Pages

mardi 14 juin 2016

Continents !!! (yes...)


Vous êtes nombreux à me demander des conseils sur l'apprentissage de la continence. Des conseils ? Ah, ah. Sans doute avez-vous oublié l'article où je détaillais ma position, fort simple, en vérité : j'ai décidé une fois pour toutes de ne pas apprendre la "propreté" à mes enfants. Parce qu'il s'agit d'un apprentissage naturel, comme d'apprendre à s'asseoir, à marcher ou à parler, et qu'il se fera harmonieusement, et quoiqu'il arrive, dans un environnement aimant et compréhensif. Voilà qui arrangeait bien mes affaires, d'ailleurs (vous ai-je déjà dit que j'étais flemmarde ?). 😉

Alors, bien sûr, comme à chaque fois qu'on suit le rythme de l'enfant, il faut cesser de songer en terme d'efficacité... Mais, si vous le voulez, faisons-le quand même, histoire de rigoler. Demandez-moi si, trois ans plus tard, je trouve ma méthode efficace. Je réponds : OUI ! La preuve : mes deux enfants sont désormais continents. De jour comme de nuit.

Ah, mais j'y songe, peut-être y avait-il un sens caché à votre question. Peut-être vouliez savoir à quel âge mes enfants étaient devenus continents ?? 😉

Et bien, pour la continence diurne, elle fut acquise à un âge plutôt classique pour les deux enfants - un peu avant trois ans pour l'un, un peu après pour l'autre. Pas de quoi crier au miracle, ni au drame. Des élèves "moyens" dans le cursus Pipi-Caca, quoi ! 😄

Pour la continence nocturne... Hum. Les choses ont été beaucoup plus longues. Et bien que je sache que l'expérience d'une famille n'est jamais transposable, et qu'elle est de peu d'aide pratique dans ce domaine particulier, je voulais raconter un peu comment les choses s'étaient passées ici. Si cela peut vous rassurer et vous aidez à prendre patience, j'aurai gagné ma journée ! 😉

Antonin, aux alentours de ses trois ans et demi, s'est arrêté de faire pipi la nuit pendant une bonne semaine. Nous pensâmes que "c'était parti" et nous lui proposâmes d'ôter ses couches. Qu'il était fier le Damoiseau ! Seulement, c'était un faux départ : les pipis-la-nuit sont revenus. Et ce n'était pas de petits pipis... Antonin se réveillait trempé tous les matins, mais dans un premier temps, nous gardâmes le cap. C'était pour bientôt, et, franchement, who cares ? C'est Bosh qui lave, hein... 

Nous avons opté à ce moment-là, pour une attitude dont nous ne nous sommes jamais départi : nous ne faisions jamais de commentaires. Tiens, ce matin, la couche est mouillée. Ce n'est ni bien ni mal. Quand tu seras près, mon fils, tu cesseras de faire pipi la nuit. C'est sûr. Et ce sujet ne mérite pas qu'on s'y attarde, quand il y a tant et tant de belles choses à vivre et à commenter par ailleurs.

Bon, c'était sans compter sans la peau du Damoiseau. L'urine imprégnait son pyjama et restait en contact avec son épiderme (très sensible...) une bonne partie de la nuit. Au bout d'un mois ou deux, son bassin donnait l'impression d'avoir été passé au papier de verre. Et comme les pipis-la-nuit étaient redevenus systématiques, nous décidâmes de le convaincre de remettre des couches la nuit.

Pas très Montessorien, n'est-ce pas? Une honte ! Sauf si on considère, comme moi, qu'il n'y a jamais de solutions pré-pensées, et que la manière de rendre l'enfant autonome pour de vrai est de respecter son rythme. Visiblement, Antonin n'était pas prêt.

Il n'était toujours pas prêt à 4 ans.

Il n'était toujours pas prêt à 5 ans.

Oh, bien sûr, certains matins, nous constations que la couche était sèche. Elle l'était même parfois deux matins de suite. Et puis le pipi-la-nuit revenait...

