Pages

jeudi 9 juillet 2015

Calligraphie - les cent langages


On m'a souvent demandé s'il existait des ouvrages pratiques reggians  en français, et jusqu'à récemment,  je devais bien admettre que je n'en connaissais aucun... Et puis,  j'ai découvert la traduction des œuvres d'Howard Gardner

Howard Gardner dit en substance - je paraphrase :

"Bon. Chaque enfant est unique. Il nous sera bien sûr impossible de dessiner une carte de chaque intelligence particulière. Elles sont trop nombreuses. Il existe cent intelligences, que dis-je, mille, ou dix mille intelligences... Il en existe en fait une infinité.
Face à cette complexité, l'éducateur s'interroge : Comment expliquer que des enfants intelligents soient en échec scolaire ? Comment parvenir à intéresser tout le monde ? Comment boucler le programme en tenant compte de la diversité des élèves ?
Voilà : réduisons ces entrées dans le savoir à huit. Nous savons qu'elles sont bien plus nombreuses que cela, en réalité. Mais se noyer sous leurs nuances multiples ne nous aidera pas à construire des propositions concrètes au sein de la classe. Or, voilà ce que nous voulons : guider, proposer des réponses adaptées aux questions fondamentales. La théorie des intelligences multiples est une simplification efficiente."

Avant de lire Howard Gardner, j'étais méfiante : d'abord ce terme "d'intelligence", dont je comprends aujourd'hui qu'il n'a pas été choisi sans une certaine provocation, et que loin de renvoyer à un mode de digestion passif du savoir, il désigne une préhension particulière du monde - un langage.


Deuxième préjugé dépassé : Howard Gardner se positionne clairement contre les tests - auxquels, allez savoir pourquoi, sa théorie, a priori, me renvoyait irrésistiblement. Qu'un langage soit dominant chez un individu, c'est possible, mais pas obligatoire. D'ailleurs, au cours de notre vie, nous changeons souvent plusieurs fois de canaux d'expression privilégiés. Si, par l'observation concrète, l'éducateur voit s'affirmer une relation particulière entre cet élève et son savoir, sa mission est double : privilégier  la sémantique chère à l'enfant (on propose une entrée logico-mathématique dans chaque science à un élève ayant ce "langage"), mais aussi l'ouvrir à d'autres systèmes de signes : on valorise la compréhension par le corps, ou par la relation avec autrui, parce qu'elles vont venir compléter, enrichir et faire évoluer la personnalité du petit logicien, en musclant d'autres zones cervicales qui, à leur tour, nourriront son potentiel "intelligence/langage"...

Si vous êtes parvenus à la fin de ce développement un tantinet technique, vous l'avez compris : cette théorie me passionne, et voilà deux mois que je n'ai de cesse d'y réfléchir et de la mettre en pratique. Je me suis amusée, ces dernières semaines, à proposer à mes enfants des activités de calligraphie stimulant diverses syntaxes cognitives - séquence directement inspirée du Guide pour enseigner autrement, p. 41 à 48.

Voici donc une série de séances courtes et ludiques visant la maitrise des gestes de l'écriture... façon Howard Gardner. :-)

1. Le langage introspectif (ou intelligence intrapersonnelle) :


C'est le fameux "Connais toi toi-même". Certaines personnes ont une vue aiguisée de leurs capacités, de leurs peurs et de leurs objectifs. Elles savent de qu'elles ressentent et pourquoi ; elles respectent et ménagent cette identité et ne se perdent pas au contact d'autrui.

Calligraphier, dans cette optique, c'est très simple : on fournit à l'enfant le matériel nécessaire (papier, peinture, brosses, rouleaux, coton-tige, crayons, craies grasses, feutres, crayons à papier, stylos... mais aussi pâte à modeler...) et on laisse faire. L'enfant décide, choisit son outil et réalise des traces comme bon lui semble.

C'est la porte d'entrée préférée des "unschollers" - et la mienne aussi ! ;-)

2. Le langage musical (ou l'intelligence rythmique) :


L'intelligence musicale ne concerne pas uniquement les musiciens. Bien des enfants qui n'ont jamais pratiqué d'instrument ni suivi de cours de solfège se révèlent excellents dans ce domaine : ils dansent en rythme, ils ont sensibles aux intentions, aux tonalités, et ils sont capables de composer assez rapidement pour peu qu'on leur en donne les moyens. J'ai rencontré dans ma pratique des élèves de ce type... surtout là on ne les attendait pas !! : parmi les plus en difficulté scolaire... Cela donne à réfléchir sur la manière dont on enseigne, n'est-ce pas ? :-/

