Pages

samedi 23 janvier 2016

"Pot commun" en ligne pour Coralie


Je relaie un peu tard une information qui, je l'espère !, a certainement fait le tour de la toile aujourd'hui... J'étais clouée au lit pour cause de gastro, ce qui explique mon silence de ces derniers jours... ;-)

Vous êtes nombreuses à m'avoir contactée, après mon dernier message à ce sujet, pour avoir l'adresse mail ou postale de Coralie, alias "La Puce" de l’École des Amours... Merci pour cela !

Aujourd'hui, il y a plus simple pour les dons : vous pouvez donner directement en ligne, sans passer par Paypal si cela vous ennuie, et c'est ICI. C'est vraiment simplissime et rapide, les dons peuvent se faire de manière anonyme et vous n'êtes pas obligé de dévoiler le montant versé.

Je n'ai pas trop l'habitude de "défendre des causes" et je ne crois pas être douée pour cela. Mais voilà, cette histoire me frappe en plein cœur, je ne saurais même pas vous dire pourquoi ! Cette famille du bout du monde, je ne la connais seulement pas !

Je songeais cette semaine, en prenant soin de Louiselle alitée - oui, fichue gastro, encore... - à cette souffrance très particulière qu'une mère ressent face à son enfant malade : sentiment d'impuissance, ah ! Si seulement nous pouvions prendre son mal et ainsi l'en débarrasser, nous le ferions sans hésiter, n'est-ce pas ?!

Je me suis alors répété les mots du Papa de Coralie (à lire ICI), et ils m'ont aidée. Un père du bout du monde, qui parle d'une maladie atroce, et qui me réconforte, moi, face à ma petite gastro passagère... Ironie du sort ?

Finalement, c'est ce lien-là que j'ai avec cette famille : l’École des amours a toujours été un lieu sincère, bourré de générosité et de simplicité. Pas d'esthétique sucrée à la mode. L’École des amours ne vend rien - ah, si : de l'amour, plein d'amour. Mais c'est gratuit.

Alors, je sais bien... Je sais bien que je suis en train de vous demander de donner des sous. Et qu'il y a quelque chose en nous qui aimerait faire les choses autrement - l'argent, pouah ! Pas de "ça" entre nous, n'est-ce pas ?

Mais je maintiens qu'au vu des kilomètres qui nous séparent, qu'au vu de la situation de cette famille, c'est vraiment la meilleure façon d'aider. Vous n’êtes pas obligé de donner beaucoup ! Comme l'écrit très justement Euryale ICI : "

"Un euro sera reçu avant tout comme une main sur l’épaule de cette maman."

Il est très important pour moi que cette maman et ce papa sentent des centaines de mains sur leurs épaules en ce moment.

Si mon intervention a pu aider certains hésitants à sauter le pas, je leur adresse un immense merci.

P.S. Je considère le présent article comme "libre de droit" : faites circuler comme bon vous semble ! :-)

2 commentaires:

  1. L'entraide, la compassion et le partage sont toutes les valeurs que permet de mettre en avant ce pot commun.

    De l'argent, il faut pour les traitements, pour faciliter la vie de toute cette famille que la maladie a bouleversée. Pour nous qui sommes éloignés par la distance, même si cela parait immatériel et froid, c'est un moyen comme un autre de leur apporter notre soutien. Euryale a trouvé une belle image.

    Merci à vous 2 d'avoir ouvert ce pot commun, en espérant qu'il se remplisse à hauteur de l'exemple de courage, de volonté que nous donne cette famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-) Je l'espère aussi, Cibou ! Merci pour ton petit mot ! :-)

      Supprimer