Pages

samedi 1 août 2015

Trois gestes simples pour se (re) connecter

De quoi nos relations ont-elles besoin pour être saines, riches, et reliées ?

Je ne connais pas encore la réponse à cette question - du moins, je ne la connais pas toujours avec le cœur. Avec la tête, c'est plus facile :  j'ai tout un tas de livres chéris, cornés, marqués et annotés sur ma table de chevet qu'il me suffit d'ouvrir au hasard pour trouver la (les ?) réponse(s)... Mais, ça, c'est triché, hein ? Et bien que ces lectures soit absolument vitales dans ma vie de tous les jours, je sais bien qu'elles ne suffisent pas...

Je suis toujours méfiante face aux "spécialistes" de l'éducation bienveillante. Qui peut prétendre exceller dans ce domaine ? Un robot sans histoire, sans blessure et sans passé... ?

Pour moi, les choses sont ce qu'elles sont. Ni vraiment simples (ah, cette fatigue immense qui souvent me terrasse !), ni très compliquées - mon histoire est ce qu'elle est, mais j'ai été moi-même élevée dans une bienveillance relative et j'en cueille les fruits. Mes enfants sont en bonne santé et... ce sont mes enfants. On vit bien ensemble. On se ressemble parfois. Le rythme qui convient à l'un convient souvent aux autres (mais pas toujours !). C'est la vie de famille, quoi. ;-)

Les fléaux de la vie de famille : la dispersion ("Je pense à 20 000 choses à la fois."), et donc la distraction : l'absence à moi-même et l'absence à l'Autre, que j'occulte, que j'écarte, que j'enferme dans un rôle, ou sur lequel je projette mes ressentis.

Le remède universel : la conscience de l'instant présent, qui me donne à vivre et à voir l'Autre tel qu'il est.

Tout cela, je le sais bien, mais une fois de plus, c'est une connaissance un peu livresque. L'instant présent, ça va quand j'y pense, mais le reste du temps ? ;-)

J'ai eu besoin de me doter d'outils personnels concrets pour m'aider à inviter l'instant présent. Pour me connecter aux miens tels qu'ils sont, ralentir, rigoler, et me dire que quoi qu'il arrive, quoiqu'on en dise, ce moment-là nous l'avons vécu. Et qu'il est beau. :-)

Ce sont trois petits exercices simplissimes. Mais ce qu'ils font pour moi... je ne saurais l'écrire ! :-)
J'espère simplement qu'ils vous inspireront !


1. Au réveil

Toute ordonnance médicale devrait commencer par là : deux respirations trèèèès lentes, chaque matin au réveil. :-D

Plus simple à dire qu'à faire, et pour y parvenir, j'ai dû, pendant un temps, coller un post-it sur mon radio-réveil... :-D

Voici un petit exercice que m'a fait faire mon ostéopathe : tendez votre bras devant vous, pointez votre index et faites-le tourner trois fois dans le sens des aiguilles d'une montre en petits cercles minuscules.

Très bien.

A présent : qu'en était-il de votre respiration pendant cet exercice ?

Quatre chance sur cinq pour que vous ayez retenu votre souffle. Non ? ;-)

La vie asphyxie. 

On se lève, on se lave, on s'habille, on lance le café, on prépare le petit déjeuner, on lève les enfants, on cherche les chaussons, et on se lance dans une course effrénée à travers cette journée toute neuve. Sans respirer.

Faites l'essai : le matin, levez-vous doucement, asseyez-vous au bord du lit, les pieds bien ancrés dans le sol, et respirez deux fois. Par le ventre ou non, par le nez ou la bouche, qu'importe. Mais faites-le lentement. Très lentement : inspire, expire, inspire, expire. Le plus lentement du monde, comme si vous aviez très à cœur de gagner un concours de lenteur.

Le rythme cardiaque ralentit, l'esprit s'éveille et l'anxiété fond. C'est immédiat : pour moi, je suis plus calme, plus heureuse et connectée à moi-même, à mon mari, à mes enfants, et à ma journée.

