Pages

vendredi 3 novembre 2017

Souvenirs d'octobre {2017}

Collection de petits trésors du mois passé ...


- Admirer la rosée : une goutte sur chaque brin d'herbe !


- Récolter des merveilles
et transformer, à chaque promenade, mon tableau de bord en mini-table de la nature.

{Listes à imprimer ICI}

- Commencer sa liste de Noël.

{Cartes de nomenclature de Add fun and mix}

- Étudier les minéraux et se plaire à croire en leurs pouvoirs magiques.

{Teinture Tulip}

- Teindre ...

{Coloriage de Samantha C. George}

- ... et peindre.


- Savourer les premières flambées et les tartes aux fruits du jardin.

{Playmags}

- Construire et imaginer.


- Collecter les petits trésors de saison.

{Métier à tisser Goki}

- Se passionner pour les travaux d'aiguilles.

{Planisphère Unicef}

- Réaliser un puzzle de 500 pièces !


- Parer la maison de couleurs.


Bonjour, Novembre ! 😊

mercredi 1 novembre 2017

Halloween 2017









Cette année, nous avons, pour la première fois, fêté Halloween selon la tradition populaire. Il est vrai qu'il y a quelque chose de magique au fait de sortir grimés à la nuit tombée. Magiques aussi, ces petits flux d'enfants, maigres affluents qui s'écoulent des ruelles sombres pour se regrouper dans la grand rue bordée de maison éclairées ... Halloween se porte bien : je n'avais pas réalisé à quel point l'évènement était suivi ! Déguisements de papier, maquillages touchants et clinquants  ... Je souris devant le mauvais goût drolatique du barbouillage d'un pseudo vampire de 4 ans, qui a effacé, dans un moment d'oubli, le rouge et le noir de son visage d'un revers de manche ... C'est une ambiance bizarre, à défaut d'être effrayante : l'avidité des enfants, petits et grands, qui courent vers les portes, les voisins qu'on connaît à peine mais qui jouent le jeu à merveille, et les ombres des mères, groupées à l'arrière, qui rappellent de loin les règles de politesse : "Tu as dit Bonjour à la dame ? Et qu'est-ce qu'on dit quand on te donne ?".

Voilà une semaine qu'Antonin et Louiselle n'ont pas quitté leurs déguisements - et je crois qu'ils vont continuer de les porter jusqu'ils tombent en loques. Pour les compléter, ils ont fabriqué leurs baguettes magiques en peignant des bâtons à l'acrylique mêlé de paillettes, puis ils ont passé plus d'une heure, le lendemain, à coller perles, coquillages, rubans, pierres précieuse et billes plates ... Le résultat est vraiment chouette, et on sent tout de suite que ces bâtons-là ont désormais de supers (supers) pouvoirs  ... Notre table "de la Nature" a été bousculée pour accueillir l'imposante courge musquée de Provence (en provenance direct du jardin !) qui symbolise cette fête pour nous cette année.

Halloween sera achevé dès que la réserve de bonbons sera épuisée - cela devrait coïncider au moment où notre citrouille grimaçante va commencer à moisir. Nous entrerons alors dans le côté obscur de l'automne, calme et figé comme l'hiver qu'il annonce. Finie la danse dorée des rayons dans les feuilles rousses... Mais après tant qu'excitation, on peut trouver que le silence et l'immobilité ... c'est magique aussi ! 😊

J'espère que votre fête d'Halloween s'est bien passée !? 😊

vendredi 27 octobre 2017

Les enfants lisent ... {octobre 2017}

 Antonin a 6 ans et 10 mois, Louiselle a 5 ans et 5 mois.

En ce moment, les enfants lisent :


Le Musée de l'art pour les enfants, Amanda Renshaw, Phaidon.