Ce n'était pas un problème. A aucun moment nous n'en avons fait "un plat". Cela viendrait, nous en étions persuadés, alors ? Et puis, ce qu'il y a de bien, avec cet apprentissage-là, c'est qu'il peut rester dans la sphère familale. Les petits copains d'école ou les voisins n'avaient pas besoin de savoir que notre enfant portait "encore" des couches la nuit. C'était entre nous et nous, cette histoire, et pour nous, nous étions OK. Pas de pression.

Un problème pratique a tout de même fini par se poser. Antonin dormait toujours dans son petit lit au sol, et peu après ses 5 ans, celui-ci a fini par devenir trop petit. Nous avions annoncé à Antonin qu'il aurait un "grand" lit lorsqu'il serait continent nocturne... C'était important pour nous tous, un peu comme un rite de passage. Et bien, nous avons fini par lui donner son lit avant l'acquisition de cette fameuse continence : après tout, ce lit "de grand" n'était pas une récompense, donné en l'échange d'une performance, mais plutôt un symbole. Et pipi-la-nuit ou pas, le fait était là : Antonin était grand à présent. Il n'y avait aucune raison de lui refuser un lit adapté à son âge, et nous lui assurâmes, une fois de plus, que la continence suivrait, quand il serait prêt.

Qui dit nouveau lit, dit nouvelle literie. Et il se trouva que sa nouvelle couette était fort chaude. Si chaude que le Damoiseau se réveillait en nage dans la nuit. Nous décidâmes donc qu'il essayerait de dormir tout nu. Après tout, le matelas était bien protégé, et puisque c'est Bosh qui lave...

Il n'y eut pas de pipi cette nuit-là, ni celles qui ont suivi. Lorsqu'il dort en pyjama, je pense qu'Antonin n'a pas consience que ne pas porter de couche, il se sent "habillé". Tout nu, son subconscient garde le message qu'il n'a pas de protection.

Il n'y eut plus de pipi-la-nuit. 

Et Louiselle, de son côté ?

Pour Louiselle, la situation était légèrement différente, puisqu'à 4 ans, il ne lui était jamais arrivé de ne pas mouiller sa couche la nuit. Nous ne lui avions donc jamais proposé de l'ôter. Une fois ou deux, la Damoiselle avait voulu dormir sans, mais elle se réveillait à chaque fois en pleine nuit, trempée - ah, refaire un lit intégralement à 3 heures du matin, le bonheur !! 😄 Mais encore une fois : pas de commentaire, ainsi c'est ainsi, et c'est ainsi qu'on apprend.

Il y a une semaine, Louiselle me demande à nouveau de dormir sans couche. J'accepte - j'accepte toujours !, et songeant à ce qui s'était passé pour son frère, je lui propose de dormir nue. Il fait si chaud de toute façon, elle sera mieux comme ça. A vrai dire, je sais bien que ce qui fonctionne pour l'un ne fonctionne pas nécessairement pour l'autre, et je m'attends une fois de plus à me relever cette nuit-là.

Il n'y eut pas de pipi-la-nuit cette nuit-là. Ni celles qui suivirent.

C'est officiel : mes enfants, la nuit, sont continents - et nus ! 😄

Reste à nous mettre en quête d'un joli lit pour la Damoiselle... doté d'une couette bien chaude ! 😄

34 commentaires:

  1. Article fort intéressant... Qui - même si, comme tu le dis, rien ne se transpose d'une famille à l'autre - est une source d'inspiration...
    Ici aussi : aucune pression. Et c'est arrivé tout seul, du jour au lendemain.
    Un "je ne mets pas de couche cette nuit !".
    Un "OK !" un brin inquiet des parents... (bah oui, on a beau être cool, c'est franchement pas rigolo de changer toute la literie en pleine nuit !!!).
    Et le tour était joué :-)

    RépondreSupprimer
  2. Question lit, aviez-vous aussi opté pour le lit wesco pour Louiselle?

