Pages

jeudi 23 juin 2016

Fête de l'été 2016


La parentalité, pour moi, c'est d'abord un beau rêve éveillé, dont je distingue tous les détails : le désir de vivre certaines expériences avec mes enfants, l'envie de leur transmettre l'amour de la vie, et de les élever dans une parfaite connexion avec le monde environnant et les cycles naturels. Et puis, il y a la réalité : une famille surmenée en cette fin d'année scolaire qui n'en finit pas, des émotions qui s'expriment - mal, mais amplement ! - et que nous sommes tous trop épuisés pour accueillir sereinement. Dans  ce climat, j'étais heureuse de l'arrivée du solstice. Depuis deux ans que nous célébrons fidèlement les changements de saison, je savais qu'à cette occasion nous allions ralentir et nous reconnecter. 

Je ne le nie pas : cela me demande du temps et du l'énergie, surtout, je crois, du fait que cette fête ne correspond à rien dans notre culture. Je me demande souvent si nos voisins remarquent que nous parons notre maison et que nous festoyons les jours d'équinoxes et de solstices, et s'il font le lien ?? S'il le font, qu'en pensent-ils ? Célébrer la saison naissante n'est pas sans évoquer un vieux rite barbare, une fête celte peut-être, ou même cromagnonne, au cours de laquelle on prend le temps de contempler, de rêver à l'avenir et de se souvenir des mois passés en savourant le spectacle des enfants qui, nus comme des vers, s'ébattent et s'égosillent au jardin comme de parfait petits sauvages.

Exactement ce dont j'avais besoin ce mardi-là, je dois avouer ! 😊

Peindre à l'aquarelle sur papier de soie

Il n'est pas facile de ralentir. Ce n'est pas une décision que l'on prend une fois pour toutes, mais, au contraire, un engagement qu'il faut sans cesse réaffirmer. Je décide de me couper d'Internet pour toute une journée ? Je ralentis. J'ouvre un livre, je sors jardiner un peu ? Je ralentis. Je décide de faire quelque chose de mes mains, je prends d'observer le jeu de mes enfants ou de câliner longuement notre chat ? Je ralentis, mais le lendemain, tout est à recommencer. Ralentir, c'est prononcer un vœu (au sens religieux) à chaque minute dans le flot de la vie moderne qui court du plus vite qu'elle peut vers elle ne sait quoi.

Laisser sécher

Mais pour les enfants, le rythme simple du temps qui passe est une seconde nature. Les fêtes saisonnières, dont nous ne manquons jamais le rendez-vous, leur paraissent toutes naturelles. Le cours de la lune ou du soleil, les variations de température ou les changements brusques de météo les imprègnent totalement et affectent leur humeur et leur énergie, même s'ils ne sont pas à même de le verbaliser. Cerise sur le gâteau, ces petites fêtes leur permettent de structurer le temps de manière optimale. Mes enfants savent toujours parfaitement en quelle saison nous sommes, et connaissent bien les caractéristiques de chacune. Ces festivités toute simples leur permettent d'associer des objets, des goûts et des textures à la notion abstraite du temps qui passe.

Pour autant, notre célébration fut fort simple cette fois encore, d'abord pour permettre aux enfants d'y prendre la plus large part, ensuite pour éviter de s'enliser dans les préparatifs - nous n'avons VRAIMENT pas besoin d'un surcroît de travail au mois de juin, n'est-ce pas ? 😉

Déchirer en petits morceaux

Notre fête de l'été a du soucis à se faire : la concurrence est rude. La fête de l'automne, avec son feu de camp au jardin et sa permission de "veiller" (toute relative, mais qui fait illusion, grâce à la nuit qui tombe assez vite) est de loin la préférée de mes enfants. Pour les adultes, il en va tout autrement : l'été est synonyme d'un bien-être dont nous savons qu'il sera éphémère. Après le long hiver et un printemps pour le moins chaotique, le solstice promet chaleur et générosité. J'avais envie d'y mettre la fraîcheur de l'eau, la saveur des fruits mûrs, le parfum des herbes aromatiques du jardin, et beaucoup de soleil !!