Toute la famille est conquise par ce gros et grand ouvrage qui invite petits et grands à une promenade critique. Voilà l'ouvrage parfait pour initier les enfants à l'analyse artistique ! Que vous soyez vous-même passionnés ou que vous n'y connaissiez rien, c'est l'outil idéal pour se plonger la foisonnante histoire de l'art. Il offre des clefs d'accès dans 31 œuvres majeures, en vrac : Arcimboldo, Bruegel l'Ancien, Pollock, Léonard de Vinci, Botticelli, Hokusai, Christo, Miró, Degas, Picasso, Altdorfer ... Les reproductions sont splendides, les textes accessibles et bien menés ... L'auteur interroge le jeune lecteur sur les œuvres présentées, l'incitant ainsi à développer une posture de spectateur actif. Que regardent les Ménines ? Est-ce que se déguiser peut-être de l'art ? L'analyse n'est jamais fermée, et donne lieu à de superbes discussions en famille. Ce premier volume est une invitation à rêver, à observer, à éduquer son regard ... et à apprendre beaucoup de choses ! Un grand grand coup de cœur !


- Anton et la feuille, Ole Könnecke, L'école des Loisirs.

Des livres comme Anton et la feuille, j'en veux plein. Voilà de la grande littérature, qui contient toujours plus que ce qui n'y parait. Ce qui parait, c'est un adorable album très simple, très tendre, qui peut être lu dès le plus jeune âge. Mais on continue d'aimer Anton  par la suite - les adultes mêmes ne s'ennuient jamais avec lui. Sans doute est-ce le charme du rythme de ses phrases courtes et descriptives. Ou celui du dessin resserré sur le personnage principal - trait noir sur fond blanc, piqueté aux couleurs de saison. Mais le charme d'Anton, c'est surtout son humour naïf inimitable. Car on rigole bien. Des livres comme ça, j'en veux plein, je vous dis : j'adore. Surtout quand c'est mon Anton(in) à moi qui me les lit. 😉


- Le livre des champignons, Roland Sabatier, Découverte cadet.

Ce serait là un guide tout à fait ordinaire - clair et efficace - s'il n'était illustré par Roland Sabatier ! Le résultat est un ouvrage pratique et onirique, aux textes poétiques et vivants, ponctué d'illustrations délicieuses et drôles ... L'humour permet de mémoriser aisément les caractéristiques des champignons abordés - même si l'ouvrage, un peu succinct et passablement décalé, se doit d'être complété par une référence plus classique (par exemple, l'excellentissime Champignons d'Europe Occidentale de Marcel Bon).

- Renards, Ehel Ravidat, éditions Lilavril.

Merci à Ethel Ravidat, qui nous a envoyé ce documentaire exigeant, que nous dégustons depuis par petites tranches en lecture offerte et qui donne lieu à toutes sortes de digressions passionnantes ... Malgré le petit format, c'est un livre épais et très dense, qui recense les différentes espèces de renards de par le monde ... Et les fameuses illustrations de l'auteure, réalisées toutes aux crayons de couleurs, ne laissent pas indifférent, une fois de plus ! 😊


- Les Turlutins et les écureuils, Anne-Marie Chapouton, Gerda Muller.

C'est dommage, ce livre-là n'est pas, pour moi, une madeleine de Proust. Mais disons qu'il pourrait l'être. 😉 Après tout, les auteure/illustratrice ont bercé mon enfance à travers d'autres œuvres, et c'est sans doute pour cela que ce type d'ouvrage sonne si familier à mon oreille. Mais il y a chez les Turlutins quelque chose en plus. Quelque chose de visionnaire, en particulier dans l'importance accordée à l'écologie et aux relations inter-générationnelles. Et puis, il faut bien le dire, quand on lit ce type d'ouvrage, on se prend, quel que soit son âge, à se rêver lutin (mais ne le dites à personne).


- François Ier, Albin Queru, Quelle histoire.

