Pages

mardi 23 février 2016

Des bonnes manières


Croyez-le ou non, je me suis très longtemps posé la question en tant que parent :
"La politesse, ça sert à quoi ??"

Une partie de moi-même refusait d'envisager une seule seconde que mes enfants puissent manquer de "savoir vivre" et une autre éprouvait un léger malaise à l'idée de les éduquer en vue de cet objectif... Ajoutez à cela que je ne suis pas totalement opposée au fait qu'ils cultivent un petit côté "rebelle"... Et vous aurez une idée de la salade qui me servait de cerveau dès que j'approchais cette question il y a encore quelques semaines.

J'ai analysé la chose : c'est que je ressentais, dans ma propre enfance, les demandes des adultes en matière de "bon ton" ("Dis bonjour à la dame ! Dis merci !", etc.) comme une véritable humiliation. Je n'aurais pas eu un plus piètre sentiment de moi-même si on m'avait demandé de lécher les chaussures des passants... Comment les choses s'étaient-elles donc construites pour que j'ai ce sentiment, mystère... :-/

N'allez pas en déduire que j'étais une enfant impolie ! Non ! J'étais simplement trèèès timide (je le suis toujours) et s'il m'arrivait de manquer de civilité, c'était toujours par omission, terrassée que j'étais par le respect que m'inspiraient les adultes, et que les formules qu'on exigeait de moi ne me permettaient pas d'exprimer.

Ce sentiment étant encore vif en moi aujourd'hui (rassurez-vous, je suis devenue une grande personne tout à fait polie, même avec les gens que je n'aime pas !), j'abordais cette question, en tant qu'éducatrice, avec une certaine méfiance...


Mais il y a quelques semaines, je fus stupéfaite de m'entendre répéter comme un disque rayé: "Comment demande-t-on ? Tiens-toi droit ! Ferme la bouche quand tu manges ! Dis bonjour à la nounou !", etc.

Cette attitude a duré plusieurs jours, et puis je me suis aperçue que je me faisais peur ! :-D


Bon, j'ai réfléchi, et maintenant, je sais à quoi ça sert d'être poli. Être poli, c'est maitriser des codes, qui permettent de répondre de manière appropriée à diverses situations sociales. La civilité est une manière de modéliser ses émotions - et les émotions des autres - et de les mettre à distance. Vu sous cet angle, la politesse devient un domaine d'apprentissage absolument primordial dans le développement social de l'enfant.


Une fois la question du "Pourquoi ?" réglée, se pose celle du "Comment ?". Vous l'avez compris, je ne suis pas une grande fan de la méthode "perroquet" (ou "disque rayé") qui met tout le monde sur les nerfs, nimbe l'ambiance de violence latente, et ne se révèle pas d'une efficacité redoutable (sans quoi, nous arrêterions assez vite de répéter, n'est-ce pas ?).

Voici mon plan d'action dans ce domaine - il vaut ce qu'il vaut, encore une fois, je ne suis pas une spécialiste des bonnes manières !


Tout d'abord, j'ai déterminé les règles de courtoisie qu'il était important pour moi que nous respections dans notre famille. J'ai soumis cette liste à mon homme, et nous en avons discuté. Une fois d'accord sur tous les termes, j'ai tapé notre charte, je l'ai imprimée et affichée sur notre réfrigérateur. 


Les règles décrites sur cette liste sont destinées à tous - et en priorité, aux adultes. Je pars du principe que si nous les respectons, nos enfants les respecteront aussi - en réalité, j'en ai déjà la preuve. Et de penser à la manière dont les enfants s'imprègnent des gestes des adultes qui les entourent, ça m'a fait penser à Maria Montessori.

