Pages

jeudi 7 juin 2018

L'Atelier aujourd'hui


Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas pris de photos de l'atelier, mais hier matin, en passant l'aspirateur (!!), la manière dont il avait évolué depuis mon dernier article sur le sujet m'a frappée. A 6 et 7 ans, après avoir passé de nombreux mois à construire et exprimer leurs idées et leurs ressentis à travers diverses manipulations, mes enfant sont entrés de plein pied dans le monde symbolique. Ils  écrivent, ils lisent, ils aiment à inventer et à raconter des histoires à l'oral (au passé simple !), s'intéressent aux sciences humaines et à l'origine des choses.

Et dans notre environnement, cela se voit !

L'Atelier est une pièce à part dans notre maison. C'est un espace dédié aux apprentissages et au "travail" (j'y ai d'ailleurs installé mon propre bureau), mais ce n'est pas le seul. On apprend aussi à la cuisine, au salon ou au jardin (beaucoup au jardin !). La première vocation de l'Atelier est de stocker le matériel pédagogique dont je dispose dans de grands placards (absolument non photogéniques). Il se veut aussi et malgré cela un espace confortable et accueillant, dans lequel nous prenons plaisir à nous rendre. Mon seul regret est de ne pouvoir y entreposer d'instruments de musique, mais sous les toits, les variations de température sont trop importantes... Ce ne serait pas bon pour eux !

Ceci fait, il nous reste encore beaucoup de place. Nous y installons donc un certain nombre d'invitations selon nos centres intérêts du moments. L'ensemble est en fait une sorte d'incarnation sensible de ce qui occupe nos esprits !

L'espace lumière et la disposition générale des meubles n'a pas beaucoup changé depuis que je vous les ai présentés, mais le reste de la pièce se transforme chaque jour - elle évolue en même temps que mes enfants grandissent. Pas de visite guidée exhaustive aujourd'hui, donc, mais plutôt quelques zooms sur deux ou trois espaces qui m'ont paru significatifs des intérêts de mes enfants :

  • La cordelette tendue au-dessus de la table accueille les productions des enfants ou, comme en ce moment, des cartes de nomenclature consacrées à un artiste, à un courant artistique ou à un genre (paysages, portraits, natures mortes etc.). 
L'appréciation de l'Art, c'est quelques chose de très simple, je trouve : c'est intuitif. Il s'agit de se connecter à ses ressenti (étonnement, agacement, émerveillement, mélancolie ...), d'en prendre acte, pour être dans une relation à l’œuvre. Cela passe forcément par l'observation d’œuvres (dessins, peinture, sculptures ...). Pas besoin d'y passer une demi-heure à chaque fois ; avec des enfants (ou pas) mieux vaut de multiples rencontres, mais brèves. Pas de semaine passée sans contempler de l'Art ! Reproductions grand format ou cartes de nomenclatures, livres illustrés et recherches Internet ... Aujourd'hui l'accès à l'Art est si facile ! Rien qu'avec la collection en ligne du Centre national des Arts plastiques, on a de quoi faire ...

Il est important pour moi d'observer également des portraits des artistes étudiés (tout comme on s'applique, d'ailleurs, à "mettre un visage" derrière les noms d'auteurs et d'illustrateurs). On lit des biographies, on décrit des représentations de l'artiste au travail, si elles existent. L'art ne tombe pas du ciel, il est le fruit d'une recherche et d'un travail acharné.

Les visites des musées restent occasionnelles chez nous (une fois par saison environ), mais sont l'occasion d'une vraie fête. Il y a quelques mois, alors que je demandais à mes enfants, en préparant une virée en ville, s'ils préféraient se faire un cinéma ou un musée, ils répondirent d'une seule voix : "Un muséééeeee !". J'en fus la première surprise et ne suis pas sûre qu'ils me fassent cette réponse la prochaine fois, mais l'anecdote est véridique !! 😊


  • Le tableau noir est un support dont ne nous lassons pas. Il a longtemps servi (il sert encore !) au graphisme. Mais à présent que mes enfants savent écrire entre de petites lignes, sur un simple cahier, il est souvent reconverti en "mur d'apprentissage". Le tableau noir est idéal quand on cherche à réduire les stimulations visuelles (affiches, calendriers, photos ...) : ce support aimanté les remplace tous ... mais tour à tour ! Il permet d'isoler un sujet d'étude, et de le mettre à l'honneur ... avant de tout effacer pour le remplacer par un autre.