Nous continuons notre progression historique, à notre rythme. Je n'ai pas changé d'avis sur la collection "Quelle Histoire" - je continue de détester les illustrations et dans le même temps de saluer  une entreprise éditoriale unique en son genre. Ce qui m'étonne le plus, c'est l'engouement d'Antonin  pour cette série - tout de même très exigeante. Il est vrai que je prends la peine de reformuler les pages qui me semblent absconses après les avoir lues. Peut-être cet enthousiasme qui m'habite dès que je "raconte" l'Histoire est pour quelque chose dans l'amour que mes enfants portent à ces moments ? ... Une chose est sûre : mes enfants sont mordus d'Histoire autant que moi. Et en savent 1000 fois plus que moi à leur âge . 😉


Cela faisait longtemps que je multipliais les tentatives pour que la poésie fasse partie de notre quotidien. Je glissais de bons recueils au chevet de mes enfants, mais je dois admettre qu'après les avoir rapidement parcourus, ils les laissaient assez vite de côté.

Ce temps est révolu, grâce à deux pépites vintage chinées pour quelques euros. Voici donc les livres de poésie préférés ...


Le matin, il n'est pas rare qu'après le petit déjeuner, Antonin saisisse ce manuel épais et me lise une vingtaine de poèmes. 💓 Ils sont totalement adaptés à son âge et la sélection est de qualité. Les illustrations, sobres et naïves, sont signée Agnès Rosentiehl, la "maman" de Mimi Cracra, vous vous souvenez ?  Ce petit recueil peut également se présenter avec une couverture verte, mais d'après mon enquête, il s'agit bien du même ouvrage. Les premières poésies s'intitulent "Grosse pluie", "Tombe la pluie", "Monsieur le vent" ... On trouve ici des poèmes pour chaque saison, on sent que le thème naturel est au cœur des préoccupations des éditeurs : "Un petit nid", "Novembre gris", "Devant le beau feu clair" ...

- de Louiselle : "Rondes et Chansons", Jacqueline Guyot.

La plupart des vieilles chansons que la Damoiselle affectionne - et qu'elle tient, pour la plupart, de sa grand-mère - y sont : La Volette, Arlequin dans sa boutique, Mon Père m'a donné un étang ... Il existe des tonnes d'albums de ce type, et je ne dis pas que celui-ci est mieux que les autres, mais nous le trouvons très joliment illustré, et nous apprécions le fait qu'il y ait les partitions de toutes les chansons. Je retrouve souvent Louiselle plongée dans ce livre, embarquée au pays du rêve des dames du temps jadis ...

Auriez-vous des références poétiques qui fonctionnent bien chez vous ? 😊


- Animaux de tous les pays, Jana Horackova, Gründ.

Encore une vieillerie - décidément, notre sélection se ressent, ce mois-ci, de mes petites virées en vide-grenier et à Emmaüs ! 😁 Bien sûr, l'ouvrage n'est pas jeune. Le nôtre présente même quelques signes d'humidité, et le découpage des pays du monde a quelque peu changé depuis 1982 ...

Mais les illustrations sont intemporelles, détaillées et splendides. La rigueur scientifique est au rendez-vous : j'aime le fait que pour chaque espèce, le mâle et la femelle soient représentés. Insectes et reptiles n'ont pas été oubliés. Les textes sont assez brefs, mais vont à l'essentiel et sont tout à fait adaptés à l'âge de mes enfants. Une référence !

En ce moment, les enfants écoutent :



Alors, ne me demandez pas ce que JE pense de ce CD. Je n'en pense rien, pour la simple et bonne raison que je ne le connais pas. Ce sont mes enfants qui l'ont choisi à la médiathèque, ce sont mes enfants qui l'ont écouté en boucle, ce sont mes enfants qui se sont mis à fredonner des passages entiers ... de chansons que je ne connaissais pas. Bon, ce que je peux en dire, c'est que ce disque leur plaît vraiment. Il semble empreint d'un humour décalé qui les fait mourir de rire. Je ne veux surtout pas dire de bêtises, mais il semblerait qu'une des chanson s'exclame : "C'est pas moi, c'est moi/Qui ait écrasé le chihuahua", ou un truc comme ça. Tordant.

