }

7. Refaire le "gâteau loup" de Pomme d'api {Numéro de Septembre 2017, la recette est ICI.}

8. Passer un samedi à Grenoble. {Au programme, selon les souhaits des enfants : ciné, musée, resto, magasin de minéraux et hôtel. Hum, hum, la folie des grandeurs de la Capitale... Je vais devoir calmer leurs ardeurs si je ne veux pas que le budget "vacances" y passe ... 😁}

9.  Inviter des amis à jouer.

10. Consacrer une journée à regarder des dessins animés {Ah, les filous ! 😄😄😄}

*
**

Bien sûr, on va faire au mieux, dans la limite du possible !! Je souhaite les encourager, je suis tellement contente que mes enfants expriment leurs désirs - et si fière de leur découvrir des désirs si simples, si raisonnables ... Enfin ... A peu près ! 😄


Bon week-end à tous - le nôtre promet d'être bien rempli avec tout ça !! 😄

mercredi 26 septembre 2018

Table de l'automne - 2018

"Le monde est une perpétuelle métamorphose."
Ovide


Notre table "de la Nature" est une dédicace aux saisons. Elle est ornée d'éléments naturels cueillis au jardin ou glanés lors de nos promenades. Elle est conçue par l'ensemble de la famille, et change un peu chaque jour, au grès des manipulations. Par exemple, depuis ce matin (moment où j'ai pris les photos), l'un des trois potimarrons qui décorait la table a disparu. Il a été immolé, avec tout le respect qui lui était dû, et a été dégusté sous forme de curry ... 😶


Rassurez-vous : je suis sûre que d'ici la fin de la semaine, quelques poignées de noix ou de marrons l'auront remplacé ... La roue des saisons tourne  insensiblement, d'un cran chaque jour ... et notre table en est le reflet.


Rien de figé. Le maitre du temps du moment, le lutin d'Automne, y veille.😊


Chez nous, notre table de la Nature trouve sa place, depuis quelques années, sur une large et profonde étagère à hauteur d'enfant - dans le salon. C'est le meilleur emplacement que nous ayons testé, nous sommes sûr de ne pas la négliger - même s'il y a des semaines où elle est moins reluisante que d'autres ... Que voulez-vous, une fois de plus : c'est ça, la vie !


En plus des éléments naturels, quelques objets symboliques s'invitent. Ils sont choisis pour ce qu'ils nous évoquent - ce sont des choix très personnels. En ce moment, les lutins des saisons, à peine remis de la grande célébration saisonnière, se réchauffent autour d'un feu de camp ("Comme nous, Maman, comme nous à la fête de l'automne !"). Un sablier, un calendrier lunaire marquent le temps qui passe, une lampe et une bougie célèbrent la lumière naturelle qui décline et qu'il va bien falloir compenser par un brin de lumière artificielle !


Les enfants ont choisi deux livres pour compléter le tableau : Mon premier copain des champs, et Le champignon de Barrie Watts (dont je vous reparlerai sans doute). 

Ah, et il y a aussi une reproduction de Klimt, rapportée par Louiselle de notre dernière escapade à Paris. 😉

N'hésitez pas à m'envoyer vos photos de votre table de l'Automne, je les publierai avec plaisir !

ouestucoquelipop@gmail.com

Très bon mercredi à tous !

lundi 24 septembre 2018

Fête de l'automne - 2018


Je ne publie pas de compte-rendus systématiques de nos petites fêtes saisonnières, pour une simple et bonne raison : c'est toujours la même chose. 😊

Dimanche dernier, je me suis dit : "Allez ! Je vais trier les photos de notre fête de l'automne, et voir si j'en trouve une ou deux à publier. Ce sera un genre d'article sans texte - car que dire ? C'est tous les ans LA MÊME CHOSE n'est-ce pas ?"

J'ai donc commencé à passer notre équinoxe en revue, et cinq minutes plus tard, j'étais complètement perdue dans les dédales de ma nostalgie attendrie. Finalement, ce ne sera pas un article sans texte. 😊


Alors, c'est vrai : tous les ans, c'est la même chose. Sauf que les enfants ont ce fameux pouvoir de prendre 10 centimètres dès qu'on les lâche du regard.  Quatre ans déjà que notre première fête de l'automne a eu lieu, et quatre ans qu'ils la réinventent chaque année à leur manière, avec les désirs et les rêves qui correspondent à leurs âges - chaque année c'est la même fête, et cela n'a jamais  rien à voir. 

Voilà : une fête saisonnière, c'est l'occasion de célébrer le temps qui passe, et de se retrouver, en tant que parents, un peu gaga et un peu bête devant ces petits bout d'êtres dont la vie est issue de la nôtre. Même qu'on se dit alors qu'on a drôlement bien bossé. 😊


Cette année,  nous changions de saison dans la nuit entre Samedi et Dimanche ... Une fête des saisons au plein cœur du week-end, quelle chance ! 

Seulement, la fête de l'équinoxe d'automne est la fête saisonnière préférée des enfants, ils l'attendent l'année durant. Dès midi donc, Antonin demandait toutes les trois minutes si nous allions bientôt lancer le feu, et Louiselle sautait partout comme une petite puce hystérique.


C'était donc le moment d'étrenner quelques nouveautés. Par exemple, Louiselle avait très envie de tester le jeu qui consiste à attraper des pommes avec la bouche dans un baquet d'eau ("apple-bobbing") 👆. Sa maitresse, l'an dernier, avait lu à la classe un livre sur les traditions américaines, et la Damoiselle trépignait à l'idée d'essayer cela. 

C'était une très bonne idée. Fous rires et dégoulinades garanties, et pendant que les enfants mangent leur butin - puis courent se changer - l'après-midi était un peu plus vieux d'une demi-heure. 😉


Deuxième petite activité - tout aussi simplissime, improvisation oblige ! La peinture sur potimarrons. Pour peindre des fruits, proposez de préférence de l'acrylique, elle est plus couvrante et plus vibrante que la gouache. Pour le reste, tout est permis. Antonin balayait la surface de sa courge de larges traits de pinceaux en marmonnant : "Moi, je peins comme Monet ! Je peins comme Monet !" 😊


Il est vrai que le résultat ne ferait pas rougir les impressionnistes : c'est spontané et nature au possible.