Pour muscler ce langage chez Antonin, j'ai essayé de lui proposer la séance que j'avais vécue avec mes élèves au musée de Grenoble : je jouais d'un instrument, et il représentait le son produit. Il a commencé par associer le son sec des castagnettes au noir - super, non ? - mais n'a plus changé de couleur par la suite. J'ai dû me rendre à l'évidence en l'observant : ce n'était pas LE SON qu'Antonin dessinait, mais LE GESTE que je faisais en jouant (secouer de haut en bas, tourner, etc.). A refaire un peu plus tard, donc, mais c'était très sympa quand même ! :-)

3. Le langage verbal (ou l'intelligence linguistique) :


Ah, les verbaux !! Je les connais bien, j'en suis. ;-)

Ce type de personne comprend mieux en verbalisant ; les choses s'éclairent quand on en parle, à l'oral ou à l'écrit. Certains d'entre les verbaux sont doués pour les langues étrangères - mais ce n'est pas systématique. Les verbaux aiment parler, écrire, prêcher, argumenter. Ils apprennent mieux si les idées sont exprimées en mots (oraux ou écrits).

Pour apprendre à écrire d'un point de vue linguistique, il ne faut pas hésiter à décrire les tracés. Le matériel montessorien des lettres rugueuses se prête tout à fait à cet usage absolument non-montessorien (Je crois qu'un des succès de cette pédagogie est qu'elle s'adresse à toutes les intelligences SAUF la verbale, qui est justement celle que l'école classique valorise le plus). Donc, en même temps que le doigt parcourt la lettre, on décrit le geste en introduisant le vocabulaire spécifique : "jambe", "canne", "barre", "boucle", etc.

Même si pour l'instant ce type d'approche n'est pas dominant chez Antonin, l'apport de ce vocabulaire le dote d'outils pour décrire ses intentions et ses tentatives : "Là, je monte, je fais une boucle, je redescends, je fais une petite queue...".

4. Le langage catégorisant (ou l'intelligence naturaliste) :


Le petit naturaliste aime trier et classer. Il est attiré sur les objets du monde (oiseaux, nuages, arbres...) mais sa passion de la catégorisation peut s'étendre à n'importe quel sujet : drapeaux, blasons, voitures, composants informatiques... Ce langage identifie - qu'il s'agisse d'une graine ou d'un widget, les zones du cerveau sollicitées seraient les mêmes.


Pour stimuler cette intelligence, donc, on propose à l'enfant de trier. Ici, Antonin opère des rapprochements entre ses cartes graphiques. Celles qui nécessitent un geste qui tourne, celles dont le trait va tout droit... C'est aussi l'occasion d'énumérer les motifs graphiques qu'Antonin connait, de les "collecter" en les décrivant et en les reproduisant... et d'enrichir notre répertoire par de nouvelles cartes.

5. Le langage relationnel (ou intelligence interpersonnelle) :


L'intelligence relationnelle permet de comprendre les autres - leurs expressions non-verbales, leurs motivations, leurs désirs et leurs humeurs. Il s'agit d'un langage aisé à nourrir en groupe-classe... C'est évidemment plus difficile au sein d'une famille, si nombreuse soit-elle...


Ici, il s'agissait de remplir un large espace feuille à deux - faire des traces sur le même support avec des outils de son choix. On peut cadrer un peu le jeu en proposant de remplir une zone avec une carte graphique tirée au sort - des cartes "couleurs" et des cartes "outils" (feutres, pastels, crayons divers...) peuvent également être proposées.


Pour nous, nos cartes graphiques étaient proposées pour l'inspiration, et le jeu n'était pas encadré par des contraintes telles que tirage au sort ou tour de rôle... Mais ce serait intéressant à tester aussi ! :-)


Dans la collaboration autour d'une même tâche, autrui devient une partie constitutive de notre "espace cognitif" (pour parler comme Vygotsky). Antonin et Louiselle sont chacun fortement ego-centré comme le sont les enfants de leurs âges ; mais je remarque aussi que leur construction personnelle se fait de façon conjointe à celle de l'autre - ils sont sans cesse en interaction, et leurs préoccupations, à 16 mois d'écart, sont toujours extrêmement proches. Cette double tendance ("moi d'abord - mais jamais sans l'autre") se retrouve dans leurs jeux et dans leurs travaux : des temps de "chacun pour soi" (plutôt courts et souvent apparents seulement) alternent avec les moments d'influence réciproque, de discussion (et de dispute...), de choix communs...


D'un point de vue graphique, en ce moment, chaque enfant a son répertoire privilégié : Antonin dessine des spirales et des étoiles, Louiselle trace des hachures et des points. Mais chacun a aussi à cœur d'imiter l'autre, et s'ouvre ainsi à d'autres gestes...


Au final : un beau mélange de styles et d'influences réciproques !