Pour le reste, le peu qui est parvenu à mon oreille m'a semblé d'une qualité musicale irréprochable. L'univers est celui d'un écolier de l'école primaire - ce qui n'a pas empêcher Louiselle d'adhérer complètement.

Bon, pour moi, cela me fait drôle de "décrocher" des coups de cœur de mes enfants - le genre de truc qui n'était pas censé m'arriver avant leur adolescence, non ?😂

En ce moment, les enfants regardent :


- La balade de Babouchka, Irina Kodyukova.

Voilà le genre de DVD qui concentre toutes les qualités. D'abord, il est court. 52 minutes, divisées par quatre contes talentueux, délicats et cadencés.  Ensuite, la musique est merveilleuse, l'animation ultra-soignée et l'aspect culturel largement abordé. Chacun des contes s'ouvre sur une petite introduction sur la Russie, ses emblèmes, ses peuples, sa géographie et ses histoires. On trouve d'ailleurs ici un ensemble de fiches "récréatives", à utiliser telles quelles ou à détourner, pour prolonger le plaisir de l'exploration de la "montagne de joyaux".

En ce moment, les enfants jouent :


- Rush Hour Junior, Thinkfun.

Ah, pour une fois, le jeu favori de mes enfants n'est pas un Smartgames. C'est un Thinkfun. Dont le principe est exactement celui des Smartgames : 40 défis progressifs dans un jeu compact qui se transporte facilement, des défis à réaliser tout seul (ou à plusieurs, dans la coopération)... Tout pour plaire. 😊

Le but du jeu : réussi à extraire d'embouteillages z'alambiqués la camionnette blanche - qui est celle d'un marchand de glace, vous comprenez l'urgence de la situation ! Il s'agit de lui faire atteindre une porte en poussant stratégiquement les autres véhicules, et pour ce faire, il faut visualiser plusieurs solutions possibles, sélectionner les plus adéquates et les expérimenter sans perdre le fil ... Vous avez dit "résolution de problèmes" ? ...

Et chez vous, qu'y aime-t-on ? 😊

mardi 24 octobre 2017

Histoire de fil


Il y a un principe pédagogique que j'aime beaucoup, et qui dit : si tu veux que tes enfants soient curieux, deviens-le. Si tu veux que tes enfants aiment les maths, aime-les toi-même. Si tu veux qu'ils écrivent, lisent, ou cuisinent, montre l'exemple.

Ce soir, j'avais envie que les enfants aient envie de broder. 😉 Alors, j'ai brodé pour moi-même. Non seulement les enfants ont observé et désiré l'activité, mais j'ai passé de surcroît un très bon moment d'auto-reconnexion.

NB 1. Le principe pédagogique énoncé ci-dessus ne signifie pas sa pseudo-réciproque, à savoir que : si vous exécrez une discipline, votre enfant fera de même par mimétisme. Non, heureusement. Il ne s'agit pas de déterminisme ici, mais au contraire de l'ouverture de tous les possibles. 😊

NB 2. Je suis déjà en train de réfléchir aux cadeaux de Noël (rassurez-moi, je ne suis pas la seule ??) et suis en train de monter un nécessaire à ouvrage pour mes enfants. J'ai déjà réuni tout un tas de jolis outils - bien sûr, je vous tiens au courant et vous aurez une photo du kit achevé .... - mais j'hésite encore pour le contenant... Les boites à ouvrage classiques, avec charnières, me semblent bien chères, d'autant que la qualité n'est pas toujours au rendez-vous ... Je m'adresse ici aux couturières averties : comment rangez-vous votre matériel ? Quel type de boite vous semble le plus adapté pour des enfants ?