(Mais ces potimarrons-là, il faudra les éplucher pour pouvoir les manger lorsque leur heure sera venue !)

Vers 17h, la Super chasse au trésors de l'Automne commence. Des messages codés et des rébus baladent les enfants dans tout le jardin. Papa joue le Grand Manitou. C'est lui qui énonce les épreuves, valide la réalisation des défis et distribue les indices. Après une demi-heure d'enquête acharnée, les enfants découvrent deux sachets dans le compost mûr : "Des cadeaux ! Des cadeaux !".


Alors, il faut que je fasse une parenthèse sur les cadeaux. Les enfants ont toujours reçu un petit quelque-chose aux fêtes des saisons - c'est pour moi l'occasion de vider un peu le stock des babioles que j'amasse pour eux dans l'année mais que je ne veux pas offrir sans raison particulière. Et bien, malgré cela, ces cadeaux passent au second plan. Soit les enfants les oublient totalement, absorbés qu'ils sont par d'autres aspects de nos fêtes - et ils les découvrent alors avec ravissement : "Ah, mais c'est vrai ! Des cadeaux !". Soit ils s'en souviennent, mais ils ne sont pas sûrs. Comme Louiselle cette année, qui ne cessait de me demander tout au long de la chasse aux trésors : "Mais Maman, est-ce qu'il y aura des cadeaux cette année ?"

Bref, les cadeaux ont été découverts, et Louiselle a immédiatement décrété qu'ils étaient offerts par le Lutin d'automne. Sympa, ce lutin. 😊

Ah, oui, d'ailleurs, les lutins. J'avais complètement oublié de les mettre en scène - mais ce n'est pas grave, car les enfants l'avaient fait à ma place. Ils les avaient dispersés dans le jardin - qui sous un tournesol, qui au cœur d'une salade ... Ils se mirent à les brandir dans de grands éclats de rire : "Regardez, le lutin de l'hiver était là, sur cette branche !!".

C'est officiel : à 6 et 7 ans, mes enfants ne sont pas encore trop vieux pour ces petites fables, qu'ils réinventent eux-mêmes avec délices. Merci la vie de ne pas passer trop vite. 😊


Mais les cadeaux, donc ! Les cadeaux !

Les enfants sont formels : cette année, les cadeaux leur ont fait le plus plaisir, toutes fêtes saisonnières confondues. 

LOUISELLE

"Ils sont vraiment supers, les cadeaux du lutin de l'automne, Maman. Ce sont les meilleurs. Il est trop gentil, le lutin de l'automne. C'est le plus gentil."

Elle ajoute malicieusement :

"Tu crois que le lutin de l'hiver arrivera à faire aussi bien, dans trois mois ?"

Je sens la sueur perler à mon front, je bafouille, mais ma fille conclue charitablement :

"Non. Je suis sûre que non. Le lutin de l'automne, c'est le meilleur." 😊

N.B. Notez que mes enfants savent très bien que c'est MOI qui choisit les cadeaux et organise la chasse aux trésors. Cette histoire de lutins n'est qu'un jeu poétique. C'est important, à 6 ans, les jeux poétiques. 😊


Mais donc : les cadeaux, les cadeaux !

Chaque enfant en a eu trois ... Oui, ils ont été gâtés ... 😳 Chacun a donc reçu :

- Une eau florale, de leur fragrance préférée : Lavande pour Antonin et Fleurs d'oranger pour Louiselle.  Ils s'en vaporisent le visage et le corps, trimballent les bouteilles un peu partout dans la maison, les remisent soigneusement dans leurs chambres et en vaporisent leur oreillers avant de dormir. Bref, ils sont fans, et je suis heureuse de les inciter aussi simplement à prendre soin d'eux-même.

- Une tenture. Cela fait bien longtemps que je suis persuadée que les chutes de tissus variés font partie des meilleurs jouets qui soient. Les enfants en ont tout un coffre : des précieux, des cheap, des "de récup'", des "faits-maisons", des tout-petits ... Mais je trouvais qu'il manquait quelque chose de grand. Et de circulaire. Et de pas trop cher. 😄 J'ai craqué pour deux fines tentures mandala, et c'est un tel succès ! Elles ont parfaites pour servir de capes (les enfants les épinglent avec des pinces à linge), de tipis, de couvertures, de nappes, de toiles à pique-nique, de hamacs pour les peluches ... Bref, les enfants ne les quittent plus, et je suis ravie de mon idée !!

- Une petite boite de Playmobil chacun  (celle-ci et celle-là) ... Grand succès, et des heures de jeux à n'en plus finir .... Les Playmobils, c'est comme les Legos, les peluches ou les figurines : chaque nouvelle acquisition relance (durablement !) l’intérêt pour tout le stock. 👍


Enfin, enfin !! Ce fut l'heure d'allumer le feu ...


Les enfants découvrent la joie de calciner un bâton pour pouvoir écrire avec - puis parsèment le jardin de bougies allumées par eux-mêmes ...


Bref, en gros, Antonin et Louiselle ont passé la soirée à jouer avec le feu !😊


Et après le barbecue, les enfants décrètent qu'ils vont dormir à la belle étoile ... 😄


Nous observons la Lune, et de très beaux nuages pendant de longs quarts d'heures. Tout est silencieux et paisible.

Et puis, nous rentrons. Soupir.

De beaux souvenirs viennent de naitre.


Mais quand il n'y en a plus, il y en a encore : je reviens très vite vous présenter notre Table des saisons. 

En attendant, s'il vous intéresse, le sommaire de nos fêtes saisonnières est ICI.

