Pages

mercredi 18 octobre 2017

Le goût de la pomme (+ Printable)


Avez-vous déjà procédé à une dégustation ... scientifique ?


Moi, non. Jamais avant dimanche dernier. Enfin, j'avais participé une fois à une dégustation œnologique. C'est un excellent souvenir, mais l'expérience est difficilement reproductible en famille, à moins d'avoir un budget fort conséquent, des connaissances plus que solides, un goût sûr ... et des enfants un poil plus âgés que les miens. 😉


Les pommes, c'est de saison. Ça ne coûte pas cher du tout, les étals regorgent de variétés diverses. C'est bon pour la santé, et ça n'a jamais enivré personne (je crois).


Le matin au marché, j'ai acheté sept pommes différentes, à l'unité - la maraîchère a dû se demander ce que je fabriquais. 

Au moment du goûter, toute la famille s'est réunie autour de la table et nous avons passé un super moment !

Croyez-moi ou pas, mais il ne restait pas un morceau à la fin de séance. 😶

On aime les pommes, chez nous, voilà. 😁


 Voici comment nous avons procédé :

1. J'avais étiqueté chacune d'elle par son nom et nous avons commencé par les nommer, toucher, les soupeser et les humer. Rien qu'à l'odorat, certaines sont plus parfumées que d'autres.


2. Ensuite, nous les avons tranchées. En deux, en quatre. Les textures sont variables sous le couteau. Et la pomme Canada s'oxyde plus rapidement que les autres. 😊 Nous avons coupé un quart de chaque pomme en petits dés et nous avons picoré. Un peu goulûment.


3. Le deuxième quart, coupé à son tour en petits dés, a été mangé avec plus de scientificité : pour chaque pomme goûtée, les enfants remplissaient une fiche d'identité - à télécharger ICI. Je suis très contente de ces fiches car elles correspondent tout à fait aux possibilités actuelles de mes enfants. Ils ont rempli les feuillets chacun leur tour, avec beaucoup de sérieux et d'enthousiasme, sans montrer le moindre signe de lassitude.

Chaque fiche d'identité se compose de trois parties : d'abord, l'enfant note le nom de la variété étudiée, puis il colorie la pomme en fonction de l'aspect de sa pelure (cela donne lieu à d'intéressantes descriptions !) et enfin, il évalue sa saveur. Ici, chacun des membres de la famille a choisi une couleur et entouré le "petit bonhomme" selon son goût propre.


4. Lorsque tout a été rempli, nous avons terminé notre orgie délirante notre dégustation en pleine conscience. Nous commencions à être calés, et nous étions plus centrés sur nos sensations que jamais. L'heure était à la comparaison des variétés entre elle, et au retour sur notre expérience : "Pour la Golden, j'avais dit que je l'aimais comment, déjà ? Ah, oui. Mais finalement, j'aime mieux la Fuji. Un peu moins sucrée, mais plus parfumée, et plus croquante.".

Avec des enfants plus grands (ou des adultes !), il serait intéressant d'ailleurs d'ajouter à nos fiches une liste d'adjectifs à entourer selon les qualités de chaque fruit : croquante, farineuse, juteuse, sucrée, acide, parfumée, etc.

Que d'apprentissages sensoriels au cours de cette séance ! Non seulement nous avons passé un très bon moment tous ensemble, mais en plus nous avons mémorisé le nom de ces pommes et leurs caractéristiques. Et, cerise sur le gâteau, nous savons désormais quelle est notre pomme préférée ... du moins parmi celles-ci.

Mon homme et moi sommes d'accord : nous referons ce type de dégustation. Et peut-être même sans les enfants, tiens ... 😉

mercredi 11 octobre 2017

Notre globe des continents


Je n'ai jamais réussi à acheter le globe des continents Montessori. Dans les boutiques qui ont ma confiance, il est toujours en rupture de stock. Au grès de mes recherches pour lui trouver un suppléant, je suis finalement tombée sur le globe de Learning Ressources, dont le concept interactif m'a beaucoup plu ... Bien sûr, les puristes objecteront immédiatement que les codes-couleurs de ces continents-ci ne sont pas les mêmes que ceux employés par la pédagogie Montessori. Cela vous posera peut-être des problèmes de pertinence, mais pas à nous : en général, j'essaie de ne pas trop enfermer mes enfants dans des codes de ce type. Cela est vrai en mathématiques (nous utilisons les barrettes de perles montessoriennes, mais aussi les réglettes cuisenaires, les cubes à compter ...), et l'est aussi en géographie : ce qui caractérise un continent, ce n'est pas sa couleur (?) mais sa forme, son histoire, sa situation sur le globe, etc.