    RépondreSupprimer
  3. Pour ma fille (qui n'est pas continente la nuit), je fais un lit "à couches", c'est à dire une alèse + un drap, et de nouveau une alese + un drap. Ce qui nous simplifie grandement la tâche la nuit en cas "d'accident", on retire une couche et un autre lit tout propre et sec attend!
    Mathilde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais... quelle BONNE idée !! :-D

      Supprimer
    2. Ah oui super bonne idée !!! Merci

      Supprimer
    3. Excellente idée! Je ferai ça pour nr 2!

      Supprimer
    4. Ah mais oui, super idée !!! Qui fonctionne aussi quand on "cododote" dans le lit parental, et ça c'est top !!!
      Merci !

      Supprimer
    5. N'hésitez pas à mettre une serviette en plus de l alèse pour absorber! car même si elle est plastifiée, l alèse n'est pas toujours étanche à 100%...!
      Ravie que ma petite astuce aie pu aider :D
      Mathilde

      Supprimer
  4. Pour nous je dirais oui mais avec quelques accidents très ponctuels. Quelle bonne idée cette histoire de double literie (pour les périodes de gastro aussi d'ailleurs)!
    Cet article me fait penser à mes enfants en ce moment qui considère que début d'été rime avec nudité !
    Justine

    RépondreSupprimer
  5. J'avoue: avec ce titre je m'attendais à un billet de géographie et je m'interrogeais sur cet enthousiasme pour les continents...😋
    Billet qui vient à point encore une fois quand les pipi-de-dodo (sieste et nuit) ne font pas mine de disparaître. Et je note l'idée du "mille-feuilles"!

    RépondreSupprimer
  6. Je vois que continence et "tout-nu" vont bien ensemble, de jour comme de nuit !

    J'avoue que je ne suis pas stressée du tout non plus par cette acquisition, qui s'est faite également toute seule ici, et relativement tôt chez mes grandes poulettes. Suffisamment tôt pour que je ne sache pas répondre à la maitresse au moment de l'inscription en PS à la question "depuis quand est-elle propre ?" (que le mot "propre", peut m'agacer !!!).

    Mais mes filles vivent à poil une partie de l'année, ça doit aider, alors ! :D

    Miss3, 16 mois, commence à se déshabiller en arrivant à la maison - comme ses grandes sœurs, forcément.
    Le seau et la serpillère ne retournent donc plus dans le placard ; ça permet aux grandes de gérer les pipis-du-bébé avec un enthousiasme débordant (au sens littéral, parfois !).

    J'ai donc ressorti aussi le petit pot ; les grandes sont RAVIES de montrer à quoi il sert !!! :D

    Le jeu préféré du moment est donc de se déshabiller (pour le bas, c'est acquis, mais pour le haut, il faut courir après maman en criant TA ! Ta ! Ta ! en tirant sur les vêtements), puis aller chercher le pot, trouver le bon coin du jour (plusieurs essais), s'assoir dessus (sans rien faire dedans), aller chercher le papier-toilette puis vider consciencieusement le rouleau, feuille par feuille, pour "s'essuyer", re-transporter le petit pot jusqu'aux toilettes pour le vider du papier...
    Nous voilà avec une activité motrice passionnante, qui dure bien au moins 20 minutes !!! :D

    Je vais la complexifier un peu, en montrant comment on défait la couche lavable, quelle partie va dans le saut, et quelle autre va sécher à la salle de bain... histoire de gagner quelques minutes de "tranquillité" de plus, héhéhé ! ;)
    Et induire aussi le lavage des mains systématique, histoire de bien ancrer ces 2 activités indissociables !!!