J'ai donc relu quelques passages de la Pédagogie scientifique. L'enseignement "de la grâce et de la courtoisie" est une section des leçons de Vie pratique dans laquelle trouve des pistes concrètes. Par exemple, il est facile (et ludique !) de jouer certaines scènes avec les enfants - on peut aussi mobiliser poupées, figurines et autres marionnettes. Je trouve que c'est une méthode particulièrement efficace pour tous les codes sociaux - apprendre à réagir face aux attentes des autres. Car enseigner à dire "Bonjour Madame" en regardant la personne dans les yeux, c'est super abstrait quand on y pense. Les petits jeux de rôle permettent de montrer exactement comment faire : l'adulte mime (et on rigole bien), les doudous rivalisent de politesse - et on rigole bien, surtout qu'il y en a toujours un dans le lot qui fait tout de travers,  et ça !! C'est tordant !! :-D


Tous les jeux d'imitation (jouer à la poupée, à la dinette...) sont d'excellentes occasions d'user et d'abuser des conventions sociales. C'est en jouant à la marchande que je me suis d'ailleurs aperçue que mes enfants maitrisaient le vouvoiement, qu'ils ont peu l'occasion de pratiquer dans la vraie vie... ;-)


Enfin, fidèle à mon grand principe (c'est en jouant qu'on apprend !!), je suis partie en quête de petits jeux sur le sujet. J'ai trouvé un loto rétro chez Si Tu Veux (Jouer), et ces planches sympathiques de la talentueuse Marie Paruit , que j'ai imprimées en double pour fabriquer un Mémory.

Ces jeux ont un avantage de taille : ils permettent de parler de ces règles conventionnelles. Les images qui représentent chaque "loi" s'inscrivent dans la mémoire visuelle. On les décrit. On évoque les situations où ces "bonnes manières" peuvent être utiles. On relativise : certaines de ces règles sont vieillottes, et d'autres ne s'appliquent tout simplement pas chez nous. On explicite les situations, on explique le vocabulaire, on donne des exemples... 

Les enfants en sont très friands, et ont intégré les règles de politesse en quelques parties (même certaines, franchement complexes, du petit loto désuet).  Bon, de là à ce qu'ils les appliquent dans leur corps, il faudra certainement quelques années - mais connaitre les règles, savoir les expliquer et les jouer, me semble être un premier petit pas dans ce sens. ;-)


Je clos cet article par les deux règles d'or du parent bienveillant - vous les connaissez, mais serez certainement d'accord avec moi pour dire qu'elles ne sont pas toujours faciles à appliquer :

1. Ne faire aucun reproche à l'enfant sur son manque de courtoisie. Si vous en doutez, aboyer : "Et le mot magique ?" toutes les cinq minutes, C'EST faire un reproche. ;-)

Et surtout : aucune remarque désobligeante en public.

Mes enfants ont du mal à saluer les adultes que nous rencontrons : je prends le relai en regardant l'enfant, puis la personne, comme pour assurer entre eux ce lien que mon enfant ne peut instaurer. Et je dis à sa place : "Bonjour, Monsieur !" - tout comme j'ajoute les "S'il te plait Maman/Merci Maman" manquants à la fin de leurs phrases...

Après tout, il n'y a pas de quoi en faire une maladie. ;-)


2. Si l'enfant a un comportement adéquat, ne pas le complimenter ("Oh, c'est bien ! Tu me fais plaisir !", etc.), mais décrire son action de manière objective et détaillée : "Tu as dit "Bonjour Monsieur" en regardant le facteur dans les yeux, comme on avait dit."

Allez, au boulot, les adultes ! ;-) 

51 commentaires:

  1. J'ai une famille (au sens, tantes, cousins...) qui exige que l'enfant embrasse tout le monde très tôt. Et moi, j'estime que dire bonjour n'implique pas nécessairement un bisou. Alors, j'ai laissé faire, j'ai simplement demandé à mes filles de dire "bonjour", puis, elles se sont rendus compte qu'elles étaient entourées de gens bienveillants alors avec le temps, elles ont fait des bisous mais chaque fois parce qu'elles le souhaitaient. Et désormais, non seulement elles embrassent les gens (qu'elles connaissent, bien sur) mais en plus, si elles en sont très proches, elles sont même capables de recommencer juste pour le plaisir.
    Quant aux "merci", "s'il te plait", je pense que la manière de demander joue beaucoup. Je préfère un "tu veux bien me donner le sel" gentil qu'un "Donne moi le sel s'il te plait et tout de suite!". ces mots ne sont pas toujours gage de politesse ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil ! j'ai du mal à faire comprendre aux enfants que dire "s'il vous plait" n'est pas un ordre qui va me faire lâcher directement ce que je fais... même si j'essaye de répondre rapidement à leurs besoins...!