  • Un petit meuble à casier accueille quelques romans (les enfants apprécient de plus en plus les lectures "longues") et, dans les compartiments du bas, tout le matériel plastifié que j'ai pu fabriqué depuis que je suis Maman : cartes de nomenclature, images séquentielles, jeux de cartes, tables de Seguin ... En matière de "fait maison", nous gardons tout ! Cela prend très peu de place et exerce toujours un fort pouvoir d'attraction sur les enfants - à condition qu'il soit laissé à disposition en permanence. 

Lorsqu'Antonin doit réviser une évaluation pour l'école, j'essaie, si j'ai le temps, d'imprimer un petit jeu de manipulation se rapportant à la notion étudiée (on trouve des trésors sur les blogs En classe avec Montessori ou Trois dans le petit nid). Et nous le gardons ! Le Damoiseau aime les reprendre parfois, c'est agréable de manipuler ce que l'on sait déjà. Ce matériel concret matérialise, en quelque sorte, les apprentissages de l'année.  On tout étaler, par exemple, et énumérer : "Ah, oui, alors,cette année j'ai appris à ranger dans l'ordre alphabétique, à énoncer les caractéristiques d'une phrase, à repérer un nom, un verbe, à situer dans le passé/le présent/futur, à conjuguer au présent de l'indicatif, au futur ...".  

L'apprentissage est rendu visible, l'enfant sait ce qu'il sait et sait qu'il le sait. Une simple manipulation permet de le vérifier : "Oh, Maman, mais ça c'est facile ! Je l'ai appris en début d'année, quand j'étais petit !". 😊

Et le message est clair : on n'apprend pas "pour le contrôle", bien sûr !


Ces cartes n'ont pas un format homogène ; la majorité d'entre elles sont des cartes de nomenclature et sont assemblées par catégories (oiseaux, dinosaures, fleurs ...) : soit elles sont perforées et reliées par un anneau, soit elles sont simplement entourées d'un élastique, ou encore enfermées dans une petite boite. Certaines ont même trouvé leur place dans des boitiers de CD vides ! Mais l'intérêt de les proposer toutes ensemble est que les enfants s'exercent souvent à les trier selon d'autres catégories : non pas les oiseaux avec les oiseaux et les champignons avec les champignons, mais : "Mettons ensemble tout ce qui est rouge, mettons ensemble tous les animaux, ou tout ce qui a été inventé par l'homme".

C'est la première compétence du jeune scientifique : savoir faire tomber les objets du monde sous des concepts souples - et dégager des caractéristiques communes à un ensemble d'objets disparates.


  • Je termine par une vue (tronquée) de nos étagères : elles occupent toute une longueur de pièce, sous un pan de toit incliné. Elles contiennent du matériel varié (lecture, écriture, art, travaux manuels, sciences, musique, Histoire ...). Selon les centres d'intérêt du moment, une catégorie de matériel peut s'épandre, en quelque sorte, jusqu'à représenter la moitié du contenu des étagères - les autres domaines d'activité, du même coup, se resserrent et s'épurent (car je fais alors un tri pour mettre certains objets de côté jusqu'au prochain regain d'intérêt).
 En ce moment, ce sont les mathématiques qui sont à l'honneur, c'est donc ce matériel qui prend le plus de place sur nos étagères. Le mois dernier, c'était plutôt l'artisanat (métier à tisser, scoubidous, perles à repasser, canevas ...), et je me dis que cela vous aurait certainement intéressé ... mais je n'ai pas pris de photos, désolée ! 😑


Voici donc le détail de nos étagères "mathématiques" en ce moment, très rapidement :


Tout en haut, faute de place, on glisse des plateaux bas et de petits objets :

- Une balance Learning Ressources (qui rentre tout juste !),

- Un tangram (ancien modèle Ikéa). Des modèles de difficultés variées sont à disposition dans un porte vue, disponible dans la bibliothèque (non photographiée).

- Du matériel de numération Wesco.

- Une règle graduée d'un mètre.

- Le porte-perles pour manipuler les nombres de 10 à 19.

- Le tableau de mémorisation de l'addition (non photographié).


Puis, dans les casiers :

- Le mémo des poids (à utiliser avec a balance par exemple).

- Les timbres Montessori (dans une boite en bois).

- Des réglettes cuisenaire (dans une boite en bois itou).

- Les tables de multiplication en bois.

- Des dés classiques ou de jeux de rôle (dans une trousse).

- Cent boutons dans une barquette en bois.

- Les nombres base 10 à construire.