A présent, cela fait partie de moi et ces deux respirations surviennent d'elles-mêmes, non seulement au réveil, mais à tout moment de la journée - dès que j'ai en ai besoin.


2. Les yeux dans les yeux...

Connaissez-vous ce titre des Who :  "See Me, Feel Me, Touch Me, Hear Me" ? :-)

Et bien voilà, tout est là. Essayez donc ça à la maison. Essayez-le avec votre conjoint(e). Essayez-le avec vos enfants. Et voyez : vous êtes plus calme et vous êtes connecté(e). Et soudain comblé(e). Non ? :-)

Le matin, en vous réveillant, ou le soir, en vous retrouvant après une journée de travail, saluez les membres de votre famille en les regardant droit dans les yeux, en prêtant attention au son de leur voix comme si vous l'entendiez pour la première fois. Touchez leur main, leur joue. Pensez au jour où vous êtes tombé(e) amoureux(se) de votre moitié. Pensez à la minute où vous avez rencontré votre enfant nouveau-né.

Faites de vrais gros câlins, en pleine conscience des sensations de toucher, et faites-les durer un peu plus longtemps que d'habitude. Pendant le trajet quotidien, attraper une main et ne la lâchez plus. Dites les prénoms de chacun comme si vous prononciez ces sons pour la première fois. Essayez de retrouver l'émotion que vous ressentez lorsque vous n'avez pas vu l'un des vôtres pendant quelques jours.

Au début, je vous préviens, il faut faire un peu "comme si"... Et puis, sur de courts instants, plusieurs fois dans la journée, cela finit par venir tout seul...

Voilà, vous êtes connectés ! :-)


3. Se remémorer sa journée.

Le saviez-vous ? C'était déjà un rituel au temps de l'Antiquité, que pratiquaient, en particulier, les stoïciens... :-)

Après la petite chanson du soir, avant de quitter mes enfants pour la nuit, nous prenons quelques minutes pour évoquer les évènements marquants de la journée. Jusqu'à présent, c'était moi qui brossais le récit, en essayant de me placer du point de vue de l'enfant et mettre le doigt sur les faits saillants pour lui (qui ne sont, bien sûr, pas forcément ceux qui m'ont marquée, moi...). C'est l'occasion aussi d'évoquer le déroulement de la journée (le matin, le midi, l'après-midi, le soir...) et de structurer le temps. Très vite, mes enfants ont commencé à commenter et à enrichir mes compte-rendus, et tout doucement ils commencent à choisir seuls les évènements importants de leur journée.

Parfois, je m'exprime ensuite sur ma propre journée, et sur mes ressentis personnels.

On conclut par le fait que cette journée est terminée, que nous allons tous dormir. On évoque la journée du lendemain (école, nounou, visite d'amis ou sortie...).

Ce petit exercice est un moyen simple de revivre ensemble la journée passée, et d'accueillir ensemble la suivante - que nous la vivions ensemble ou non ! :-)

Et vous, que faites-vous pour vous reconnecter ? ;-)

18 commentaires:

  1. Je vais essayer ces exercices ! Raconter la journee fait aussi partie du rituel du soir. Par contre, il me demande tjs de raconter moi d'abord et je faisais l'inverse de toi : je racontais Ma journee à moi pensant que ça l'inciterait à parler de Sa journee à lui...
    Sinon pour me reconnecter à lui après un moment tendu on se fait une séance "bisous partout" ou " guillis" sur le lit de papa maman et la colere s'évapore (bon faut prendre sur soi pour débuter la séance quand on n'a pas envie mais alors vraiment pas de rigoler :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore cette idée "défouloir dans le rire" ! :-)

      Supprimer
  2. Génial ton article Elsa!
    Ici aussi, on se raconte la journée au coucher... et on joue tous ensemble... on se fait des câlins!
    Sinon, j'aime marcher et imaginer cette douce fleur qui pousse sous mes pieds à chaque pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-)