Coller sur du papier cuisson

La semaine dernière ayant été très pluvieuse, nous avons eu le loisir de fabriquer quelques décorations pour la maison. Deux petits suncatchers, donc, d'abord...


... et puis deux couronnes d'épis d'orge des murs, qui pousse en abondance dans notre allée.


Les couronnes sont réalisées avec trois lianes d'actinidia tressées et fermées en cercle, et nous glissons les tiges d'orge dans cette structure.


Dans un joli papier jaune, j'ai découpé deux couronnes (princières, cette fois !) et une dizaine de cercles, que les enfants ont décoré de dessins et de gommettes.


Ils étaient très fiers d’arborer leur couronne : "Je suis la reine Soleil ! Et toi, tu es le roi Soleil !!". 😊


Nous avons récolté l'aneth et la verveine du jardin, qui devenaient envahissantes, et avons mis les bouquets à sécher, la tête en bas, de part et d'autre de la porte qui mène au jardin.


Les cercles de papier jaune ont été scotchés aux carreaux comme autant de petits soleils.


Et voilà la maison parée en toute simplicité par nos petits décorateurs de 4 et 5 ans ! 😊

Le jour J, la météo nous a fait une farce : il avait plu sans discontinuer dans la nuit de lundi à mardi, et nous nous réveillons dans une ambiance détrempée et très fraîche (15°C au thermomètre !). Nous partons le matin sur-habillés : manches longues, jambes longues, cirés... Vers midi, sans crier gare, la canicule tombe d'un coup. Nous gagnons 15 degré en quelques minutes, l'air se charge d'une lourdeur étouffante... et nous transpirons beaucoup !!

En rentrant, nous n'avons qu'un désir : nous déshabiller et nous baigner ! 😄


L'installation de la piscine au jardin est LE rituel de notre fête d'été - un (piètre) équivalent de notre formidable feu de camp d'automne, si vous voulez : un symbole fort, qui va donner sa couleur à la journée.

Cette année, par un total hasard, il y eu une autre activité phare : l'heure de la relâche de nos papillons Belle-dame avait sonné. Promis, l'élevage de nos chenilles fera l'objet d'un article à part entière, et pour l'heure, je me contenterai de dire ici que ce fut un moment complètement magique et follement poétique. Et absolument pas prémédité. 😊

Le pique-nique avait été préparé la veille : il se composait principalement d'une tarte "soleil" au pesto et à la mozzarella maladroitement réalisée par les enfants...


... et d'un gâteau au couleurs estivales : simple génoise fourrée à la confiture, recouverte d'un glaçage blanc et ornée de fleurs de capucine (comestibles !).


Côté petits cadeaux, les enfants ont reçu deux très beaux livres de saison, permettant de patienter jusqu'au demi-anniversaire d'Antonin samedi prochain : Premiers printemps d'Anne Crausaz, et Promenade de la petite fille de Nathalie Léthé et Marion Bataille.


Voilà pour cette année. Nos précédentes fêtes estivales sont ICI et LA, et il y en aura d'autres ! 😉

Ce que j'aime, finalement, dans ces modestes fêtes, c'est que leur essence réside dans leur préparation elle-même. En cuisinant, en dessinant, ou en cherchant la nappe du pique-nique au fin fond de la cabane de jardin, nous célébrons. Toutes ces actions banales se dotent d'un sens nouveau, et laissent un goût de plaisir sur la langue. Et toutes sont l'occasion d'aborder la saison nouvelle. Il faut dresser le parasol ! Mais où est le soleil dans le ciel ? Où était-il tout à l'heure et où sera-t-il bientôt ? Nous récoltons les herbes. Quelles sont celles qui sont mûres, quelles sont celles qui ne le sont pas ? Nous découpons la pastèque. Quels sont les fruits que nous pourrons déguster tout au long de l'été ? Pendant quelques jours, l'été est notre grille de lecture sur le monde, et nous fait tout voir d'un œil neuf.