Enfin, comme chaque année, je serai ravie de publier vos photos de la fête de l'équinoxe, si vous me les envoyez à :

ouestucoquelipop@gmail.com


L'automne, c'est la période des récoltes, le moment de recueillir ce que l'on a semé, au sens propre comme au sens figuré ... Je vous souhaite trois long mois d'abondance matérielle et symbolique ! ❤️

L'automne, c'est la saison du repos, avec les nuits qui rallongent ... Je vous souhaite de vous coucher plus tôt dès que possible, et de vous lever plus tard, oui ! Votre corps et votre esprit le valent bien ! ❤️ 

Très bel automne à tous ! 😊

vendredi 21 septembre 2018

A gagner : «Une année pour donner le goût de l'école»


Bonjour à toutes et à tous !

Voilà un mois que mon deuxième ouvrage "Une année pour donner le goût de l'école" est paru !

Ça se fête, non ? 😊



Cet "anniversaire" (moisiversaire ? 😄), c'est d'abord pour moi l'occasion de vous exprimer à quel point je suis heureuse de partager ma passion pour la pédagogie et l'éducation avec vous, et d'avoir pu rencontrer tant de belles personnes grâce à ce blog. J'espère que tout cela va continuer de nombreuses années, c'est tout ce que je me souhaite !!

Alors : merci à toutes et à tous pour votre présence ! 😊

J'ai le plaisir aujourd'hui de vous proposer trois exemplaires de mon livre à gagner : ce grand volume signé Mango est aussi épais que son petit frère (207 pages, ouch !), j'y ai mis tout mon cœur et je le trouve plutôt beau - ceci dit en toute modestie, car je n'y suis pour rien, merci à la Direction artistique et à Oreli Gouel pour son délicat travail ! J'espère que vous l'aimerez !




Dans ce deuxième ouvrage, je me suis concentrée sur l'âge "élémentaire" (5-12 ans, du CP au CM2), et je présente quelques 150 activités concrètes, originales et détaillées qui, toutes, s'appuient sur la joie de découvrir en famille, d'inventer et de partager un temps de qualité ... tout en construisant durablement les notions de base dans tous les domaines scolaires : lecture, écriture, mathématiques, sciences naturelles et physiques, histoire et géographie, arts. L'ouvrage se présente comme un calendrier progressif ; chaque semaine, deux ou trois activités vous sont proposées,  mais vous n'êtes pas obligé de les réaliser toutes la même année, bien sûr ! 😊

Pour plus de détails sur cet ouvrage, je vous renvoie à la présentation complète que j'en faisais le mois dernier, ICI




Pour participer, c'est très simple : il vous suffit de commenter cet article ! 😊

Néanmoins, j'ai décidé d'attribuer une chance supplémentaire aux personnes qui commentent régulièrement mon blog - et pas seulement au moment des concours. Merci à tous les fidèles qui prennent le temps de manifester leur intérêt pour mes articles à travers un petit commentaire, je ne pourrais écrire sans eux ! Si vous êtes l'un d'eux et que vous souhaitez jouer, j'inscris d'office votre nom sur deux papiers, et vous participerez donc deux fois au tirage au sort. Vous n'avez pas à me préciser si vous êtes ou non un commentateur régulier, car je le sais (et si j'ai la mémoire courte, Blogger me la rafraichira). 

Il est également possible d'obtenir une chance supplémentaire en partageant le présent article sur un de vos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, votre blog, que sais-je !). Merci dans ce cas de me le stipuler dans votre commentaire, afin que je puisse prendre note de votre double participation. 

Vous pouvez donc "cumuler" les participations, c'est possible ! 😊





Les participations seront closes le vendredi 5 octobre à minuit, et trois gagnants seront tirés au sort le 6 octobre. 

Les envois étant gérés et offerts par moi-même, je me vois contrainte de limiter ce concours à la France métropolitaine uniquement. Mais si vous habitez dans un autre pays, rien ne vous empêche de jouer quand même et de vous faire livrer votre livre, en cas de gain, chez un ami ou un membre de la famille résidant en France !!?

Bonne chance à tous ! 😊

mercredi 19 septembre 2018

Reconnexions


Oyez, oyez, voilà un an tout juste que cet article traine dans mes brouillons ! 😄

Les photos qui l'illustrent datent d'ailleurs de septembre 2017 - mes enfants avaient 5 et 6 ans, il était 17h et nous avions sorti une boule d'argile au jardin. Antonin avait voulu réalisé une forêt, et avait commencé à récolter divers matériaux autour de lui pour les intégrer à ses sculptures, "pour faire des arbres". Louiselle et moi avions tout de suite adhéré au projet. Ce soir-là, nous avions complètement oublié l'heure, et je me souviens que lorsque le Papa des enfants était rentré, il nous avait trouvé échevelés et enthousiastes, les mains couvertes de glaise et les esprits plein d'explications et de récits poétiques sur notre forêt enchantée.

Bon, le dîner n'était pas prêt, les devoirs n'étaient pas faits, les enfants n'étaient pas douchés ... Certainement, il avait fallu mettre un coup de turbo pour arriver à se coucher à l'heure, mais cela valait le coup ! 😊

Ceci est un exemple typique de ce que j'appelle une reconnexion. 😊

Je vous rassure : on peut très bien se reconnecter en famille sans mettre à mal les horaires impartis - et si cela arrive parfois, il faut se dire que cela fait du bien, aussi, de temps en temps, d'oublier sa montre un soir de semaine ...

Vous êtes nombreuses à me questionner sur nos petites reconnexions, lorsque je les évoque sur Instagram. Cependant, j'ai longtemps hésité à écrire cet article, car voilà : ce ne sont que des lapalissades, vous allez voir, et je suis sûre que vous pratiquez déjà ces "reconnexions" chez vous !

Ne sachant décidément pas par quel bout prendre cet article, j'ai décidé de partir de vos propres questions, que je reprends une à une et auxquelles j'essaie de répondre. N'hésitez pas à me relancer si certaines de vos interrogations demeurent ! 😊


1. Qu'est-ce qu'une reconnexion ? Qu'est-ce que ce terme recouvre pour toi ?

Alors, je suis allé regarder dans le dictionnaire 😊 (oui, c'est de la triche ...)