Merci d'avance pour vos grains de sel ! 😊

dimanche 22 octobre 2017

Dans l'atelier : étagères d'art



Voici nos étagères d'art (du moment).

De haut en bas et de gauche à droite :

Sur le dessus, un nécessaire en bois rempli de tubes de peinture variées (acrylique, gouache, paillettes ...). 
À côté, des blocs de papier "spéciaux" (pastels, aquarelle) et nos boites de pastels (gras et secs).


Case 2 : Crayons de couleurs, taille-crayon dans une coupelle, panier rempli de perforatrices.

Case 3 : Gouache : j'aime ces gros bidons-pompes que je trouve à la Foir'Fouille, et je vais refaire notre stock petit à petit avec ce type de produit. Ces bouteilles permettent à l'enfant de se servir en toute autonomie, et de doser facilement (une pression suffit généralement à une séance). De plus, la peinture est d'une qualité toute à fait satisfaisante pour le prix ! Je garderai précieusement ces flacons lorsqu'ils seront vides pour les remplir de divers produits.
Panier de ciseaux (cranteurs et normaux), pot de scotch fantaisie.

Case 4 : Panier contenant un projet couture en cours.

 

Ce matériel est complété par d'autres items, qui trouvent leur place dans une petite desserte à côté de la table de travail : chiffons, palettes, pots vides, colle, laque, matériel d'aquarelle, pâte à modeler, argile, outils de modelage, papiers divers, éponges, et encore beaucoup, beaucoup de tubes de peinture. 

L'idée est d'opérer une rotation de temps à autre : je pioche dans la desserte pour y prélever certains matériaux, que je dispose"à l'honneur" sur nos étagères blanches de manière à relancer l'intérêt.


Les enfants ont également un nécessaire à dessin au salon.

Et chez vous, comment s'organise le matériel d'art plastique ? 😊

mercredi 18 octobre 2017

Le goût de la pomme (+ Printable)


Avez-vous déjà procédé à une dégustation ... scientifique ?


Moi, non. Jamais avant dimanche dernier. Enfin, j'avais participé une fois à une dégustation œnologique. C'est un excellent souvenir, mais l'expérience est difficilement reproductible en famille, à moins d'avoir un budget fort conséquent, des connaissances plus que solides, un goût sûr ... et des enfants un poil plus âgés que les miens. 😉


Les pommes, c'est de saison. Ça ne coûte pas cher du tout, les étals regorgent de variétés diverses. C'est bon pour la santé, et ça n'a jamais enivré personne (je crois).


Le matin au marché, j'ai acheté sept pommes différentes, à l'unité - la maraîchère a dû se demander ce que je fabriquais. 

Au moment du goûter, toute la famille s'est réunie autour de la table et nous avons passé un super moment !

Croyez-moi ou pas, mais il ne restait pas un morceau à la fin de séance. 😶

On aime les pommes, chez nous, voilà. 😁


 Voici comment nous avons procédé :

1. J'avais étiqueté chacune d'elle par son nom et nous avons commencé par les nommer, toucher, les soupeser et les humer. Rien qu'à l'odorat, certaines sont plus parfumées que d'autres.


2. Ensuite, nous les avons tranchées. En deux, en quatre. Les textures sont variables sous le couteau. Et la pomme Canada s'oxyde plus rapidement que les autres. 😊 Nous avons coupé un quart de chaque pomme en petits dés et nous avons picoré. Un peu goulûment.


3. Le deuxième quart, coupé à son tour en petits dés, a été mangé avec plus de scientificité : pour chaque pomme goûtée, les enfants remplissaient une fiche d'identité - à télécharger ICI. Je suis très contente de ces fiches car elles correspondent tout à fait aux possibilités actuelles de mes enfants. Ils ont rempli les feuillets chacun leur tour, avec beaucoup de sérieux et d'enthousiasme, sans montrer le moindre signe de lassitude.