- Les cubes du binôme et du trinôme Montessori.

- Cent jetons de poker dans un panier (qui peuvent servir à la numération, mais aussi de petits poids pour la balance).

- Une abaque.

- Des chiffres en mousse dans un bocal en verre.


- Des solides géométriques (ceux-là, ceux-là, ceux-là et ceux-là).

- Des attrimaths et quelques modèles (on en trouve d'autre dans le même porte-vue qui acceuille le smodèles d etangram).

- Des blocs logiques.

- Les chiffres rugueux Montessori.

- Une boite de perles Montessori (première table de Seguin).

- La chaine de cent Montessori (la boite d'allumette contient les flèches à placer). Il s'agit en fait de notre chaine de mille dont j'ai détaché 10 dizaines.

- La suite de notre matériel de numération Wesco (les milliers sont un peu encombrants !)

- Des cubes à compter (ceux de Wesco sont d'une qualité bien supérieure à celle des autres marques - comme Learning Ressources -, croyez-moi, j'ai comparé !!).

J'espère que cette petite visite guidée vous inspirera ! Pour moi, je retourne à mon ménage - au ménage des autres pièces, je veux dire ... 😁

13 commentaires:

  1. Je l'ai déjà dit et je le redis encore... Cet atelier me fait rêver! Nous avons nous aussi une grande partie de ce matériel (les maths, c'est vraiment le truc d'Antonin!) mais il manque l'espace... un lieu de quiétude qui invite à la découverte et à l'expérimentation... Merci pour toute cette belle inspiration!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Marie ! Et oui, l'espace, c'est un vrai problème ... Nous sommes vraiment chanceux d'avoir cette pièce, j'en ai vraiment conscience !!!

      Supprimer
  2. Pour moi c'est pareil je vous suis depuis des années et je trouve cet atelier merveilleux et tout ce que vous faites d ailleurs! Vous êtes une grande source d inspiration !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci pour ce chaleureux retour, Aurélie !!

      Supprimer
  3. Ah merci pour cette visite !! Que dire à part que je le trouve vraiment superbe !
    C'est vraiment une pièce inspirante, vivante et vibrante ! Bref, j'adore !

    RépondreSupprimer
  4. La bonne surprise du soir !!! Merci pour cette visite !

    RépondreSupprimer
  5. Toujours aussi inspirant, merci Elsa !

    RépondreSupprimer
  6. Ca me donne envie d'aménager un endroit comme cela chez nous! Merci pour le partage! Je vais aussi essayer de mettre en place un rendez-vous hebdomadaire avec l'art. Ce qui est "marrant" quand on devient maman, c'est qu'en souhaitant ouvrir notre enfant au monde et lui faire découvrir un maximum de choses, on s'oblige aussi à s'ouvrir et à apprendre de nouveau. Et ça, c'est plutôt bien =P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Eloïse !
      Oh, oui, c'est bien !!! :-)
      Et le RDV quotidien avec l'Art vous intéresse, mon prochain article devrait vous plaire ... A paraitre dans les jours à venir !! :-)

      Supprimer
  7. Et comment vous faites pour la poussière ? Tant d'objets découvert, ça doit en amasser, non ? Moi, j'ai dû mal même dans la chambre de ma fille. :(
    Et une autre question : ma fille (de 4 ans) adore les activités manuelles, le dessin, le découpage etc. Mais elle ne veut se séparer d'aucune création et mon mari ne veut absolument pas qu'on en jette quand elle a le dos tourné. Comment faites-vous pour gérer le flot de productions ?
    Merci d'avance,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Irina !

      Ah, pas tellement de poussière, non ... Je ne dépoussière presque jamais ... Je crois que la poussière vient des meubles eux-mêmes, des tissus, des objets, non ? ... Moins on en a, moins il y a de poussière (chez nous, c'est assez "vide").

      Pour conserver les œuvres, j'utilise des porte-vues dans lesquels les enfants glissent eux-mêmes les travaux qu'ils souhaitent garder. Comme on peut en glisser plusieurs par pochette transparente, c'est assez rentable, et ça ne prend pas beaucoup de place. Plus tard, quand un porte-vue est plein, je demande aux enfants de faire un tri, ils gèrent tout seuls (mais sur le coup, c'est difficile de se séparer d'une œuvre qu'on vient de réaliser, c'est sûr !!). Pour les œuvres en 3D, on utilise des carton (type carton à chaussures) selon le même principe.
      :-)

      Supprimer