"Connexion : Action de lier par des rapports étroits. Fait d'être lié. Liaison, enchaînement : Établir des connexions entre la situation intérieure et les événements extérieurs. - Reconnexion : action de rétablir une liaison de ce type."

La vie moderne est dense. Certaines semaines, on a l'impression de ne plus toucher terre et de ne faire qu'enchainer, dans l'urgence, les actions énumérées sur notre to do list. Je n'aime pas ces semaines-là. Certaines semaines avant Noël sont ainsi. Ou le moi de juin. Ou, tenez, au hasard, le mois de septembre. 😁 

J'imagine que vous vous êtes déjà dit, au milieu d'une de ces semaines de folie pure : "Oh, vivement que l'on se pose, car là, en ce moment, j'ai l'impression de ne pas voir ma famille."

L'impression de ne pas se voir. Cela devrait faire comme un déclic dans notre tête. Pourquoi alors ne pas aller vers l'Autre, et lui dire : "J'ai vraiment l'impression qu'on ne se voit plus en ce moment ... On se regarde dans les yeux cinq secondes ?"

Alors on se regarde, voire on se touche, on se sourit. On se dit "Salut !". Avec chaleur. Cinq secondes. 

Ce peut être fait à un feu rouge lors d'un trajet dans l'urgence, ce peut être fait dans la queue d'un supermarché lors d'une course-à-la-dernière-minute, ce peut être fait au milieu d'un repas sur le pouce : "Salut !"

La reconnexion, c'est cela. C'est tout bête, mais il y a un avant et un après. Chacun a puisé dans un réservoir commun - la reconnexion, c'est un port dans l'ouragan des "Il faut" et des "On doit".


2. Est-ce que le but c’est juste de passer un moment tous ensemble ou y a-t-il aussi un but pédagogique ?

Le but, c'est de se voir, c'est tout. Le fait que cela passe parfois par une activité commune est une contingence pure, liée au fait que dans notre famille, on aime bien ça, les activités. 😊

Mais comme je l'ai dit plus haut, la plupart de nos reconnexions consiste simplement en un : "Oh là là, j'ai besoin de te voir ! On se regarde ?". Ou bien : "J'ai besoin d'un câlin ! Qui me fait un câlin ?". Ou même : "Quelqu'un est partant pour un câlin géant ?"

Bon, le câlin géant, c'est un "spécial". Un câlin à plusieurs (plus on est, plus c'est fun) dans lequel on s'entasse, on s'entremêle - y en a toujours un pour crier qu'on l'écrabouille. On soupire d'aise, on rigole, et je vous assure qu'après ça, on est bien reconnecté. 😊 Comptez quand même cinq minutes - c'est plus long qu'un simple "Salut ! ", mais c'est plus court que de concevoir une forêt enchantée. 😉

Il y a une autre reconnexion qu'on aime bien et qui consiste : à ne rien faire. Celle-là, j'avoue, elle m'a demandé un certain apprentissage, mais maintenant je sais me vautrer sur un canapé, ne plus bouger et me taire. 😊 Non seulement ça me détend, mais généralement, il y a toujours dans les secondes qui suivent un enfant qui vient se coller à moi. Soit avec un livre ou un jouet, soit avec rien. Alors, c'est chouette, parce qu'on est deux à ne rien faire. Ça ne dure jamais très longtemps, car généralement, l'enfant se met à parler. C'est dans ces moments-là que mes enfants me racontent le mieux ce qui les préoccupe. Le but du jeu, pour moi, est de parler au minimum et de bien écouter, pour ne pas rompre le charme. 

Pour une reconnexion de ce type, comptez une dizaine de minutes. Ça commence à faire long, mais pendant ce temps, on se repose et on pose les bases d'une relation de confiance pour l'avenir. On voudrait tous devenir ce parent auquel son enfant, même ado, même adulte, parle, n'est-ce pas ? La reconnexion ne promet rien, mais elle jette de bonnes bases, j'en suis sûre. 😉

Vous me dites : "Mais ces reconnexions-là, on les voit jamais ! On a toujours l'impression que tu fais plein d'activités sur ton compte IG !".

Soyons clair : les câlins ne se photographient pas. Le simple fait d'y penser tue le câlin. "Ne rien faire", c'est pareil. Si vous êtes en train de prendre une photo, c'est raté ! Vous êtes en train de faire quelque chose ... 😉

La vie ne se réduit pas aux photos qu'on en prend, et les reconnexions non plus.

Mais c'est vrai : certaines reconnexions chez nous se font sous forme d'activités. Qui se photographient, elles, plutôt bien (quoique pas toujours).

Toutes nos reconnexions ne sont donc pas des activités. Et toutes nos activités ne sont pas des reconnexions. Peuvent être qualifiées de "reconnexions" les activités qui nous permettent de restaurer le lien familial. Elles occupent nos mains tout en délassant nos esprits et en libérant nos cœurs. On œuvre ensemble, et on papote. Il s'agit souvent d'activité créatives ou sensorielles. Ce peut être aussi une lecture partagée ou un petit jeu de société. Ce peut être une promenade ou la confection d'une recette de cuisine. Même une "leçon" d'anglais ou de solfège peut être un prétexte à reconnexion, si elle est menée de manière ludique. Mais il est vrai que les soirs de semaine, nos préférences vont souvent vers des activités plus délassantes, moins "scolaires".


3. Est-ce que vous vous reconnectez chaque soir ?
Vous reconnectez-vous après chaque séparation, même courte ?

Je pense que l'on se reconnecte chaque soir, oui. Et même certainement chaque matin, et plusieurs fois par jour. Après chaque séparation, oui, même courte, oui, sans doute ! 😊 Cela peut être fait en moins d'une minute, comme je le disais plus haut - il suffit parfois d'un simple échange de regards, d'une pleine attention partagée.