Chaque fiche d'identité se compose de trois parties : d'abord, l'enfant note le nom de la variété étudiée, puis il colorie la pomme en fonction de l'aspect de sa pelure (cela donne lieu à d'intéressantes descriptions !) et enfin, il évalue sa saveur. Ici, chacun des membres de la famille a choisi une couleur et entouré le "petit bonhomme" selon son goût propre.


4. Lorsque tout a été rempli, nous avons terminé notre orgie délirante notre dégustation en pleine conscience. Nous commencions à être calés, et nous étions plus centrés sur nos sensations que jamais. L'heure était à la comparaison des variétés entre elle, et au retour sur notre expérience : "Pour la Golden, j'avais dit que je l'aimais comment, déjà ? Ah, oui. Mais finalement, j'aime mieux la Fuji. Un peu moins sucrée, mais plus parfumée, et plus croquante.".

Avec des enfants plus grands (ou des adultes !), il serait intéressant d'ailleurs d'ajouter à nos fiches une liste d'adjectifs à entourer selon les qualités de chaque fruit : croquante, farineuse, juteuse, sucrée, acide, parfumée, etc.

Que d'apprentissages sensoriels au cours de cette séance ! Non seulement nous avons passé un très bon moment tous ensemble, mais en plus nous avons mémorisé le nom de ces pommes et leurs caractéristiques. Et, cerise sur le gâteau, nous savons désormais quelle est notre pomme préférée ... du moins parmi celles-ci.

Mon homme et moi sommes d'accord : nous referons ce type de dégustation. Et peut-être même sans les enfants, tiens ... 😉

mercredi 11 octobre 2017

Notre globe des continents


Je n'ai jamais réussi à acheter le globe des continents Montessori. Dans les boutiques qui ont ma confiance, il est toujours en rupture de stock. Au grès de mes recherches pour lui trouver un suppléant, je suis finalement tombée sur le globe de Learning Ressources, dont le concept interactif m'a beaucoup plu ... Bien sûr, les puristes objecteront immédiatement que les codes-couleurs de ces continents-ci ne sont pas les mêmes que ceux employés par la pédagogie Montessori. Cela vous posera peut-être des problèmes de pertinence, mais pas à nous : en général, j'essaie de ne pas trop enfermer mes enfants dans des codes de ce type. Cela est vrai en mathématiques (nous utilisons les barrettes de perles montessoriennes, mais aussi les réglettes cuisenaires, les cubes à compter ...), et l'est aussi en géographie : ce qui caractérise un continent, ce n'est pas sa couleur (?) mais sa forme, son histoire, sa situation sur le globe, etc.

Je ne rejette cependant pas les aides ponctuelles, et trouve très bien que les continents soient ici nettement différenciés par des couleurs distinctes. Dans un cadre scolaire, d'ailleurs, l'instauration de codes fixes est très profitable aux élèves ayant des difficultés à abstraire. Comme ce n'est pas le cas de mes enfants, je préfère, dans un cadre domestique, multiplier les références et nous rencontrons diverses manières de coloriser les continents dans les Atlas ou sur nos puzzles-planisphères.

Et puis, il y a un autre argument, peut-être moins avouable, en défaveur du code couleur géographique montessorien ... Une lectrice me glissait un jour sur Facebook que ce code la révulsait parce qu'il la renvoyait aux préjugés racistes du début du XXe siècle ... Sans en avoir la preuve tangible, je dirais que c'est fort probable dans un contexte où l'existence de "races d'hommes" faisaient l'objet d'un large consensus scientifique. Je dois admettre que je ne trouve pas, personnellement, de connotations négatives aux couleurs choisies par Maria Montessori (encore que l'Asie en jaune n'est pas un choix très judicieux ... 😩), mais dans le doute, j'opte pour d'autres codes-couleurs dans mes classes.