      Supprimer
    2. Complètement d'accord, effectivement, sur le fait que l'intention compte mille fois plus que tous ces fameux "mots magiques"... ;-)

      Supprimer
    3. Karine, on doit avoir la même famille à bisou... Moi j'ai expliqué à mes enfants que c'était très important pour Papy et Mamie et que s'ils les aimaient c'était sympa de faire un effort. Que j'étais consciente que ca leur coute. Je leur ai aussi dit qu'ils avaient le droit de ne pas faire de bisou s'ils ne connaissaient pas les gens (ben oui quoi!!) et P'titLa me le redit souvent! Ca le rassure je crois!
      Quant aux stp, mon mari leur dit parfois là tu as demandé poliment mais pas gentiment! J'aimerai que tu le demandes gentiment (et poliment!)

      Supprimer
  2. Un grand merci! Ca va être très utile aux parents comme aux enfants! merci!

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cet article, qui rejoint bien un de mes grands questionnnements, depuis déjà plusieurs mois, et une question d'A : "mais pourquoi faut-il dire bonjour ??!!"
    Je crois que je vais aussi me mettre aux règles écrites et aux saynètes ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente si ça t'inspire, Clotilde ! ;-)

      Supprimer
  4. Article très intéressant, comme toujours ;)
    C'est très difficile pour moi de ne pas faire de compliments. je décris facilement l'action de mon fils, mais j'ai toujours tendance à ajouter un "c'est bien !" à la fin... Difficile de s'en défaire.

    RépondreSupprimer
  5. Cet article va beaucoup m'aider ! j'avoue que je ne savais plus que penser ni que faire... J'étais persuadée que mon fils aurait envie de nous imiter du coup je laisse faire. Sauf qu'à mon grand désespoir, il ne dit JAMAIS bonjour ni aurevoir (quand aux bisous, les mamies sont obligées de lui faire du chantage, ce qui m'horripile...). J'avoue que cela me met très mal à l'aise par rapport au regard des gens, je sens bien qu'ils se demandent pourquoi diable je n'insiste pas pour qu'il dise bonjour. et j'avoue aussi que ne voyant rien venir je lui répète souvent "qu'est ce qu'on dit ?" ou alors "mon coeur n'a pas entendu" quand il ne dit pas s'il te plait ou merci. Je lui ai pourtant expliqué plusieurs fois. il est assez réservé et facilement intimidé, je pense que c'est pour ça qu'il ne dit pas bonjour. Mais qu'est ce que cela me gêne !
    J'ai voulu essayé de créer de petites saynètes sauf que j'ai l'impression qu'il comprend de suite mes attentes et du coup il s'oppose direct ! je vais essayer les petits jeux dont tu parles (merci du partage !). Et aussi m'inspirer de tes règles, j'avais déjà dans la tête de faire de même (à mon grand étonnement, mon fils m'a même dicté quelques règles que l'on pourrait écrire, lui qui a tellement de mal à les respecter !) Que c'est dur d'être maman...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, c'est très difficile pour mes enfants aussi de dire Bonjour et Au revoir. Bon, on relativise avec mon mari, car pour nous deux, c'était difficile aussi quand nous avions leur âge...

      L'imitation n'est pas immédiate, mais une fois adultes, nos enfants puiseront leurs ressources dans ce que nous leur avons montré... Enfin, c'est comme cela que ça s'est passé pour mon mari et moi, finalement.