La reconnexion n'a pas nécessairement lieu au moment où on se retrouve. On n'a pas envie forcément de sauter les uns sur les autres, il faut parfois ménager un petit temps de transition, entre le moment "hors famille", et le moment "en famille", durant lequel chacun se "reconstitue". Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire ? 😄

Mais si votre question est : "Faites-vous une activité chaque soir ?", la réponse est non, non, pas du tout ! 😄

Il y a les soirs où je rentre tard - voire très très tard -, trop tard. Il y a les soirs où les enfants, à peine les cartables jetés dans l'entrée, foncent dans leur chambre pour jouer, jouer - et n'en redescendent que pour enchainer le ballet rituel "devoirs-douche-rangement de chambre-dîner". Ils traversent une phase comme cela en ce moment, vrai : j'ai l'impression de ne pas les avoir vus depuis la rentrée ...


(Ah !? "J'ai l'impression de ne pas les avoir vus ..." C'est donc qu'une petite reconnexion s'impose !! 😄)

Ces soirs-là sont des soirs sans activité - mais non sans reconnexion, bien sûr. On se reconnecte autour d'un repas, d'une lecture, d'une partie de rigolade dans la salle de bain ou au moment du dernier câlin avant la nuit. Vous connaissez cela, n'est-ce pas ?


4. Concernant les reconnexions sous forme d'activités : À quel moment interviennent-elles ? 
Les proposez-vous lorsque vos enfants sont énervés, par exemple ?

Alors, c'est sûr, réaliser une activité est plus long que de faire un câlin de deux minutes. Encore qu'il y ait des activités très courtes. Hier soir, par exemple, nous avons réalisé des empreintes de spores de champignons de Paris - cela nous a pris 5 minutes montre en main.

Le moment où l'on propose une activité est toujours un peu délicat. Grosso modo, il y a deux écueils à éviter :

- Il ne s'agit pas d'interrompre l'enfant dans ses jeux pour lui imposer une activité qu'il n'a pas demandé. L'enfant qui joue/dessine/fait de la balançoire ... est concentré sur son action. Il est autonome, il a exercé son pouvoir de choix et est en train de faire exactement ce qu'il faut qu'il fasse : il grandit. Et il n'a pas besoin de nous. Sachons respecter ces temps de jeux autonomes - et profitons-en pour récurer la maison, passer quelques coups de fil urgents, prendre une douche ou commencer un bon bouquin ...

- Il ne s'agit pas de proposer une activité pour combler un manque. Les enfants s'ennuient, ils se disputent ? Hop, je dégaine mon activité-diversion, et on pense à autre chose ! Sauf que non : une activité n'est pas une antidote, elle ne règlera pas la dispute, elle n'apprivoise pas l'ennui. Agir ainsi, c'est exactement comme proposer un bonbon à un enfant qui vient de se blesser. Mon enfant s'ennuie, il cherche querelle ? Ce n'est donc pas le moment pour se reconnecter. On proposera l'activité quand il sera allé au bout de cette expérience, certes désagréable, mais instructive.

Quel est donc LE BON moment pour proposer une activité ? Chaque famille est différente, mais ici, je sens quand un de mes enfants commence à me tourner autour, qu'il a envie de faire quelque chose avec moi ... de partager un moment, de "se poser". À noter qu'ils grandissent par chez nous, et sont à présent tout à fait en mesure de venir me voir pour me dire : "Maman, on fait une activité ?" 😆


5. As-tu une façon particulière de leur présenter la chose ?

Euh, oui ... 😊 Je dis : "Ça vous dit, une p'tite activité ?" 😄

6. Ces activités sont-elles des propositions de ta part ou de la leur ? Qu'est-ce qui vous inspire ?

Donc, je dis : "Ça vous dit, une p'tite activité ?" - Bon, généralement, si j'ai bien choisi le moment, c'est oui. Donc ensuite vient la question : "Euh, qu'est-ce qu'on pourrait faire ?". Ce ne sont pas les idées qui nous manquent (on les note d'ailleurs dans un petit carnet) mais il peut arriver qu'on soit en manque d'un certain matériel. Il y a deux jours, on voulait refaire l'expérience de la densité des liquides, mais nous n'avions plus de miel, ni rien pour le remplacer.  Il faudra attendre les prochaines courses, et en attendant, on se rabat sur autre chose.

Les idées viennent indifféremment des adultes ou des enfants. On valide l'idée qu'on peut réaliser tout de suite très simplement, avec le temps et les objets dont on dispose.

Exemple : La dernière idée en date vient de Louiselle, qui vient de dégoter une sorte de mini-terrarium, plutôt haut mais très peu profond. "Maman, me dit-elle, je voudrais y mettre des plantes avec des racines et des vers de terre." Après réflexion, nous décidons d'y planter de petits bulbes, mais de renoncer aux vers de terre. Ils ne seraient pas heureux, le récipient est trop petit. Par contre, l'idée d'y mettre des plantes est assez chouette, mais il faudra attendre notre prochaine virée à la jardinerie. Pour aujourd'hui, je n'ai rien de viable à proposer. Nous notons donc l'idée de Louiselle dans notre carnet ... et sortons la pâte à modeler. 😊


7. Combien de temps ? Quel temps y consacres-tu ?

C'est très variable.

D'abord, il y a des activités qui ont une fin - préparer des champignons pour recueillir leurs spores, par exemple. Bon à un moment, ça y est, c'est fait, il n'y a plus qu'à attendre, on passe à autre chose.

D'autres activités, plus créatives souvent (peinture, bacs sensoriels, jeux d'eau ...), s'arrêtent lorsque les enfants s'en détournent ... Ou lorsque que l'heure me rappelle à l'ordre. 😅 Je m'octroie une certaine souplesse dans les horaires, par exemple on essaie de diner entre 18h30 et 19h00. Les jours où on est vraiment parti dans quelque chose, je sais qu'on peut mordre un peu, de toute façon, on ne se couchera pas à minuit non plus !