    NB : à chaque fois que j'entends parler du passage au "lit de grand", ça me fait re-découvrir cette notion qui n'existe pas chez nous : lit taille adulte directement, histoire de pouvoir dormir avec l'enfant, une fois que le cododo dans le lit parental est terminé pour cause de sevrage lié à l'arrivée de la petite sœur. Je me demande bien quand miss3 rejoindra son propre matelas, qui l'attend déjà dans la chambre de ses sœurs. Ça dépendra si elle est la dernière ou pas...
    Pour l'instant, on cododote avec bonheur, donc elle ne dort PAS toute nue !!! ;)

    RépondreSupprimer
  7. Dimanche soir, ma deuzan était dans son bain (fond de douche), elle sort parce qu'elle a fini et souhaite se sécher toute seule. Aucun problème. Puis je l'entends dire : "pipi le pot moi !" et elle y était effectivement en train de faire. Bon elle n'avait pas assez anticipé et il y en avait un peu partout sur le trajet, mais qu'importe, j'ai une serpillière et mon acolyte (chez moi c'est pas Bosch, mais Indesit, mais il fait le job pareil) qui attendait la bouche grande ouverte.
    Ce soir, elle voulait jouer dans l'eau, je lui ai donc retiré son tee-shirt. Puis elle avait mal aux fesses suite à une chute un peu forte, j'ai donc retiré la couche. Elle a joué 1h ainsi, puis m'a appelé pour que j'allume la lumière "la nuit maman pipi le pot !" et à refait. Puis elle a réclamé une couche pour faire caca. Bah oui, on peut pas tout apprendre en une fois.
    En attendant elle était très fière d'elle et encore plus de pouvoir jeter son pipi elle-même dans le toilette :)

    Pour la nuit, là en ce moment, ses couches débordent vers 4h du mat (et en profite pour venir me rejoindre dans mon lit parce que "y a tite place moi là") donc il va falloir encore attendre (et mon acolyte Indesit aime les draps aussi ^^) Je la soupçonne d'être comme Antonin, quand elle est vêtue, elle ne sent pas qu'elle est sans couche, mais déshabillée elle sait gérer :)

    RépondreSupprimer
  8. Hé bien c'est du tracas tout ça.. bien contente d'avoir fait l'hygiène naturelle infantile avec mes deux garçons!

    RépondreSupprimer
  9. Article très intéressant! Je me permets d'apporter un petit éclairage "médical" sur la propreté nocturne : pour que celle-ci s'acquiert, il faut que l'enfant "perde" son sommeil très profond caractéristiques des bébés... or, si certains enfant le perdent tôt (2 ou 3 ans), il est en fait physiologiquement tout à fait normal de l'avoir jusqu'à 6 ans.
    Donc, effectivement, no panic! :-)

    RépondreSupprimer
  10. De notre coté pour les 2 grands ça s'est fait naturellement à 3 ans pour l'un à 4 ans pour l'autre, mais PetitF fait de la résistance. Moi j'avoue j'en ai marre des couches... et puis PetitF est un grand gabarit et les couches débordent régulièrement parce qu'elles sont un peu justes...
    Il nous disait "quand j'aurai 4 ans!" mais maintenant qu'il a 4 ans il me dit "quand je serai grand!" et quand je lui rétorque qu'il EST grand il me dit "je serai grand quand j'aurai 6 ans" (l'age de ses frères auj...)
    Bref je sens qu'on est dans une impasse. Ca fait quelques jours que je me dis que je vais prendre du recul, après tout je suis dans les couches depuis 6 ans et demi je ne suis plus à un an près!
    (mais quand j'entends des copines dont le fils est continent jour et nuit à 2 ans et demi.... pfffff)

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour l'article
    Le mien ne veut plus de couches depuis 1 semaine mais son lit est mouillé 3 fois sur 4, il refuse de revenir en arrière se sentant super fier quand le lit est propre. On continue, c'est Bosh qui lave mais je suis un peu désespérée.
    Tout nu, à essayer mais le mien ne reste jamais sous la couette ! Même pas 5 minutes alors il risque d'avoir froid.
    Merci pour l'idée quand même :), et super l'idée de la double literie !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour titia j'avais fait l'acquisition d'un système de drap couplé à une housse de couette pour mes enfants lorsqu'ils sont passés dans leur grand lit à deux ans, c'est un moyen d'avoir un enfant non découvert, quand ils étaient petits ça empêchait aussi une chute malencontreuse, je n'y vois que des avantages.