      Méditation en marchant, hein ? ;-)

      Supprimer
  3. Je commence toujours ma journée par un peu de relaxation, méditation ou Yoga (les jours ou je ne travaille pas) et j'avoue que ça change tout pour la journée. Et je finis toujours par un moment de "gratitude" avant de m'endormir pour me rappeler de la journée et des bons moments passés...
    Depuis que je le fais pour moi, je l'ai mis en place pour les filles aussi : yoga matinal les jours où nous le pouvons et câlins en conscience, et tous les soirs après la lecture séance câlins et petits bonheur de chacun des membres de la famille! Et sinon, j'en parlerai sur mon blog, mais j'ai trouvé un petit livre de massage très sympathique pour finir une petite journée en douceur tous ensemble!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pff, je t'admire, moi je n'arrive lus à méditer du tout en ce moment... :-(

      Par contre, on sort d'une séance de yoga avec les enfants, et ça, c'est chouette !!

      Hâte de voir le livre dont tu parles ! :-)

      Supprimer
  4. Ca me fait penser à la cohérence cardiaque ta respiration du matin... J'aimerai adopter ce rituel, il faut que je me lance avant que les vacances ne soient terminées. J'avais commencé une micro séance de yoga le matin mais j'ai arrêté, à reprendre aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas évident, hein ? Moi, tous les matins, je n'y arrive pas, je fais à la demande des enfants... :-/

      Supprimer
  5. Merci pour ses bonnes idées. Moi aussi ma connaissance du sujet n'est que trop livresque... D'ailleurs le matin je préfère commencer par me déconnecter de la réalité et lire mes mails ou au mieux un peu du roman du soir... symptomatique ? Je vais tenter la respiration...

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, Elsa
    Vraiment, un grand merci pour tes pensées, tes réflexions et les idées que tu mets en mots et en oeuvre. Il m'est très agréable de te lire, de m'inspirer de votre expérience familiale et de tes "recherches" pédagogiques. Ces quelques mots trouvent en moi un écho et viennent traduire un ressenti intérieur que je n'arrive pas aussi facilement à exprimer.
    Je lis tes blogs depuis quelques temps et je n'avais encore jamais commenté. J'aurais plutôt parier écrire à l'occasion de la présentation d'une activité à tes enfants mais en fin de compte c'est cet article ci, réflexion de ton propre cheminement qui me fait prendre la plume !!
    Tu es une personne très enrichissante, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci du fond du cœur, Ma ! :-)

      Supprimer
  7. Merci pour ce joli article!
    Ayant repris le yoga cette année, c'est devenu une habitude de faire des respirations profondes dès le matin au réveil. Ca fait un bien fou! Bon, parfois, j'oublie, mais c'est bien ça "se reconnecter", dès que j'y pense, hop un peu de relaxation, même pas longtemps, et on est de retour dans l'instant présent, c'est magique!
    Pour le soir, nos enfants nous ont amené à faire un résumé de la journée, ils ne peuvent pas dormir sans! Et on en profite pour faire les câlins en même temps :-) J'avoue que le fait d'être en congé parental permet de "ralentir" et de prendre le temps de vivre le moment présent, je pense que j'aurai beaucoup plus de mal à le faire tout en travaillant, alors bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-)

      Bon, pour le moment, c'est facile, je suis "en vacances", enfin, disons que je travaille à la maison... ;-)

      Supprimer
  8. Moi j'aime bien un exercice que m'a proposé ma sophrologue : ralentir les petits velos ! Quand je ne sais plus où donner de la tête et que j'arrive à me dire que là il faut que je ralentisse et que je me reconnecte je le fais. Mais le plus dur est d'arriver à prendre conscience que c'est le moment de le faire :-/
    Quand je me sens dépassée j'imagine donc des petits velos qui tournent dans ma tête comme dans un velodrome et je les fais ralentir petit à petit jusqu'à l'arret complet. En général cela a un effet sur la respiration aussi !

    RépondreSupprimer