Il y a quinze jours, j'ai fait une expérience qui m'a beaucoup apporté. La voici. J'avais calculé qu'il fallait une dizaine minutes à Louiselle pour émerger le matin - entre le moment où je rentre dans sa chambre et le moment où elle sort du sommeil et commence à être en mesure de s'habiller. Comme j'ai un métier dans lequel je ne peux pas être en retard (cette option n'existe tout simplement pas ! 😄), le temps m'est compté - d'autant que je n'ai pas envie de réveiller ma fille trop tôt, elle est "couche-tard/lève-tard" depuis sa naissance. Donc voyez-vous, j'aimerais bien que les 10 minutes se transforment en 5 minutes. 😁 Alors, puisque je suis une adulte avec ma logique d'adulte, je m'agite : je lui parle, je la bisoute, je chantonne, je câline, j'entre-ouvre les volets, je fais-un-peu-de-bruit-mais-en-douceur ... Rien n'y fait : les dix minutes sont apparemment incompressibles.

Puisque c'est ainsi, je commence à me demander pourquoi je me fatigue. Donc un matin, au lieu de faire tout cela, je m'allonge à côté de ma fille, l'enlace et décide m'octroyer un peu de repos en attendant qu'elle sorte du sommeil.

Bilan : Louiselle émerge 10 minutes plus tard.

C'est seulement le temps qui lui faut, l'énergie que je mets à la tirer du sommeil ne change absolument rien à l'affaire. 

Du coup, maintenant, pendant 10 minutes, je me repose. 😊 Et j'oublie l'heure, parce que j'ai confiance : dans dix minutes, la journée pourra commencer.

Je crois qu'un principe analogue peut être appliqué à nos soirées : si on accepte de laisser filer le temps sans stresser, on s'aperçoit que tout s'organise ... de soi-même ... en temps et en heure (à peu près).


8. Comment les enfants adhèrent-ils aux activités que tu proposes ?

Mes enfants adhèrent fortement, d'ailleurs j'en ai fait un blog. 😁 J'aurai bien aimé tenir un blog culinaire, moi, voyez-vous, mais l'adhésion à mes petits plats est nettement plus aléatoire ... 😄

Blague à part : Antonin et Louiselle sont habitués depuis leur naissance à ce que nous partagions du temps de qualité ainsi, autour "d'activités". Ce sont toujours des moments ludiques, au cours desquels ils savent que je vais leur consacrer toute mon attention. Comment n'adhèreraient-ils pas ? 😊


9. Comment ce petit rituel est-il entré dans votre quotidien ?

Lorsque j'ai repris mon emploi, il y a 3 ans, j'ai vraiment réalisé la dimension aliénante du travail. C'est quelque chose qui m'imprègne fortement depuis que je suis Maman, je dois faire beaucoup effort au quotidien pour que mon boulot ne "mange" pas ma vie. Je crois que ces petites reconnexions m'aident à me sentir vivante, et pas seulement "travaillante". Finalement, c'est peut-être moi qui, dans la famille, en ait le plus besoin !! 😄

*
**

J'espère de tout cœur que ce petit article vous a conforté et/ou éclairé ... N'hésitez-pas à me relancer si tel n'était pas le cas !!

Et si vous en voulez encore, il  y a cet article d'il y a trois ans - comme quoi cette problématique me travaille depuis un petit moment : Trois gestes simples pour se (re)connecter

Je vous souhaite à tous de belles reconnexions familiales !! 😘

vendredi 14 septembre 2018

La composition du sang : Printable


Le sang, c'est dégoutant. Et ce rouge vif, ça fait peur ! C'est sûr que quand on saigne, c'est qu'on s'est blessé "pour de vrai". Qu'on a très mal. Si on saigne, on a le droit de pleurer fort.

😊

Le sang, symbole de violence, de mort, mais aussi de vie et d'amour, a toujours fasciné l'humanité. Les enfants ressentent pleinement l'ambivalence de ce symbole. Louiselle, par exemple, est littéralement fascinée par le moindre bobo. Dès que quelqu'un de son entourage se blesse, elle crie du plus loin qu'elle peut : "Est-ce que ça saiiiiigne ?", elle accourt, elle galope ! pour examiner la plaie et supplier l'estropié d'accepter ses soins. 😁

Oui, le sang fascine. Comment pourrait-il en être autrement, lorsqu'on considère qu'il circule dans notre corps comme la sève irrigue l'arbre, de la pointe des racines jusqu'aux plus petites extrémités des branches ? Le système circulatoire a exactement la forme d'une plante, quand on y pense ... Le sang, sève de la vie ...

Bref, Halloween est encore loin, mais je me disais que j'aimerai aborder certains motifs macabres de cette fête sous un angle plus scientifique ... J'ai prévu une petite séquence de manipulation autour du sang - promis, je partagerai, et promis: personne ne sera saigné pendant cette étude !! 😂

Mais il me fallait une petite lecture d'introduction qui présente les concepts-clefs et ouvre l'appétit de mes vampires enfants ... N'ayant pas trop le temps d'aller fouiner à la bibliothèque cette semaine, j'ai décidé de fabriquer mon propre support, que voici. C'est une sorte de mixte entre la brochure documentaire et les cartes de nomenclature et vous pouvez le télécharger en fin d'article. 😊


LOUISELLE
Oh, qu'est-ce que c'est ? On dirait des bonbons !

MOI
Oui, c'est un petit livre que j'ai fabriqué ... Est-ce que tu devines de quoi il parle ?

(Antonin accourt, balaie le texte des yeux et souffle la réponse à l'oreille de sa sœur)

LOUISELLE, incrédule
Du sang ?

MOI
Que voyez-vous sur cette image ?

ANTONIN
Ça, en bleu : je sais ce que c'est. C'est une bactérie.

LOUISELLE
Les trucs rouges, on dirait des bonbons.

ANTONIN
Il y a un tuyau comme dans Mario Bross, avec de l'eau qui sort. Et des boules blanches qui ont avalé des microbes.

LOUISELLE
Même que ça ressemble à des bonbons. Il y a un haricot, aussi.