Je ne rejette cependant pas les aides ponctuelles, et trouve très bien que les continents soient ici nettement différenciés par des couleurs distinctes. Dans un cadre scolaire, d'ailleurs, l'instauration de codes fixes est très profitable aux élèves ayant des difficultés à abstraire. Comme ce n'est pas le cas de mes enfants, je préfère, dans un cadre domestique, multiplier les références et nous rencontrons diverses manières de coloriser les continents dans les Atlas ou sur nos puzzles-planisphères.

Et puis, il y a un autre argument, peut-être moins avouable, en défaveur du code couleur géographique montessorien ... Une lectrice me glissait un jour sur Facebook que ce code la révulsait parce qu'il la renvoyait aux préjugés racistes du début du XXe siècle ... Sans en avoir la preuve tangible, je dirais que c'est fort probable dans un contexte où l'existence de "races d'hommes" faisaient l'objet d'un large consensus scientifique. Je dois admettre que je ne trouve pas, personnellement, de connotations négatives aux couleurs choisies par Maria Montessori (encore que l'Asie en jaune n'est pas un choix très judicieux ... 😩), mais dans le doute, j'opte pour d'autres codes-couleurs dans mes classes.


Pour en revenir à notre globe Learning Ressources, nous le trouvons plein de potentialités ... Voyez plutôt !

Séance 1 : Découverte libre

Le principe de l'objet est simple : ce globe se présente comme un puzzle en trois dimensions. Les continents sont amovibles, ainsi que les étiquettes des noms des océans et des continents. À charge pour l'enfant de le reconstituer.

video

Dès réception du globe, les enfants ont inventé une activité. Comme vous le voyez sur la vidéo ci-dessus, Louiselle déchiffre les étiquettes (en anglais sur le produit original) pendant qu'Antonin se cache les yeux. D'une part pour ne pas être tenté de souffler à la lectrice débutante qu'est sa sœur, mais aussi et surtout parce que le nom de chaque continent est écrit en couleur, de celle qui se rapporte au continent ... C'est donc un peu trop facile pour des enfants de l'âge des miens !

Séance 2 : Ré-étiquetage


Bien sûr, mon homme et moi nous dépêchons de refaire des étiquettes en français : tout est prévu, des auto-collants vierges sont vendus avec le globe.

Nous les rédigeons volontairement sans code couleur. Si l'enfant a besoin de vérifier son étiquetage, il peut se référer d'un Atlas. C'est excellent pour se familiariser avec ce type d'outil et découvrir d'autres représentations de l'espace.


Pour le reste, c'est Louiselle qui s'en charge : elle déchiffre les nouvelles étiquettes, identifie l'emplacement où il faut les coller, décolle les légendes d'origine et  recolle les nouvelles.


Séance 3 : Appropriation sensorielle


On apprend avec tous ses sens ... Avec le goût aussi ! 😄


Nous avons décidé de réaliser des biscuits en forme de continents : on lave les continents en plastique à l'eau savonneuse, on rince bien. Plus on s'en sert comme découpe. On trace le contour au couteau, on détache la forme obtenue. On saupoudre de sucre et on passe au four à 180°C jusqu'à ce que ce soit bien doré. Pendant ce temps, on lave à nouveau les éléments à l'eau savonneuse avant de les ranger sur leur globe.

Voilà une activité qui incite à toucher les contours des terres, à les tracer, à les observer : c'est ludique et efficace !

Sur notre globe, l'Antarctique n'est pas amovible : ce continent est "empalé" par l'axe de rotation de la Terre et le socle vient donc s'y planter. Louiselle a donc décidé de fabriquer elle-même ce 7e continent, en découpant un "zigouigoui" (sic), qui, s'il n'est pas particulièrement ressemblant, a le mérite de symboliser le continent austral. Il ne s'agit pas de l'oublier !