      Fais-nous un retour sur les petits jeux si tu as le temps ! ;-)

      Supprimer
    2. Je ne sais pas quel age ont vos enfants mais après une période très compliquée à 6 ans maintenant ça va mieux! (voir plus haut ma réponse à Karine) mais vraiment ca a été traumatisant pendant des mois et des années! (limite ma mère faisait exprès de ne pas voir l'enfant qui ne lui avait pas fait de bisou :-(

      Supprimer
    3. C'est pareil pour moi !! :(
      " je te parle pas tant que tu me fais pas de bisou" dit ma mère ! Ma famille c'est pire " t'es méchant !"
      C'est horrible je trouve de traumatiser à ce point au lieu de laisser le temps à l'enfant de s'adapter ...
      Le mien a trois ans et me dit souvent avant qu'on arrive chez les gens " maman je suis timide de dire bonjour", ça montre bien à quel point cela l'angoisse...

      Supprimer
  6. J'ai fait un exercice très intéressant à l'atelier Filliozat l'an passé, qui nous mettait exactement en situation de ces enfants à qui on demande à longueur de journée de dire bonjour à quelqu'un qu'il ne connait pas! Et oui, il faut le dire, peu d'adultes furent à l'aise lors de cet exercice et Isabelle nous disant "voilà ce que vous demandez de faire à vos enfants à longueur de temps, imaginez leur ressenti!!!"
    Elle a repris avec nous la fait que le code de politesse et de savoir vivre est nécessaire mais il existe plusieurs façons d'y arriver!!
    Je crois que tu l'expliques très bien dans ton article. Ce jeu est un vrai outil pour les enfants, merci pour ce partage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le retour sur cet atelier !! Te souviens-tu des différentes "façons d'y arriver" conseillées par Isabelle Filliozat ?

      Supprimer
    2. C'est ce que tu expliques très bien : ne pas forcer un enfant à être poli, ne pas être en attente , leur expliquer que c'est un code de savoir vivre et que nous parents pouvons les aider à y arriver... et agir avec bienveillance!
      Elle était vite passé sur ce sujet car c'était l'exercice de départ du stage, mais ça nous a tout de suite mis dans l'ambiance: Souvent nous oublions de nous mettre à la place de nos enfants et leur demandons des choses qui sont difficiles pour nous adulte!!

      Supprimer
    3. Merci d'avoir pris le temps de ce développement ! :-)

      Supprimer
  7. J'adore ton article car je me retrouve dans tes questionnements/paradoxes :)
    Merci!

    RépondreSupprimer
  8. C'est amusant car j'ai le problème inverse de certains parents : à la maison, certains petits mots ont du mal à sortir, en revanche, à l'extérieur, pas du tout !
    Mes filles sont capables d'aller dire bonjour à n'importe quel adulte... et de raconter leur vie pendant 10 minutes. Nous habitons dans un village, et nous avons vite compris qu'il fallait faire attention à ce qu'on dit à la maison, pour que tout le monde ne soit pas au courant rapidement de nos échanges privés !!!
    Il faut dire que nous sommes très investis dans la vie locale, dans de multiples associations, et que nos miss nous accompagnent partout, de commerces en réunions, d'animation en atelier. Nous parlons à tout le monde, alors elles aussi. C'est parfois un peu flippant quand on va "en ville" : à Nice, on a toujours peur de les perdre ! Dès que quelqu'un leur tape dans l’œil, elles s'arrêtent, et elles papotent : "Oh, tu as des belles chaussures, madame, vous êtes très belle !" (mélange systématique du Tu et du Vous, ici !) "regarde, mes belles chaussures sont dans mon étage du placard, là j'ai mis les baskets, parce qu'on marche beaucoup et après on va au parc, et après on rentre chez nous, Et toi, tu habites où ? Tu as aussi des baskets pour marcher beaucoup ? Vous rangez bien vos chaussures dans le placard ?.... "o-O
    Mes grandes (3 et 5 ans) ont parlé très tôt, on verra ce que fera ma petite dernière (1 an), mais elle est déjà très expressive : de grands coucous avec le bras pour dire bonjour et au revoir... et après, elle s'applaudit ! :D
    Je me demande si le langage des signes n'est pas aidant : les tous-petits commencent comme ça, et tous adultes de sourire et de répondre, donc c'est très valorisant, ce qui doit donner envie de continuer.
    D'ailleurs, mes grandes continuent, quand elles font les timides (quand elles n'aiment pas quelqu'un !) ou qu'elles n'ont pas envie de dire S'il te plaît / merci, à faire le signe au lieu de verbaliser. Moi, ça me va, mais à l'extérieur, il faut que je traduise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi, j'adore la façon dont tes filles s'adressent aux inconnus ! :-D