ANTONIN
Je connais les globules blancs : ils protègent le corps, ils le défendent des maladies. C'est comme la police : quand ils voient un méchant, hop ! Ils l'arrêtent !


LOUISELLE
Il doit y avoir beaucoup de globules rouges dans le sang pour qu'il soit rouge. Maman, j'ai combien de globules rouges dans le corps ? 

ANTONIN
Si on n'avait plus de globules rouges, notre sang serait transparent comme de l'eau, alors !

LOUISELLE
Et j'ai combien de globules blancs ?

ANTONIN
Ah, voilà, sur la première page, on voyait les globules blancs : ils avaient avalé les microbes.

LOUISELLE
Et si les maladies se cachent ? Elles pourraient se déguiser en globules rouges, comme ça les globules blancs ne les remarqueraient pas, et hop ! Elles pourraient passer tranquillement.


ANTONIN
Ouah, les plaquettes, elles s'accrochent, c'est elles qui font les croûtes. Si on n'avait pas de plaquettes, le sang coulerait, coulerait, il ne s'arrêterait jamais !

LOUISELLE, répondant à la dernière question
La sang, c'est fascinant ! C'est intéressant !

ANTONIN
Il est trop fort, le sang.

LOUISELLE
Et il est joli en plus. On dirait des bonbons.

😊


Je gage que vos enfants ne verront certainement plus le sang de la même manière après lecture ... surtout lorsqu'ils auront réalisé deux ou trois petites expériences dont je vous reparlerai bientôt ! 😉

Bon week-end à tous !!

jeudi 13 septembre 2018

Courrier des lecteurs : Le bingo de la gentillesse


Vous souvenez-vous de notre "défi gentillesse" ? Nous l'avons terminé hier soir !! Sur le mur de notre cuisine, 100 post-its jaune fluo exhibent, en un carré parfait, leurs dix-fois-dix messages. 100 actes de gentillesse !! 100 petites actions très simples ("Antonin adore cuisiner pour les autres", "Papa a accepté que les enfants regardent un dessin animé", "Louiselle a soigné un petit bobo d'Antonin" ...) dont chacune nous a mis du baume au cœur ... Je suis très heureuse de tout ce que ce formidable projet a fait pour nous, et je peux d'ores et déjà vous dire : on recommencera !! 

(Par contre, j'admets très volontiers que ces cent post-it sont d'une laideur affligeante, qu'ils sont envahissants et peu pratiques, oui !!  Je réfléchis déjà à des supports plus adaptés pour le prochain défi ... 😊)

Si ce projet me parle tant, c'est qu'il est riche de possibles : en classe ou à la maison, simplissime ou très élaboré, voilà un défi adaptable à n'importe quelle situation, et à n'importe quel public.

Pour aujourd'hui, et avec la permission de son auteure, je voudrais partager un Bingo de la gentillesse. Céline est enseignante au collège et voici ce qu'elle m'écrit :

"Je compte utiliser ce bingo en heure de Vie de classe avec mes 6ème, pour travailler sur les émotions et la relation à autrui. Il est certainement possible de l'améliorer, et je suis intéressée par les retours des lecteurs !

Je pense en fabriquer un en anglais aussi, à utiliser en cours directement, avec des 4ème et/ou 3ème. J'attends de rencontrer mes futurs élèves pour cerner un peu le profil de chaque classe et adapter les "propositions" que je mettrai dans les cases. 😊"


Alors : j'aime vraiment beaucoup ce bingo, c'est limpide et efficace, aisé à mettre en place dans un cadre scolaire, et je suis sûre que cette pratique de classe sera vraiment enrichissante pour les élèves ! Le genre de séance qui laissera des traces dans leurs mémoires et leurs vies d'adultes, si vous voulez mon avis ... 😊

Si vous l'utilisez en classe ou à la maison, avec des grands ou des petits, Céline et moi sommes friandes de vos retours ! Pour moi, j'en aurai très certainement car je compte bien tester ce petit défi avec des CM en Éducation Morale et Civique.

Vous pouvez télécharger le bingo de la gentillesse ICI en Pdf et LÀ en version modifiable.

Si vous le faites, laissez un petit mot pour Céline qui l'a créé et le partage aujourd'hui, ce sera ... gentil ! 😊


Avant de vous quitter, j'aimerai partager une autre contribution, que j'ai reçue de Marie. Il s'agit cette fois d'une petite réflexion terminologique, vous avez voir ...😊

(Je précise que la remarque de Marie ne s'applique pas au travail de Céline ci-dessus - dont elle n'avait pas connaissance et qui, d'ailleurs, est si bien fait qu'il ne tombe dans aucun des travers pointés 😊- mais au "Loto de la semaine de la Gentillesse", que je partageais récemment sur Facebook)

Marie m'écrit :

"Je suis tout comme vous sensible à cette idée, mais me sens terriblement gênée par le terme de "Gentillesse" et lui en préférerais d'autres, dénués de jugement de valeur... Semaine de l'entraide, du partage, de l'écoute d'autrui... ?

Je reformulerais aussi certaines propositions... Je pense que ranger les affaires d'un camarade ou l'aider dans son travail nécessitent au préalable son accord. Je crois aussi qu'il faut s'entendre sur la notion de compliment : vient-il du cœur ou est-il donné pour être aimé, pour obtenir quelque chose en échange... ?

J'imagine qu'avant d'utiliser un Loto de ce type, il faut déjà avoir nourri une petite réflexion... (Et je ne doute pas une seconde de vos compétences dans ce domaine 😊) Personnellement, je ne sais pas ce qu'est un enfant gentil (versus méchant). À la maison, j'en ai un qui veut tant aider tout le temps à tout et qui aime tellement les câlins (au point d'en forcer certains) qu'il peut faire naître chez l'autre un sentiment d'intrusion... 😑"

Qu'en pensez-vous ? Je trouve intéressant d'ouvrir le débat sur ce chouette sujet qui est en général assez peu traité et qui me parle fort ...