Le résultat a dépassé mes attentes esthétiques ! 😄 En gonflant à la cuisson, la pâte feuilletée a gommé les éventuelles imperfections au découpage, et nos continents sont sortis du four aussi dorés que ressemblants !

Bien sûr, avant de tout dévorer, il a fallu reconstituer le planisphère, en s'aidant du globe : ce ne fut pas facile du tout ! C'est un bon exercice de repérage dans l'espace, et pour passer de la rotondité au plan ; il peut être proposé avec bonheur à de multiples reprises - et à des enfants plus grands que les miens.

Et quel bonheur de déguster ensuite ces continents encore tièdes ! C'est bien sûr l'occasion de réinvestir le vocabulaire : "Moi, je prends l'Amérique du Sud ! - Et moi, l'Europe ! - On se partage l'Afrique ? (re-sic)".

Séance 4 : Jeu tactile


On apprend avec tous ses sens, donc ...


Ici, les continents détachables se prêtent à merveille au jeu du sac stéréognostique : il s'agit de reconnaître les continents simplement en les touchant.

Antonin a fait la preuve qu'il connaissait ses continents ... sur le bout des doigts ! 😄

Ce matériel vous inspire-t-il ? Voyez-vous d'autres activités qu'on pourrait mettre en place grâce à lui ?

mercredi 4 octobre 2017

Mise à jour


Plusieurs d'entre vous m'ont signalé qu'ils ne recevaient plus les notifications par mail des articles de ce blog ?

J'ai procédé à une nouvelle mise à jour ce soir, j'espère que le problème sera réglé ...

Seulement, je ne sais pas du tout : peut-être sera-t-il nécessaire de vous réabonner pour recevoir à nouveau la newsletter ??

Merci de me tenir au courant : si ça marche sans réabonnement, avec, ou pas du tout quoiqu'on fasse ...

Ce soir, je me suis abonnée à mes propres articles (c'est rigolo, quand on y pense) pour voir un peu ce qui allait se passer une fois que j'aurai posté celui-là ... J'espère le recevoir dans ma boite mail et avoir ainsi la preuve que ce widget fonctionne ... 😊 La réponse en commentaire dans les heures à venir ...

Sur ce, bonne nuit à tous, et désolée pour la bafouille technique ! 😊

mardi 3 octobre 2017

Des bulbes à forcer


En ce moment, nous sommes très occupés au jardin ! Octobre, en plus d'être certainement le plus beau mois de l'année, est aussi l'un des plus agréable pour le jardinage et l'un des plus denses : c'est la pleine saison des récoltes au potager et au verger, mais aussi celle où l'on met en place les plants de printemps - qu'ils soient légumes ou fleurs ...

Et à propos de fleurs, justement, nous songeons aussi aux longs mois hivernaux, et nous avons eu envie, en flânant dans une jardinerie en famille, de fleurir notre morte saison de bulbes printaniers ...

Les enfants ont choisi leurs bulbes à forcer : c'est ainsi qu'on appelle des oignons que l'on fait fleurir en hiver. On en trouve dans le commerce dès décembre, mais le forçage est facile à mener soi-même - et consiste en fait à faire vivre au bulbe un hiver artificiel. 

Le premier avantage, quand on décide de le faire à la maison, c'est que l'enfant peut choisir lui-même le type de fleur qu'il souhaite faire éclore pour Noël : en magasin, on trouve principalement des bulbes de jacinthe forcés en vente dans de petits vases à col étroit dès fin novembre. Mais le choix est en réalité bien plus large : muscaris, narcisses, crocus et tulipes ... Tous les bulbes à floraison printanière, en fait !

(Tant mieux, on n'aime pas les jacinthes plus que ça par ici ... Mais tout le reste ... Oui, beaucoup !) 😊

Et bien sûr, les bulbes s'épanouissant dans un vase de verre, c'est très pédagogique. D'abord, cela permet à l'enfant de récréer le cycle des saisons et d'observer les besoins de la plantes en terme de température, de lumière, et d'humidité ... Ensuite, le vase est transparent. Profitez-en ! Marquez au feutre effaçable des repères montrant la croissance des racines ou de la tige. Légendez à même le verre les différentes parties identifiables - racines, tiges, feuilles, fleur ...