Pour en revenir à notre globe Learning Ressources, nous le trouvons plein de potentialités ... Voyez plutôt !

Séance 1 : Découverte libre

Le principe de l'objet est simple : ce globe se présente comme un puzzle en trois dimensions. Les continents sont amovibles, ainsi que les étiquettes des noms des océans et des continents. À charge pour l'enfant de le reconstituer.


Dès réception du globe, les enfants ont inventé une activité. Comme vous le voyez sur la vidéo ci-dessus, Louiselle déchiffre les étiquettes (en anglais sur le produit original) pendant qu'Antonin se cache les yeux. D'une part pour ne pas être tenté de souffler à la lectrice débutante qu'est sa sœur, mais aussi et surtout parce que le nom de chaque continent est écrit en couleur, de celle qui se rapporte au continent ... C'est donc un peu trop facile pour des enfants de l'âge des miens !

Séance 2 : Ré-étiquetage


Bien sûr, mon homme et moi nous dépêchons de refaire des étiquettes en français : tout est prévu, des auto-collants vierges sont vendus avec le globe.

Nous les rédigeons volontairement sans code couleur. Si l'enfant a besoin de vérifier son étiquetage, il peut se référer d'un Atlas. C'est excellent pour se familiariser avec ce type d'outil et découvrir d'autres représentations de l'espace.


Pour le reste, c'est Louiselle qui s'en charge : elle déchiffre les nouvelles étiquettes, identifie l'emplacement où il faut les coller, décolle les légendes d'origine et  recolle les nouvelles.


Séance 3 : Appropriation sensorielle


On apprend avec tous ses sens ... Avec le goût aussi ! 😄


Nous avons décidé de réaliser des biscuits en forme de continents : on lave les continents en plastique à l'eau savonneuse, on rince bien. Plus on s'en sert comme découpe. On trace le contour au couteau, on détache la forme obtenue. On saupoudre de sucre et on passe au four à 180°C jusqu'à ce que ce soit bien doré. Pendant ce temps, on lave à nouveau les éléments à l'eau savonneuse avant de les ranger sur leur globe.

Voilà une activité qui incite à toucher les contours des terres, à les tracer, à les observer : c'est ludique et efficace !

Sur notre globe, l'Antarctique n'est pas amovible : ce continent est "empalé" par l'axe de rotation de la Terre et le socle vient donc s'y planter. Louiselle a donc décidé de fabriquer elle-même ce 7e continent, en découpant un "zigouigoui" (sic), qui, s'il n'est pas particulièrement ressemblant, a le mérite de symboliser le continent austral. Il ne s'agit pas de l'oublier !


Le résultat a dépassé mes attentes esthétiques ! 😄 En gonflant à la cuisson, la pâte feuilletée a gommé les éventuelles imperfections au découpage, et nos continents sont sortis du four aussi dorés que ressemblants !

Bien sûr, avant de tout dévorer, il a fallu reconstituer le planisphère, en s'aidant du globe : ce ne fut pas facile du tout ! C'est un bon exercice de repérage dans l'espace, et pour passer de la rotondité au plan ; il peut être proposé avec bonheur à de multiples reprises - et à des enfants plus grands que les miens.

Et quel bonheur de déguster ensuite ces continents encore tièdes ! C'est bien sûr l'occasion de réinvestir le vocabulaire : "Moi, je prends l'Amérique du Sud ! - Et moi, l'Europe ! - On se partage l'Afrique ? (re-sic)".

Séance 4 : Jeu tactile


On apprend avec tous ses sens, donc ...


Ici, les continents détachables se prêtent à merveille au jeu du sac stéréognostique : il s'agit de reconnaître les continents simplement en les touchant.

Antonin a fait la preuve qu'il connaissait ses continents ... sur le bout des doigts ! 😄

Ce matériel vous inspire-t-il ? Voyez-vous d'autres activités qu'on pourrait mettre en place grâce à lui ?