Il est vrai que le terme "Gentil" implique en quelque sorte son contraire, "Méchant", qui est, à juste titre, banni du langage pédagogique ... Dommage, je trouve que c'est un joli mot, "La Gentillesse", et j'aurais aimé la sortir de cette espèce de vision bêbête qu'on a d'elle trop souvent aujourd'hui ... Mais s'il fallait lui trouver un "synonyme", j'aime bien "Empathie", et vous ? 😉
 
En attendant vos retours sur ce beau sujet, je vous souhaite une excellente soirée - bientôt la fin de semaine, youhou ! 😊

mercredi 12 septembre 2018

La valeur des notes (+ Printable)




L'exercice avait beaucoup plu aux enfants, et à Louiselle en particulier, mais quelque chose me chiffonnait et m'empêchait de rebondir ... J'ai fini par mettre le doigt dessus, voilà : Mitsouko prend la noire, de valeur 1, comme note "de référence", qu'elle fractionne ensuite en demis (croches), en quarts (double-croches) et ainsi de suite.

A l'usage, il m'a semblé plus intuitif de reprendre les choses ainsi : la noire reste la note de référence (= 1 temps), et on s'interroge : comment appelle-t-on une note qui dure 2 temps ? Et 3 temps ? Et 4 temps ? 

On en profite pour introduire le soupir : c'est le silence de référence, qui vaut 1 temps. 

Non seulement cela me parait plus logique, mais cette approche recoupe les premières partitions que les enfants travaillent, qui ne comportent généralement pas de croches - mais bien souvent les 5 symboles travaillés ici : noires, blanches, blanches pointées, rondes et soupirs.


Voici donc une petite séquence qui visant à introduire à la valeur des notes auprès d'un enfant qui n'en aurait jamais entendu parler - ce n'était pas le cas chez nous, mais j'avais besoin, moi, de reprendre les choses depuis le début pour mieux ancrer la suite ! 😄

1. J'ai commencé par fabriquer mes propres cartes, sur le modèle de celles de Mitsouko, comportant cette fois les notations musicales "de base" que je souhaitais travailler.


2. On s'en sert à la manière de flashcards, de manière à fixer le vocabulaire : "Oh regarde ! Connais-tu ce signe ? Oui, c'est une note ! Connais-tu son nom ? Oui, c'est la Noire, bien sûr, elle a la tête toute noire !". Lorsque tous les signes ont été présentés, on en montre un au hasard à l'enfant qui essaie de le nommer le plus vite possible.

3. On introduit l'idée de durée : "La Noire dure 1 temps. UN. Comme ceci." On chante alors une note brève, en même temps qu'on tape une fois dans ses mains. On passe ensuite à la blanche, qui vaut deux temps : on chante une note plus longue, qui dure le temps de deux battements de mains réguliers. On procède de même pour la blanche pointée (3 temps) et la ronde (4 temps). On introduit le soupir : on frappe dans les mains une fois, sans chanter. Il est possible de reprendre cet exercice avec un métronome (les enfants adorent cet instrument !) en variant les tempos.

N.B. Concernant la blanche pointée, je n'explique pas pour le moment que le point augmente la note de la moitié de sa durée. Je donne la blanche pointée comme le symbole équivalent à une note de 3 temps, et on affinera par la suite. 

4. Les enfants disposent, à côté de chaque carte, le nombre de billes plates correspondant à la valeur de la note représentée. On propose d'abord les cartes dans l'ordre, puis dans le désordre, et on encourage à chaque fois l'enfant à verbaliser la figure de note représentée ("Noire", "Blanche", etc.).


5. L'enfant passe en revue chaque carte et frappe lui-même le rythme tout en chantant des sons courts ou longs. On peut ensuite lui  proposer de construire une petite phrase avec les cartes (par exemple : "Noire-Soupir-Ronde"), et de la chanter en mesure. 


6. Le même exercice est repris au piano. Je demande à l'enfant d'appuyer sur n'importe quelle touche : on travaille ici la valeur de la note et non sa hauteur (do, ré, mi ...). Ce qui est chouette, c'est que l'enfant se rend bien compte que la succession de sons aléatoires EST musicale à condition d'être rythmique.

Ce qui amène un beau sujet de réflexion : et si le plus important, dans la musique, c'était le rythme, et non, comme on le croit souvent, la mélodie proprement dite ? D'ailleurs que se passerait-il si je jouais une mélodie connue ("Au clair de la Lune", par exemple) en changeant la valeur des notes ? L'air d'origine est-il reconnaissable ? 😊


7. Un autre jour, je propose aux enfants de dessiner les figures de notes abordées : c'est l'occasion de se les remémorer et de se les approprier !



8. Le dernier exercice propose à l'enfant de tracer la barre de mesure tous les quatre temps sur la fiche ci-dessous:

On montre à l'enfant comment compter : 1-2-3-4, je trace un trait, 1-2-3-4, je trace un trait ! L'index pointe chaque note en rythme, et la désigne une, deux, trois ou quatre fois de suite selon sa valeur

Ainsi, pour la première ligne : "Noire-noire-noire-noire", on compte "1-2-3-4" en avançant d'une note à chaque nombre. Mais ensuite, la blanche sera pointée deux fois ("1-2"), le soupir une fois ("3") et la noire une fois ("4"). Et on trace la barre de mesure ! 😊

Louiselle a vraiment bien aimé cet exercice-là !


N.B. J'ai considéré tout au long de cette leçon que la noire était la valeur de référence. Cela n'est vrai qu'en binaire (lorsque les temps d'une mesure sont divisibles par deux). Je ne rentre pas dans ces considérations pour l'instant, mais je n'oublie pas le chiffrage traditionnel 4/4 à gauche de la mesure. Mes enfants ne le savent pas, mais sans cette petite fraction, l'exercice n'aurait aucun sens !! 😊


J'espère que tout cela vous inspirera ... Faites-moi un petit retour si vous testez cette séquence !

Bon mercredi chez vous !! ❤