Célébrer la saison nouvelle, c'est aussi une manière de se fêter les uns les autres, et de fêter notre dépendance à la terre.  C'est une manière de se concentrer sur ce que nous avons et de réfléchir à notre relation au monde naturel et à l'Autre. J'en ressors toujours avec un sentiment de gratitude face à cette vie de famille, qui, si elle n'a pas tout à fait l'allure de celle de mes rêves éveillés, y tend tout de même parfois - ah, les enfants qui s'éclaboussent en poussant des rires perçants tandis que Papa et Maman étirent paresseusement leurs jambes au soleil... 😊

Je vous souhaite la saison dont vous rêvez, et pour moi, je le commence par un petit break bloguesque d'une dizaine de jours - j'ai besoin de ralentir, vous dis-je... Je vous retrouve début juillet, portez-vous bien ! 😊

20 commentaires:

  1. Tu parles d'émotions qui s'expriment mal mais amplement je cite. Je suppose que tu parles de tes enfants.
    Ce que je trouve dommageable dans ton blog, c'est ce côté La mélodie du bonheur, qui occulte beaucoup trop justement la vraie vie d'enfants qui sont parfois hyper sensibles. Les miens sont comme ça. Tous les jours. Ca fait 6 ans que je les accueille tant bien que mal ces émotions, mais faute de famille élargie, faute de relais, faute de trop d'oubli de soi-même à cause de la pédagogie Montessori dans mon cas, je me sens larguée par ce genre de blog qui s'auto censure et ne raconte pas comment TU fais pour gérer des crises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour marie L. !
      J'entends dans ton commentaire que tu traverses un moment difficile. Courage ! C'est vrai que c'est difficile de gérer seule sa famille, d'autant plus quand on a des exigences comme les nôtres...
      Effectivement, cet article ne répond pas à tes attentes du moment : il s'agit d'un article PEDAGOGIQUE (et le blog dans son ensemble est un blog pédagogique) qui traite de la structuration du temps chez le jeune enfant. Apprentissage qui s'inscrit dans la vie de famille, certes (c'est une des thèses que je déploie ici : c'est dans sa famille que l'enfant construit ses savoirs les plus structurants) mais pour autant, cet article ne parle pas DE notre vie de famille. Ce n'est pas l'objet de ce blog, et je tente de l'expliquer ici : https://coquelipop.blogspot.fr/p/blog-page.html
      Ceci dit, l'éducation bienveillante est un de mes centres d'intérêt (au même titre que la cuisine VG ou le jardinage), donc je l'évoque de temps à autre... en tant que dilettante ! Tu me demandes comment JE gère les crises ? Mais... comme toi, je crois ! :-D
      Et non, les émotions qui s'expriment mal mais amplement ne sont pas UNIQUEMENT celles des enfants, en ce moment... ;-)

      Supprimer
  2. Marie L cette semaine j'ai fait deux choses: j'ai pris rendez vous chez une psychothérapeute pour moi. Et j'ai pris rendez vous chez le psychologue pour mon deuxième fils. Il a 5 ans . Ça fait 5 ans que je me dis que je ne peux plus continuer comme ça, à subir mes émotions voir mon fils subir les siennes m'a mise en face de cette réalité: il n'est pas serein, et je me reconnais en lui, alors maintenant je passe le relais. Et aussi par rapport aux blogs que je suis, j'ai décidé de ne plus prendre modèle. Ils ne sont pas là pour ça, ils sont pour inspirer,et souvent m'apportent des idées que j'adapte. Je n'ai pas du tout le même mode de vie qu'Elsa, je rentre à 20 h 3 soirs par semaine, mes enfants vont en TAP ,ils ont un rythme de vie scolaire fatiguant, mais on n'a pas le choix donc puisque je ne peux faire autrement je fais avec . Voilà Marie L parfois la vie familiale est difficile,mais c'est le cas pour tout le monde, et tant qu'on fait de son mieux on ne peut pas faire plus. Il faut l'accepter.