Ici, les enfants ont fait leur choix :  quelques oignons de tulipes - aux couleurs aléatoires, ce sera la surprise ! - et un crocus chacun. Ils les ont enveloppés dans un sac en plastique opaque (un petit sac poubelle convient très bien) et placés dans le bac à légumes du réfrigérateur. À 5 degrés dans le noir ... Pour nos bulbes, c'est l'hiver en ce moment !

Les oignons resteront ainsi stockés 6 semaines, et lorsque nous les sortirons, ils croiront vivre le printemps, et s'éveilleront de leur dormance. Nous serons alors à la mi-novembre. 😉 

Pour les crocus, nous avons acheté en jardinerie deux petits vases spécifiques - avec leur col étroit, ils ressemblent à s'y méprendre aux vases pour jacinthes, mais en plus petits.

Pour les tulipes, c'est un peu plus délicat : leur tige longiligne est fragilisée par le forçage, et peut se rompre lorsque la fleur, plutôt lourde, s'épanouit. Il vaut mieux coucher les bulbes par bouquet de cinq (ou plus ou moins, mais c'est toujours plus joli en nombre impair ! 😉), dans un vase large et profond, sur lit de gravier.  Les parois du vase soutiennent alors la croissance de la tige - qu'il est préférable, néanmoins, de choisir de "port trapu" dès l'achat si c'est possible.

Pour le moment, nous en sommes donc à attendre.  Mais je vous donnerai des nouvelles (en images !) et je peux d'ores et déjà vous dire que les enfants sont très enthousiastes !

À suivre, donc ! 😊

mercredi 27 septembre 2017

Cinq menus de saisons (kids friendly)


Enfin, menus "de saison", c'est vite dit. Le temps qu'ils parviennent jusqu'à vous, ce ne sera peut-être plus la saison de rien du tout - tout va si vite en septembre. J'espère néanmoins que les menus suivants vous inspireront ! Je consigne maintenant mes recettes les plus réussies sur Instagram, et je pense les publier par ici dès que j'aurai plusieurs plats à vous proposer. Tels qu'ils vous sont présentés ci-dessous, ils ont vraiment beaucoup (beaucoup !) plu à toute ma petite famille ! Mais bien sûr, ils restent adaptables en fonction de ce que vous avez dans votre réfrigérateur et de votre inspiration du jour : pour réaliser un bon petit plat maison qui restera gravé dans la mémoire gustative de nos enfants, il faut souvent s'approprier une recette et s'en écarter quelque peu ... N'est-ce pas ?

Menu 1


- Tranches de melon et de pastèque
- Soupe aux légumes grillés
- Moelleux aux pommes et à la purée d'amandes

Les recettes :


 Soupe aux légumes grillés

Un soir de la semaine dernière, je suis rentrée tard du travail - épuisée. J'ai rapidement placé les derniers légumes d'été du jardin au four pour les faire rôtir et les servir avec une plâtrée de pâtes.

Bon, cela n'a pas trop plu (les légumes, je veux dire, parce que les pâtes ... bon), et il en restait plein. Le lendemain, comme j'étais au moins aussi pressée et fatiguée que la veille, j'ai repris ces restes, et j'en ai fait une soupe ... Mama mia. Même Antonin s'est pâmé, c'est vous dire. 😉


Ingrédients :

- Derniers légumes d'été préalablement rôtis au four : pour moi, beaucoup de poivrons, un peu de courgettes et d'aubergines.
- 4 pommes de terre
- 1 petit oignon blanc
- 4 gousses d'ail
- Origan, thym frais.
- Bouillon de légumes.
- Huile d'olive

Préparation :

Faire chauffer 1 cuillère à soupe d'huile d'olive dans une marmite, y faire dorer 4 gousses d'ail écrasées puis hachées et un oignon du jardin. Ajouter 4 pommes de terre épluchées coupées en dés, faire dorer, puis placer les légumes rôtis dans la marmite avec le reste, ainsi que de l'origan et du thym frais. Recouvrir de bouillon de légumes, et laissez mijoter le temps que les pommes de terre soient cuites. Mixer, déguster.