      Supprimer
  9. Voilà bien un sujet d'actualité chez nous aussi !
    Pour mes grands de 3 et 6 ans nous venons d'acquérir le livre Vive la politesse de la collection mes petites encyclopédies Larousse. Il a l'avantage de présenter un grand nombre de situations parlantes pour l'enfant et de le (nous !) questionner sur le pourquoi de ces règles. Un bon support de discussion ici mais nous ne sommes pas encore allés aussi loin. Merci donc Elsa de ce partage qui sera bien utile dans les jours à venir !
    Mon aîné a toujours été très réservé et jusqu'à il y a encore peu de temps ne disait pas bonjour même à la famille. J'avais commencé par le forcer puis me suis ravisée (en proie également à tous ces questionnements internes). Aujourd'hui il dit bonjour mais n'embrasse toujours pas. Il ne fait pas de bisous d'ailleurs, seulement à moi (privilégiée que je suis). En revanche pour dire bonjour il saute sur les gens et leur fait un câlin. Les gens sont toujours très surpris, ça se lit sur leur visage et dans leur gestuelle. Et moi je suis toujours assez mal à l'aise avec ce comportement mais n'ai pas encore réussi à trouver le bon angle d'attaque pour me faire évoluer. Je sais que c'est sa gêne qui est en cause mais bon...
    La petit soeur du coup, bien que plus sociable (plus conforme aux règles dirais-je) a forcément tendance à imiter son frère... Les gens doivent se dire que l'on vient d'une autre planète du coup lorsqu'ils se retrouvent ainsi submergés par mes enfants :D
    Merci pour les règles du réfrigérateur ! Je vais largement m'en inspirer. Notamment pour ce qui est des règles à table ! Oui les enfants sont le
    Reflet des parents mais comment leur faire comprendre que je dois me lever de table en plein repas pour m'occuper de leur petit frère de quelques mois alors qu aux doivent rester à table ???!!! Il est des réflections dont je me passerais bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette référence de livre, Johanna, je ne connaissais pas ce titre ! :-)

      Supprimer
  10. Bonjour, cela me fait penser à une histoire dans un Tralalire de mon fils : l'histoire d'Elliot qui a perdu son s'il te plaît. Il demande à son papa une tartine (sur un ton un peu sec). Son papa lui dit : au fait, tu n'oublies pas quelque chose ? Le garçon répond : au miel ! Le papa lui dit : Mince, c'est bien ce que je craignais : tu as perdu ton s'il te plaît ! Alors le papa fait mine de le chercher sous la table, le gamin se prête au jeu direct et le cherche dans son chocolat chaud, dans son lit (dès fois qu'il aurait oublié de se lever)... le papa trouve son doudou sous l'oreiller et le garçon lui dit : oh donne le moi s'il te plaît ! (ça y est : il l'a retrouvé !) J'utilise souvent cette formule (mince, tu as perdu ton bonjour/ton merci... et à tous les coups mon fils me dit : attends, je vais en attraper un autre ou je crois que j'en ai un en poche...). Ca a l'avantage de faire aussi rire la personne en face (à qui il ne dit pas bonjour/merci/au revoir...) ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore !! Je te pique l'idée ! ;-)

      Supprimer
    2. Tu verras c'est très drôle ;-)

      Supprimer
    3. ah oui chouette idée ! je vais tâcher de retenir...

      Supprimer
    4. Je te prends l'idée de suite !!! Sur que mon fils va trop rigoler!!!