    Elisa je trouve cette fête très belle et réussie et je crois que je vais élever des papillons l'année prochaine avec mes enfants :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, si tu veux élever des chenilles cette année, il n'est pas trop tard !! :-)

      Supprimer
  3. Pour nous aussi une fête de l'été avec des jeux d'eau. Cette fin d'année est bien trop longue pour nos petits , surtout que le week end n'était pas très ensoleillé. Vivement les vacances ! Avez vous aussi fêté la musique? Chez nous une petite sortie en ville le soir mais la musique n'était pas trop adapté aux enfants ici, c'est dommage j'avais en plus préparé des cartes de nomenclatures sur le sujet.
    Bon week end et bonne dernière semaine d'école
    Justine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Justine !
      Non, pas de fête de la musique cette année encore : cette fête commence trop tard dans mon village, et mes enfants se couchent tôt. Je le regrette, mais pour l'instant c'est comme ça, nous verrons l'année prochaine si je peux les faire veiller un peu...
      Après tout, à chaque âge ses plaisirs !! :-)

      Supprimer
  4. Tu veux savoir doute dire que les enfants arborent leurs couronnes non?! ;-) Parce que s'ils les abhorrent alors là je ne comprends plus trop...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute* pardon

      Supprimer
    2. Merci, c'est corrigé ! :-)

      Supprimer
    3. C'est par ailleurs une très belle célébration de l'été que votre fête familiale. Idée à piquer l'an prochain lorsque ma cadette aura deux ans! ;-)

      Supprimer
  5. Je vous souhaite un très bel été ! J'apprécie ta manière de célébrer et de marquer le temps qui passe.
    Je suis d'accord avec toi sur le fait que la famille est le milieu le plus influent dans l'éducation et l'instruction, même si les enfants vont à l'école. L'année dernière, nous avions fêté l'arrivée de l'été grâce à une superbe fête de la Saint Jean... Cette année, c'est tombé à l'eau (tu notes le jeu de mot !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, dommage !
      Très bel été à toi aussi ! <3

      Supprimer
  6. Quelle jolie fête !
    Chez nous ce ne fût pas le jour J, absolument impossible : la veille, nous avons emmené les enfants à une AG que nous organisions et qui devait se terminer à 20h30 (un peu tard, mais ça passe encore, puisqu'on mangeait sur place). Nous avons terminé à 22h...
    Ne pas avoir de relais familial, c'est parfois vraiment compliqué ! :/

    D'autant plus que le lendemain, jour de l'été donc, elles allaient en sortie scolaire. Apparemment magnifique, à Antibes, soit à 1h30 de bus. Elles sont revenus absolument cuites dans tous les sens du terme !!! :)
    Or, nous enchaînions avec le dernier cours de basket (leur père est le fondateur du club ; nous y sommes tous les deux coachs). Une bonne quinzaine de lutins surexcités et épuisés : c'est épuisant !

    Alors la fête de la musique, nous n'en avons pas profité. Et la fête de l'été, non plus.

    Mais, le lendemain, nous avons sorti la piscine aussi ! Et là, c'était une fête improvisée, baptisée "la fête des culottes" par ma grande : non seulement elles se sont baignée en culotte (puis sans évidemment), mais en plus, nous en avons profité pour laissé petite dernière 17 mois, en culotte également (fin des couches à la maison, le pot est de nouveau sorti), et fesses à l'air après un premier pipi sur ses pieds... qui a rendu la fratrie hilare ! :D
    Le saut et la serpillères ne seront plus rangées pendant au moins 2 mois... Mais les petites fesses libérées de l'épaisseur des couches, qu'est-ce qu'il y a de plus craquant ? Ça vaut bien un lavage de sol 5 fois par jour (surtout avec l'aide de 2 grands lutins, mi-dégoutées, mi-ravie de pouvoir inonder le carrelage...) :D

    Bref, c'est l'été !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, Oops ! Juste un petit mot pour te dire que je serais soulagée que tu postes un petit mot dans le coin un de ces quatre... Avec les récents évènements à Nice... Disons que je pense fort à toi et à ta petite famille, et que j'espère que tout le monde va bien. :-)