Moelleux aux pommes et à la purée d'amandes

Trois couches, trois textures, une tuerie ... 😁😁😁


Ingrédients :

- 2 belles pommes bio (Golden pour nous).
- 150g de farine T80.
- 150g de sucre non raffiné.
- 1 yaourt nature.
- 100g de beurre.
- 2 CS de purée d'amandes complète.
- 3 œufs.
- 1 CC d'extrait d'amandes amères.
- 1 sachet de levure chimique.


Préparation :

Mélanger 150g de farine, un sachet de levure et 100g de sucre. Creuser un puits et ajouter un yaourt nature, 50g de beurre fondu et 2 œufs battu. Bien mélanger et verser la pâte dans un moule préalablement beurré et fariné. Mettre en attente et préparer la crème aux amandes : battre au fouet électrique 50g de beurre mou avec 50g de sucre jusqu'à ce que le mélange mousse. Ajouter 2 bonnes CS de purée d'amandes complète, 1 œuf, 1 CC d'extrait d'amandes amères. Fouetter et verser ce mélange dans le moule, sur la première préparation. Reste à recouvrir de lamelles de pommes et à enfourner dans un four préchauffé à 180°C pour 30 minutes.

 Menu 2


- Salade de haricots verts
- Poire

Menu 3




- Cake au sarrasin, noix et chèvre
- Salade de concombre et tomates 
- Raisin du jardin

La recette :


 Cake au sarrasin, noix et chèvre très très bon 😊


Ingrédients :

- 2 ou 3 petits oignons blancs selon récolte.
- 110g de farine bise.
- 40g de farine de sarrasin.
- 145 ml de lait.
- 80 ml d'huile d'olive.
- 3 œufs.
- Une bûche de chèvre (125g)
- 30g de fromage râpé : j'ai utilisé ici un reste de fromage à rcalette, mais je pense que de l'emmental ou du comté feront aussi bien l'affaire.
- 50g de poudre de noix (concassées maison !).
- Huile d'olive.
- 1/2 sachet de levure chimique.
- Une pincée de sucre, sel, poivre.

Préparation :

Dans un saladier, mélanger 110g de farine bise et 40g de farine de sarrasin. Ajouter 145 ml de lait tiède, 80 ml d'huile d'olive, 3 œufs battus, et 1/2 sachet de levure chimique. Bien mélanger. Faire revenir quelques petits oignons blancs finement émincés dans un peu d'huile d'olive. Les ajouter à l'appareil, ainsi que 50g de poudre de noix et 30g de fromage râpé. Ajouter enfin une bûche de chèvre en petits dés, une pincée de sucre, du sel, du poivre. Bien mélanger, verser dans un moule beurré et fariné et enfourner 30 minutes à 180°C.

Menu 4


- Dernier barbecue de l'année
- Radis
- Noisettes fraîches

La recette : 

Dernier barbecue de l'année


Sur ce sujet, je vous renvoie à l'excellent article de Mango and Salt : "Idées faciles pour un barbecue végétarien". C'est une mine d'or, et le goût est garanti ! Ici, nous avons un faible pour ses brochettes de champignons à la japonaise ... 👍 

Menu 5



- Pizza à la courgette
- Mûres sauvages

La recette :

Pizza à la courgette

Le samedi soir, chez nous, c'est pizza ! Et comme depuis quelques mois nous mangeons de la courgette à toutes les sauces 😁, j'ai eu le temps de peaufiner une version de pizza aux courgettes dont je suis assez satisfaite.


Ingrédients :

- Une pâte à pizza (maison ou du commerce)
- 1 courgette.
- 1/2 bloc de feta.
- 1 yaourt grec
- Miel.
- Thym.
- Huile d'olive.
- Sel, poivre.
- Facultatif : pignons de pin.

Préparation :

Sur la pâte, étaler un yaourt grec battu avec du miel, du sel et du poivre (au goût). Disposer par dessus une courgette tranchée très fin à la mandoline, puis 1/2 bloc de feta coupé en petits dés. Saupoudrer de thym, arroser d'un filet d'huile d'olive, enfourner à 200°C jusqu'à ce que le tout soit bien doré. Au moment de servir, parsemer éventuellement de pignons de pin dorés à sec.