      Supprimer
    2. Je viens d'aller voir ça,je ne connaissais pas!! Je vais sûrement essayer merci Aurelia :) !!!

      Supprimer
    3. Pour dormir parfois avec mes enfants, j'ai constaté qu'il savait se recouvrir seuls en pleine nuit, sans se réveiller, si la couette avait un peu glissé. Bien sûr, le lit au sol aide : la couette ne peut pas tomber par terre, où elle serait alors inaccessible...
      L'idée du drap soudé à la couette est par ailleurs une très bonne idée ! :-)

      Supprimer
  12. Mon fils a été propre de jour à 3 ans et un mois et de nuit 15 jours après..et pourtant, ce n'était pas gagné ! Pas adepte du pot du tout. Je désespérais un peu d'enclencher le processus. J'ai ramé car il avait peur notamment de ses "cacas" alors que ses couches étaient sèches depuis plusieurs mois. Du coup, j'ai fait l'inverse de tout le monde. Au lieu d'enlever la couche pour aller sur le pot, je lui ai proposé de ne pas mettre de couche SAUF quand il a envie de faire pipi ou caca. Il me prévenait qq minutes avant juste le temps d'enfiler la couche. Une seule cata à noter au début le temps qu'il comprenne que oui, ça arrivait vite une fois qu'on a envie. Très vite, ça l'a saoulé de devoir attendre que je mettes la couche (+ lecture de 2/3 livres sur le pot et le parcours de la digestion) et c'était réglé. Il a en revanche voulu passer par le rehausseur directement (et le pot c'est venu bien plus tard juste pour voir ce qui est assez bizarre - jusqu'à ses 4 ans et demi d'ailleurs, j'avais toujours un pot dans le coffre de la voiture car il était incapable de faire en dehors de ses propres toilettes sinon). Il m'a lui même demandé d'enlever la couche la nuit 15 jours après celle que l'on mettait que pour faire ses selles le jour. 2 accidents au compteur (j'ai une alèse) et voili. donc aucune séance de pot ni rien.

    RépondreSupprimer
  13. J'avoue que pour la propreté diurne j'étais pressée. D'abord, parce que jeter toutes ces couches tous les jours me rendait 1 peu malade et puis j'avais peur de la rentrée. J'ai donc "commencé" très tôt - à 15 mois il y avait un pot à la maison. Je ne l'y ai jamais mise sans couche avant 27 mois. Mais elle aimait s'asseoir dessus ou le mettre sur la tête - en 12 mois c'est donc devenu 1 objet familier. Vers 27 mois (donc environ 1 an avant la rentrée), c'était l'été et donc le moment idéal pour se balader les fesses à l'air. En 3 semaines de vacances et de fesses à l'air, ma fille m'a semblé propre... Elle était contente de faire dans le pot. Sauf que de retour à la crèche, on a enchaîné 2-3 mois d'accidents réguliers... Donc moyennement contente de la manière dont ça s'est passé - j'ai eu l'impression de faire du forcing, même si ni moi ni la crèche n'avait de commentaires négatifs sur les "accidents"!!
    Pour la propreté nocturne, j'étais pas pressée: je lui enlèverai la couche quand elle sera sèche quelques nuits. Et puis un jour vers 38 mois, C. ne voulait plus la couche le soir et se réveillait sèche le matin. Ça a duré 10 jours, puis elle a fait pipi 4 nuits de suite. On a discuté et décidé de remettre la couche.
    Vers 3,5 ans, les couches la nuit embêtaient mon mari. Il me parlait de lui enlever; moi, j'étais pas pour, alors je ne faisais rien.
    Un soir, il l'a aidé à se préparer pour la nuit et quand je suis venue faire 1 baiser à ma fille, j'ai constaté qu'elle avait pas de couche. Sur le coup, je me suis dit que ça ne coûtait rien d'essayer! Sèche le matin suivant et tous les autres depuis 9 mois... 8 jours après la 1ère nuit sèche, je dis à mon mari qu'il avait eu une bonne idée de lui enlever la couche et là, il me dit: "mais c'est toi qui l'a fait"... En gros, on lui a enlevé la couche sur un énorme quiproquo!!