      Supprimer
  7. Bonjour!!
    quelle belle fête!!!ça donne envie d'y être! ;-)
    cela fait déjà plusieurs semaines que je lis votre blog avec grand plaisir et admiration. Je n'avais jusqu'alors pas eu besoin de vous écrire, tant vos articles sont précis et détaillés!
    Mais j'ai aujourd'hui une question à vous poser, qui n'a pas vraiment de lien avec cet article... J'aimerais néanmoins avoir votre avis là-dessus, car vos réflexions me semblent toujours tellement justes!! :-)
    ma fille de Ce1 est revenue de l'école très déçue mardi à cause d'un petit "jeu" organisé par la maîtresse. D'après ce que j'ai compris, la maîtresse posait des questions (vocabulaire, orthographe, connaissances générales, leçons apprises à la maison..), et les enfants qui répondaient correctement et rapidement avaient des bonbons!! plein de bonbons!! ma fille en a eu "un seul riquiqui" (pour reprendre ses termes!!).... Est ce que c'est normal que je sois assez choquée? Déjà que les évaluations par les notes ne m'enchantent guère ( il me semble en effet que l'objectif des élèves étant d'avoir des bonnes notes, voire des meilleures notes que les camarades, et non d'apprendre quelque chose, ce qui est déjà à mon avis bien triste...), mais alors là, des récompenses avec des bonbons!!
    Bref, je suis assez choquée par cette méthode, mais visiblement pas mes proches à qui j'ai raconté cette anecdote, et qui m'ont dit que c'était "pas grave", et apparemment assez courant dans les écoles...
    Et vous qu'en pensez vous s'il vous plaît?
    Je vous remercie d'avance!! et je vous remercie encore plus pour toutes ces belles choses que vous partagez!
    Et je vous prie de bien vouloir m'excuser pour ce commentaire qui n'a pas vraiment sa place ici...!!
    Cordialement,
    Jane.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jane !
      Et oui, bien sûr, c'est choquant... D'une part d'apporter des bonbons à ses élèves, d'autre part de les distribuer en récompense, et de manière inégalitaire, qui plus est !! Beaucoup de gaffes en une journée...
      Mais il faut garder en tête que l'objectif de l'enseignante était certainement de "gâter" un peu ses élèves en cette fin d'année, et qu'elle a voulu bien faire...
      :-(

      Supprimer
  8. Pour tout te dire, la fête de l'été me pose quelques soucis...d'intendance! Le mois de juin m'épuise...pourquoi toutes les fêtes tombent-elles en même temps??? Fête des pères, solstice, fête de la musique...fête de l'école, de la chorale, de l'éveil à la foi...et finalement, même si nous adorons célébrer les saisons, je me demande si nous en profitons vraiment!
    Je me suis poser la même question pour le solstice d'hiver qui tombe avec l'anniversaire de la gommette et Noël.
    MAIS nos fêtes de l'automne et du printemps comptent tellement...qu'il va falloir réfléchir à tout ça sérieusement et trancher!
    Pour l'heure...je pars aider à la kermesse de l'école ;-)!

    Bel été à vous 4!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Angélique !
      Pourquoi, dans ce cas, ne pas décider de ne ne fêter que les équinoxes ? Après tout, puisqu'il s'agit de traditions familiales, tu peux arranger ça à ta sauce... ;-)

      Supprimer
  9. Notre fête de l'été a consisté cette année à faire un pic-nic (à l'intérieur vue la chaleur écrasante) avec des amies à moi et leurs enfants amis de ma fille.
    Ce fut un agréable moment malgré la chaleur écrasante. Les enfants ont beaucoup aimé manger tous ensemble sur la table du salon (même s'ils ont encore plus préféré aller jouer) pendant que nous mangions sur notre table de notre côté :)
    Puis les enfants ont également apprécié de recevoir un petit cadeau en rapport avec l'été (pelles et seau pour l'un, playmobil camping car pour un autre, jeu de construction de véhicules pour le troisième et porteur moto pour ma petite qui ne le lâche plus depuis)

    Une belle fête qui s'est complétée chez moi le soir par 2 livres sur l'été.

    L'an prochain je pense qu'on prendra le temps de décorer la maison en plus du repas spécial de saison et de la petite fête qui se conclut par un petit cadeau.

    RépondreSupprimer