Bon appétit et bonne inspiration à tous ! Pour moi, je rêve déjà de petits plats douillets aux couleurs de courges et de patates douces ... Mais ce sera l'objet d'un autre post culinaire, sans doute ! 😊

dimanche 10 septembre 2017

Vos tables des saisons {été 2017}

Un petit tour chez les lectrices pour célébrer la saison qui s'achève ...

Chez Céline :


"J'ai eu envie de participer à ton partage collectif des tables des saisons


C'est sûrement que les mots "haut-automne", "bas-été", "graines" et bien sûr, tes photographies m'ont fait comprendre que j'avais effectivement une table des saisons chez nous, mais tellement mouvante, tellement anarchique que je n'appellerais pas vraiment cela une table des saisons, mais plutôt une zone de dépôt. 


Dépôt de fruits et de légumes de nos récoltes, dépôts de graines en train de sécher, dépôt de coquillages, cailloux, éléments naturels, et, de temps en temps : livres, presse à feuilles, vases et plumes ...


Bref, une table qui s'ignore vu que tout est plus ou moins dispersé dans le salon-cuisine.



J'ai donc rassemblé le tout le temps de la photo, et tu pourras en voir le résultat !"

Chez Justine :


"Pour installer notre table des saisons, nous utilisons les deux niveaux du haut de notre étagère d'art plastiques qui se trouve au salon. Nous y disposons notre collection de pierres, de coquillages (qui sera certainement remplacée par des marrons dans quelques temps), quelques bâtons, fossiles ... Et puis nos exemplaires de la Petite salamandre et les cartes de nomenclature du cycle de vie des papillons dont nous avons fait un élevage au début de l'été. "

Chez Agnès :


"Bon, je me lance avec mon entrepôt sauvage non photogénique. 😊

Pas de table des saisons chez nous à proprement parler : nous avons encore des Godzillas dans la maison. Quand nous sortons nous promener, nous laissons les trésors s'entasser en bas des marches qui mènent à la porte d'entrée. Il y a un petit soupirail bien pratique pour entreposer les trouvailles.

Nous habitons le quartier résidentiel d'une petite ville et nous prenons rarement la voiture pour aller nous promener; Donc, nous ne ramassons que ce que nous pouvons trouver à portée de bambins - dans le quartier ou dans le parc : des petites pommes de pins, des feuilles, des bâtons, et de temps en temps, des graines diverses (hélicoptères, glands ..., des feuilles et des branches. Les grosses pommes de pins nous ont été données par un collègue qui habite la campagne et qui a ce genre ce chose dans son jardin. J'ai ajouté un petit pot dans lequel je mets les plumes que nous trouvons - rien d'extraordinaire la plupart sont des plumes de pigeons.

Dans notre cuisine se trouve également les bouquets de fleurs du jardin (pâquerettes, pissenlits et autres en fonction de la saison), amis rien en ce moment !"


D'autres tables des saisons en images :


Chez Audrey M.




Chez Gaëlle D.


Chez Maman Fouine :

 
Chez Nora H.

Une table des saisons, entre terre ...


... et mer ! 😊


Chez Soline :


Et je termine par cette jolie photo, qui, si elle n'est pas toute à fait celle d'une "table de saison" - encore que ... ! - reflète assez bien, à mes yeux, ce que fut la saison qui s'achève :

Chez Britta et Alexandre :


"À peine cueillis, déjà dans l'assiette !

Voici un petit plat concocté avec des concombres jaunes et des tomates jaunes, agrémentés de quelques feuilles d'épinards anciens, fleurs de capucines, basilic grec et ciboulette, tout ceci directement issu de notre potager urbain à Genève (Suisse)."

Il nous reste officiellement 12 jours d'été ... Profitez-en bien ! 😊

samedi 9 septembre 2017

En ce moment, nous ... {Brèves culturelles}

En ce moment, nous lisons ...





Rhââ, voilà une histoire idéale pour les jeunes lecteurs - vrai depuis presque un mois que nous l'avons emprunté, je ne crois pas l'avoir lu une seule fois. C'est toujours Antonin qui s'y colle, pour le lire à sa sœur. 