      Supprimer
  11. Intéressantes réflexions ! Pour le moment nous avons la chance que l'imitation fonctionne assez bien, il a même appris le "pardon" tout seul. Pour le au revoir, j'ai repéré que quelque chose fonctionnait bien et cela m'a rappelé un de tes artciles (sur les ciseaux - si si y a un rapport) où tu soulignais l'importance pour les petits de vivre les choses avec leur corps: quand F. n'est pas motivé pour dire au revoir, l'inviter "tu dis au revoir, F.?" donne parfois du fruit, parfois non.... mais "tu dis au revoir avec la main, F. ?" fonctionne quasi à tous les coups, au point que souvent le mot sort avec.
    Ceci dit, j'ai l'avantage que vis-à-vis d'un 2 ans 1/2, même un simple coucou de la main suffit, j'imagine que la pression grandit avec les enfants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Louiselle aussi est très "corporelle" et "dit" Bonjour/Au revoir avec ses yeux, ses mains... ça passe plutôt bien !!

      Supprimer
  12. Jusqu'à 3 ans, ma fille était polie dans l'imitation. Sans y réfléchir, juste parce que c'était ainsi que nous faisions. Et puis nous avons fait un long séjour du côté de ma famille, qui exige des bisous et surtout avec des mamies et des grandes tantes un peu sourdes qui n'entendaient pas et concluaient direct qu'elle n'avait rien dit. Du coup ma fille a commencé à réfléchir à tout ça, à découvrir que les adultes ne disent pas bonjour aux enfants les 3/4 du temps (dans les magasin par exemple) et donc, comment dire, la politesse estun sujet délicat chez nous, et cela depuis plus d'un an. Elle a eu des périodes où elle se plantait devant un vendeur en répétant bonjour plusieurs fois puis en disant haut et fort "pourquoi la personne ne dit pas bonjour"...
    Je vais regarder les deux jeux que tu proposes pour lancer la discussion sur les codes, on verra bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien ! Elle a bien raison de réfléchir, ta fille ! ;-)
      Et je donnerais cher pour voir la tête du vendeur quand une pitchounette se plante devant lui en disant : "Ben, pourquoi il ne me dit pas bonjour ????"

      Supprimer
  13. Merci pour cet article, Elsa! Ayant grandi dans une autre culture que française, je vois bien ici et maintenant la relativité et les automatismes de politesse. Un exemple : dans ma culture (soviètique) on dit merci à la fin de repas et mes parents exigeaint qu'on dise "merci, c'était très bon" après tous les repas et focèment même quand ça me plaisait pas. Ils ont réussi à graver ceci tellement dans mon cerveau que même après dix ans (de mes trente) de vie loin de ma culture, je le dis toujours et voilà que j'ai parfois des reflexions à ça: "Tu paies, tu n'as pas à dire merci" (au restaurant, venant d'amis), "Tu n'es pas obligée de me dire merci à chaque fois" (ma belle mère). Je me sens humiliée de nouveau (comme quand mon père me le rappelait) et cette fois malgré les bonnes manières. Ces sont des limites de politesse automatisée.
    J'entends dire "Il n'y a jamais trop de politesse" et je ne suis pas tout à fait d'accord. En tout cas, je ne veux pas forcer, ni humilier mon enfant au prix de MA réputation.
    Je retiens le jeu du "s'il te plaît perdu" et de dire à leur place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage, il donne vraiment une autre lumière sur toutes ces règles... relatives.
      Il peut y avoir TROP de politesse, sans doute. Mais il ne peux jamais y avoir TROP de respect, et la plus authentique des politesse, c'est certainement de respecter l'Autre, avec ses us et coutumes, sans jugement... :-/

      Supprimer
  14. Un très bel article (encore!)
    Et merci pour le lien pour ce loto retro, je suis fan!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien !!
      (Merci à "Si tu veux" !)
      ;-)