    RépondreSupprimer
  14. 3 enfants et trois acquisitions de la continence différentes... Ils sont issus du même moule (moi !) mais ils sont tous différents. Le 1er a été continent le jour à 37mois et à 7 ans la nuit. la 2ème a été continente jour et nuit à 21mois. la 3ème est continente le jour vers ses 2ans et elle a fait sa 1ère nuit avec une couche sèche au réveil cette nuit (elle a 31 mois). Je suis convaincue que c'est un apprentissage et non un dressage... Il faut faire confiance en l'enfant et le rassurer car nous n'avons pas tous les mêmes capacités physiques et physiologiques.

    RépondreSupprimer
  15. Rien à voir, mais moi je suis toujours épatée par le rangement de chaque pièce de ta maison !
    C'est toujours ainsi, ou est-ce juste pour les photos ?? (rassure-moi..)
    Belle soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh, honnêtement, la chambre d'Antonin est généralement très bien rangée (période sensible de l'ordre, de toute évidence...). D'ailleurs, quand il a envie de tout retourner, il le fait... dans la chambre de sa sœur. :-D

      Supprimer
  16. Bonsoir un petit mot en passant pour une réflexion physiologique sur la continence nocturne. En discutant des problèmes de respiration buccale avec une orthodontiste ( je suis dentiste) , elle m'expliquait que cette même respiration buccale était très souvent liée à beaucoup de signes cliniques qu'on ne reliait pas toujours à celle ci. Et l'un d'entre eux est l'énurésie. Donc être attentif: un enfant qui ronfle, qui bave , qui transpire de la tête... est une respirateur buccal ou un respirateur nasal peu efficace. voilà . Pour le reste, on peut toujours aligner les chiffres,accepter que son enfant fasse son chemin à son rythme est souvent perçu comme une drôle d'idée par l'entourage. Merci pour cet article .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressant mais concrètement cela veut dire quoi ?

      Supprimer
  17. Moi je suis une mère indigne. Nous n'avions plus de couches, donc elle a passé la nuit sans et n'a jamais voulu qu'on retourne en acheter. Hop c'était fait. (elle avait 3 ans et quelques mois) De même pour le biberon du soir. J'ai oublié de lui proposer suite à notre emménagement (nous étions tous épuisés ce premier soir) et nous n'en avons plus jamais reparlé.
    Comme quoi, certaines choses tiennent aussi plus du rituel qu'autre chose.

    RépondreSupprimer
  18. Ici, nous avons un peu poussé pour la propreté de jour, pour qu'elle soit prête avant la rentrée. Elle était propre le jour en mars et en mai pour la sieste. Et c'est elle qui a décidé en juin de ne plus mettre de couche la nuit. Pour ne pas la contredire, nous l'avons laissée faire (malgré que les couches de nuit n'étaient pas sèches le matin). Résultat, une semaine de lessives de draps et puis un ou deux mois où elle nous a réveillé certaines nuits pour aller faire pipi. Résultat : à 3 ans, elle ne portait plus de couche du tout. Finalement c'est quand ils prennent eux-même la décision que ça marche le mieux. Mais comme il y a ce fameux impératif de l'entrée à l'école, on leur met parfois la pression.