D'ailleurs, cela m'interroge beaucoup, cet appétit que le Damoiseau a de lire pour Louiselle. Je me dis que cela a beaucoup compté dans son apprentissage. Je me dis aussi que la Damoiselle fut bien patiente d'écouter ces histoires ânonnées - du moins au début - et je me suis toujours un peu étonnée de la passion avec laquelle elle les buvait. Je me dis enfin que je ne suis pas sûre qu'Antonin soit un auditeur aussi patient auprès de sa sœur quand celle-ci voudra, à son tour, lui lire des textes - je dois déjà batailler pour qu'il la laisse déchiffrer à son rythme, sans lire sa place ... 😔

Mais pour en revenir à cet album : c'est le genre de récit efficace à tous les coups, parce que cathartique : si votre enfant pâtit d'une peur quelconque, il va trouver dans cette lecture des outils pour s'armer lui-même. Must-have absolu en période de cauchemars ! Les illustration crayonnées sont adorables - réalistes sans être effrayantes : les monstres ne sont que grotesques et vous feront pleurer de rire !



Voici un très beau petit album, que je me porte dans mon cœur depuis longtemps déjà et que j'ai été heureuse de faire découvrir à mes enfants. C'est une magnifique allégorie de la séparation : Papa et Maman n'habitent plus ensemble, et qu'est-ce que cela signifie, pour l'enfant ? Qu'ils habitent dans deux mondes séparés. Et que gravir la distance qui va d'un univers à l'autre requiert autonomie, patience et courage. Pensez donc : Maman vit Terre, et Papa ... sur la Lune. Qu'à cela ne tienne, avec un peu d'organisation, la petite Mona passe un week-end sur deux avec son père, pour faire avec lui des activités qui lui ressemblent : observer les étoiles, collecter les pierres de lune, et faire des bonds extraordinaires.  Malgré la distance, on garde un œil sur Maman, si lointaine pourtant ... Et le week-end achevé, Mona repart vers la planète maternelle ...

Bien sûr, les petits férus d'astronomie y trouvons leur compte : le vocabulaire y est, et les détails techniques, ainsi que le soupçon d'aventure. Mais l'essentiel de l'histoire, à mon sens, n'est pas tout à fait là, vous l'avez compris !



Bien sûr, vous le connaissez déjà. C'est un must-have de toutes les bibliothèques montessoriennes ! Planches somptueuses, textes palpitants, précis et succincts, présentation claire : il a tout bon.


Les enfants sont littéralement fascinés par cette encyclopédie, en particulier par son sommaire, qui présente le classement scientifique "traditionnel" des espèce animales. Même si on sait que ce classement est caduque, il a le mérite d'être accessible aux jeunes enfants. Sur la photographie ci-dessus, Antonin et Louiselle trient toutes (! 😁) leurs figurines selon ces classes traditionnelles : mammifères, poissons, reptiles, oiseaux, amphibiens et invertébrés. Je n'ai eu qu'à fournir les étiquettes, et le livre a permis la recherche de réponses en cas de doute et le contrôle de l'erreur.



Ah ah, et voici, pour faire le pendant, ce que pourrait être un indispensable dans une bibliothèque Reggio : un album sans prétention au premier abord, qui dévoile au fil des pages des visages réalisés à partir d'objets de la vie courantes ou de matériaux de récupération... Jeux de transparences et de couleurs (via quelques voiles de calques), photographies authentiques et objets de la vie quotidienne détournés : il a exercé sur mes enfants une fascination réelle, et nous a inspiré quelques visages improvisés avec les objets in situ.



Je suis parfois mitigée vis-à-vis de cette série des Balthazar : j'aime beaucoup les ouvrages "pratiques" de la collection (abécédaires et imagiers), mais je suis souvent plus sceptique vis à vis des albums plus narratifs. Je trouve qu'ils versent dans une scientificité rébarbative - l'exemple type, c'est Balthazar et le temps qui passe, qui, s'il présente l'avantage de fournir une jolie poutre du temps, manque absolument de rythme, à mes yeux comme à ceux de mes enfants. Du coup, je suis prudente, et j'emprunte dorénavant cette série à la bibliothèque.