      Supprimer
  15. Pour les règles de vie à table (et les autres du style ne pas s'essuyer la bouche avec le revers de sa manche, mettre ses doigts dans son nez...) j'ai depuis quelques mois un atout de poids, en la personne d'un collègue qui est un porc. Lui, pousse avec ses doigts la nourriture sur sa fourchette, se cure le nez, renifle à tout bout de champ, (je continue ou vous voyez le tableau?)
    Bref, un jour j'en ai parlé à mes enfants, ca les a bcp fait rire d'imaginer ce monsieur! Et je leur ai expliqué que c'était piur ca qu'avec leur papa on les reprennait quand ils avaient un comportement socialement déviant. Parce que ça passe encore à " ou 6 ans mais plus quand on est grand. Et que ce monsieur tout le monde se moque de lui. Qu'il n'a surement pas du avoir un papa ou une maman qui lui a expliqué quand il était petit. Ca les a beaucoup marqué, ils en reparlent souvent, moi j'alimente de temps en temps avec une nouvelle anecdote croustillante...
    Bref l'apprentissage par le contre-exemple!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore !!! Je crois que je vais inventer illico un "Monsieur Dégoutant"... ;-)
      (ça marche aussi, si on invente, hein ?)
      ;-)

      Supprimer
    2. Oui oui!! Je suis sure que ça marche si on invente (sauf que tu seras peut être limitée par ton imagination... sisi :-( ...)
      En revanche, je pense que le fait que ce monsieur existe (ancré dans la journée de travail de maman) amène du poids à l'histoire....

      Supprimer
  16. Bonsoir,
    J'aimerais beaucoup que mes chers beaux-frères lisent cet article.
    Je rejoins complètement ce que Karine dit dans le 1er commentaire. Pour moi "s'il te plaît" n'est pas forcément important, c'est plus la manière de demander qui compte mais pour mes beaux-frères le "s'il te plaît" est indispensable et quand les enfants demandent quelque chose, ils leur disent "Et qu'Est-ce qu'on dit ?!" alors qu'ils n'ont même pas terminé leurs phrases et qu'en plus ils ne s'adressaient pas à eux. Ceci à le don de l'agacer fortement mais en personne polie, je m'abstiens de toute remarque et ravale ma salive.
    J'ai bien souri une fois comme mon fils a refusé de passer quelque chose à son tonton car il n'avait pas dit "s'il te plaît". Tel est pris qui croyait prendre.
    Elo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excusez-moi pour les fautes. Je ne me suis pas relue.

      Supprimer
    2. Bien fait pour le Tonton ! :-D

      Supprimer
  17. Je suis dans la même situation, je profite pour récupérer l'idée du mémory.. :)

    RépondreSupprimer
  18. Un merci "poli" de Si Tu Veux! Ce loto vintage j'y ai joué avec les petits… mais aussi avec les grands qui adorent vérifier l'état de leur politesse. La marrade à l'apéro est assurée !!!!!!
    (Sur le même sujet, à lire absolument:“ Le convive comme il faut“ de Philippe Dumas à l'Ecole des loisirs)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce titre, Si Tu Veux ! Et merci pour TOUT ! ;-)

      Supprimer
  19. Ta liste de bons comportements est impeccable ! Tu la mettrais en téléchargement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe, je n'ai pas gardé ce document... Mais tu peux la retaper facilement en t'appuyant sur la photo, non ? :-)

      Supprimer
  20. Merci pour ces idées et témoignages. Ici, lorsque l'un des enfants ne veut pas (dire bonjour ou faire un bisous avant la nuit par exemple), je le prends généralement dans les bras et surtout lui dit en le regardant dans les yeux : "tu le feras la prochaine fois?" Cela nous permet de sortir de l'impasse du bras de fer. L'enfant me répond "oui" et on est tous soulagé. Souvent les grands-parents embrayent sur un "oui, oui, tu le feras la prochaine fois". Et la dernière fois mon aîné a même fait le bisou en question tout de suite. Cela me permet également, la fois suivante de rappeler à l'enfant que nous étions convenu qu'il le ferait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée ! Cela permet de dédramatiser, en effet ! :-)

      Supprimer