    RépondreSupprimer
  19. Il fait combien dans leur chambre pour qu'ils dorment nus ?
    Celine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Céline !
      En ce moment, très chaud ! Nous habitons une maison à 3 étages, plus on monte, plus il fait chaud, et les chambres des enfants sont au deuxième. Je dirai entre 25 et 30°C selon les nuits ? D'ailleurs ils n'ont plus de couette du tout, mais dorment tout nus... sous un simple drap. :-)

      Supprimer
  20. Bonsoir Elsa. Petite insomnie, je furte sur Pinterest et je tombe sur ton nouveau blog (honte à moi, je n'avais pas vu que tu en avais changé, mais depuis que je travaille je n'ai plus le temps d'aller sur les blogs...) je me questionne sur ta méthode pour la continence diurne. Comment as tu fait? Les fesses à l'air et le pot accessible? Ma puce qui a 2 ans et 3 mois me demande de temps en temps le pot ou le rehausseur sans rien faire (sauf la première fois, j'étais baba!), mais c'est tout. Elle a encore des couches donc tout le temps. Il faut que je lui enlève? Sur le papier c'est tentant, mais chez nous en Normandie il ne fait pas beau et je sens que l'idée ne va pas plaire à mon homme... Est ce que tu peux m'expliquer dans les grandes lignes? Merci!

    RépondreSupprimer
  21. En lisant je réalise la chance inouïe qu'on a. La propreté a été source de stress, je voyais les mois défiler et rien, mais je ne voulais rien forcer. Depuis ses 2 ans il y avait des pipis sur le pot, quasi chaque jour, parfois plusieurs fois par jour. Mais les tentatives de culottes d’apprentissages lavables étaient toujours mouillées (et ça fuite ces trucs!).

    Puis cet été, quelques semaines avant son anniversaire des 3 ans je lui ai expliqué qu'il fallait être propre pour aller à l'école. Et comme il avait envie d'aller à l'école, il a écouté Il a énormément besoin qu'on lui explique les choses à l'avance, qu'on planifie, qu'on "prépare". Je me suis dit que pour ça aussi, ça pouvait fonctionner. On décidé d'une date (le jour des vacances) et on en a parlé. Le jour arrivé, je lui enfile la culotte d'apprentissage et 10 min après un pipi dedans. Je râle, un peu fort peut-être. Et là il m'explique : pour lui c'est une couche. On met un slip, un vrai. Toute les 30 min le premier jour on lui propose un pipi. Pas d'accident. Couche pour la sieste sèche, nuit idem. Le lendemain on écarte les proposition à une fois par heure. Couche de sieste propre, nuit mouillée mais il était réveillé depuis longtemps à jouer dans le lit. Jour suivant il demande à rester en slip pour la sieste. Tout le monde lui dit non mais moi j'arrive et je dit OUI. Il se sent prêt, laissons le faire son choix. Pas d'accident. Quelques jours passe et on note juste un loupé au jour 7, lors d'un repas de famille, il a demandé le pot, est reparti jouer et on l'a... oublié. Puis un soir il refuse de mettre une couche. Papa est pas chaud chaud, moi je dis oui car la couche est quasi toujours sèche et je lui explique qu'il a le droit de se lever pour faire pipi, qu'on laisse le pot au pied du lit, que c'est quand il vaut même si l'écureuil n'est pas réveillé (il a un réveil visuel). Nous n'avons à ce jour (2 mois plus tard) jamais eu de pipi au lit. Au début il pleurait pour nous appeler, maintenant il se lève et va au pot tout seul le matin ou au réveil de la sieste, et si le réveil indique qu'il faut encore dormir il remonte dans son lit et joue avec ses doudous.

    La journée les accidents sont rares aussi, on en compte 2 pour le moment, un bouton de pantalon qu'il n'a pas réussi à défaire (et j'ai mis du temps à arriver car habituellement il gère son pipi seul) et une promenade en ville où on n'avait pas pris le pot et où il a descendu 33cl de grenadine.

    Seule mini-difficulté dans sa propreté, il est terrifié par les sèches cheveux et pire encore, par les sèches mains. Il fait une crise de panique quand on va dans des toilettes publiques, même si la machine est éteinte. Nous devons donc nous promener avec un pot avec nous, pour qu'il fasse son pipi dans un coin calme et qu'on se débrouille ensuite. Je me demande si d'autres enfants ont ce genre de difficulté avec les toilettes publiques et comment font les parents du coup ?

    RépondreSupprimer