Le titre sus-mentionné est semblable à tous les autres sur un point : les illustrations sont somptueuses ! Pour cela il n'y a jamais à redire, le travail de Caroline Fontaine Riquier est hautement professionnel, je devine le temps qu'elle doit passer sur chaque dessin !! 😯

Le texte est plus laborieux, et je le lis toujours avec peine. Ce n'est pas de la littérature, c'est une leçon enrobée. Mais j'ai constaté que le message passait : Louiselle reprend les propos de Balthazar pour expliquer les ombres "chinoises" des végétaux sur sa fenêtre... Après tout, dans le cadre d'une séquence sur les phénomènes d'ombres et de lumière, c'est une bonne lecture d'introduction !



Montessoriens purs et durs, fuyez ! 😄 Cet album est truffés de personnages rondelets, complètement animalisés, alors que des figures plus réalistes auraient aussi bien fait le job. Je ne suis pas réfractaire aux personnages/animaux - ce serait se priver de bien des merveilles ! - mais c'est vrai qu'ici le trait est forcé sans qu'on en comprenne vraiment la nécessité.

Montessoriens purs et durs, revenez ! 😉 Cet album est un magnifique ouvrage technique ET romanesque (cf. critique du précédent album) : parfait pour les petits fous de football, ou pour ceux qui, comme mes enfants, n'y connaissent rien, mais aimeraient en savoir davantage. Voilà donc une lecture qui permet d'aborder très simplement les règles de ce jeu ; mais c'est aussi une histoire de dépassement de soi et d'amitié, un grand coup de cœur de mes deux enfants !



Nos découvertes en romans jeunes lecteurs progressent - il faudra d'ailleurs que je remette un jour l'article sur le sujet à jour !

J'avais beaucoup entendu parler de La Cabane Magique, mais sans savoir pourquoi, je me méfiais un peu. En bien, c'est une très bonne surprise ! Fidèle au genre, ce premier roman d'aventure multiplie les péripéties haletantes (mais pas trop non plus !). L'écriture est tout à fait agréable, le scénario bien ficellé. Bien sûr, on se prend au jeu de la série, et nous attendons avec impatience l'acquisition du tome 2 pour nous propulser au temps des chevaliers ... et découvrir un nouvel indice !

En ce moment, nous écoutons ...



Qu'écoutent vos enfants en ce moment ?

Ici, nous avons toujours quelques CD de comptines anglaises en cours d'emprunt. Les enfants en écoutent beaucoup, et en connaissent beaucoup ! Il aiment retrouver les classiques d'un disque à l'autre, parfois interprétés différemment. Si jamais nous oublions d'en emprunter lors de nos tournées médiathèque, ils sont littéralement en manque ! 

L'autre découverte, plus récente, c'est Henris Dès. Louiselle a déniché L'âne blanc à la médiathèque il y a une semaine, et en quelques jours, les enfants ont mémorisé toutes les chansons. Ce qui me fait complètement drôle, puisque j'écoutais, moi aussi, ce chanteur lorsque j'étais petite ! Toutes les paroles me sont revenues d'un coup ... et je m'attelle à la tablature de La Blague à tabac pour pouvoir accompagner mes enfants quand ils chantent ...

Et chez vous, des must-listen ? 😊

 En ce moment, nous regardons ...


L'année dernière, nous avions emprunté un DVD de Minuscule à la médiathèque, et les enfants avaient apprécié ces épisodes (très courts et super zens), mais sans plus. Nous avions donc décidé de garder cela pour plus tard. 

Il y a quelques mois, nous avons réitéré. Et les enfants se tordent de rire devant les aventures de la petite chenille avide, ou celles de la mouche frileuse. Voilà. C'était ces rires qui manquaient. À 5 et 6, Louiselle et Antonin sont désormais capables de saisir l'implicite et tout l'humour de ces petits chefs d’œuvre ... Ça valait le coup d'attendre. 😊

Après la découverte de la BD, celle du dessin animé ! 😊 C'est tout à fait fidèle, et adorabilissime. Chi est vraiment le premier manga idéal ; la bande dessinée japonaise est régie par des codes bien à elle, et cette "petite" série (euh, d'une douzaine de volumes tout de même !) est parfaite pour commencer à les appréhender. L'histoire est rafraîchissante, et l'humour déployé est correspond bien à ce qui fait rire les tout-petits : ah ah, l'épisode dans lequel le vétérinaire prend la température rectale de la petite Chi !! Tordant, non ? 😄

Non ? 😉

Et sinon ... Claude Ponti for ever ... 😉


Bonne lecture à tous ! 😊