Pour ce genre d'activité, c'est évident : plus on est de fous, plus on rit. C'est bien ce que s'est dit cette lucane femelle qui est venu voir tout cela de plus près...


Et nous a fait l'honneur de rajouter l'ombre chinoise de ses griffes, de ses antennes et de ses mandibules au motif collectif, le temps de le  traverser... pour la plus grande joie des enfants ! ;-)

6. Le langage spatial (ou l'intelligence spatiale)  :


L'intelligence spatiale est une compétence large : c'est elle qui permet d'évaluer correctement les distances ou de se repérer dans l'espace (le fameux "sens de l'orientation"), c'est elle qui est à l’œuvre en géométrie ou lors des jeux de cubes,  mais aussi lorsqu'on demande à l'enfant de rapprocher deux objets identiques ou analogues qui sont éloignés physiquement. Les chasses aux trésors et autres énigmes physiques sont des voies d'apprentissage royales pour les apprenants privilégiant ce type de langage, mais aussi les reconstitutions (restaurer un vase, faire un puzzle...) ou les pliages (origami, emballages de cadeaux...).


Le jeu proposé fut le suivant : nous avons disposé dans l'herbe des Smartmax à intervalles réguliers, au-dessus desquels il s'agissait de sauter.


(Ne vous inquiétez pas pour le chat, tout ce remue-ménage n'a absolument pas interrompu sa sieste, pensez-vous. Il n'a seulement pas cillé de la moustache.)

Mon  objectif était de proposer ensuite un exercice de graphisme sur feuille, qui reprendrait dans le plan le geste que les enfants avaient vécu "en grand".

J'aurais tracé des pointillés - représentant nos barres Smartmax,
et les enfants auraient dessiné les "sauts" par dessus.



Bon, la séance a pris un autre tour : Antonin est allé cherché son vélo et s'est mis à slalomer entre les barres.


Et puisque j'avais annoncé en début d'exercice que nous dessinerions le mouvement effectué, il s'est ensuite précipité sur ses feutres et a réalisé le dessin des obstacles et de son parcours tout seul :

Ah, il semblerait que le langage spatial soit assez développé chez le Damoiseau... ;-)

7. Le langage du corps (ou intelligence kinesthésique) :


Il y a ceux qui ne s’intéressent pas trop à la manière dont leur corps fonctionne, et qui n'ont aucune idée de leurs aptitudes physiques. Et puis, il y ceux qui savent. Ils semblent être nés en le sachant, et utilisent leurs capacités corporelles naturellement, sans paraitre y penser. La pédagogie Montessori valorise particulièrement ce langage - les tracés dans le sable et les lettres rugueuses sont d'excellents outils pour apprendre à écrire aux enfants physiques. Le langage du corps, c'est l'athlétisme, la gymnastique, la sophrologie, la sculpture sur bois ou le modelage...

Antonin : Lettres

Mais aussi : la danse. Écrire des lettres ou des signes en grand dans l'espace en utilisant tout son corps, et toutes les dimensions de l'espace (le ras du sol, le plus haut que soi, l'avant, l'arrière...). Tracer à l'aide d'un ruban de gymnastique. Mimer la pluie qui tombe. Rouler sur le sol comme une feuille morte. Reproduire en l'air les motifs graphiques connus, avec la main, le doigts, le pied... ou n'importe quelle autre partie du corps.

"O"

Il est à noter que cette entrée par le corps est la seule que Louiselle daigne emprunter pour l'instant. Elle connait le tracé de toutes ses lettres et chiffres rugueux, se précipite dès que je propose une mise en corps (globale ou fine) alors qu'elle a tendance à se détourner des autres activités assez vite. La Damoiselle est une jeune fille très physique, ce n'est pas une surprise, et ce sera un canal à valoriser dans ses apprentissages ultérieurs.

Louiselle : Lignes

8. Le langage logique (ou l'intelligence mathématique) :


Les "matheux", comme on les appelle souvent, sont à l'aise dans la manipulation des nombres, des patrons, des algorithmes. Cette intelligence est toute clarté et scientificité analytique. Elle abstrait, c'est à dire qu'elle extrait du réel des formes pures, dépouillées des prédicats qui l'encombrent au vu du raisonnement effectué.

Avec les petits, l'activité  logique peut par exemple prendre la forme d'une chasse aux motifs graphiques dans le jardin ou la maison. Et sans surprise, c'est une activité qui a très longuement mobilisé mon Damoiseau, qui apprécie toujours beaucoup ce type d'entrées logiques.

C'était donc parti pour une chasse aux cercles...


... une chasse aux lignes...


... aux quadrillages...



... et aux lettres !

X, Y, H, O et U

Une variante de cet exercice - et qui fait travailler la main ! - consiste à fournir des documents pour que l'enfant y repère un motif graphique récurrent, des lettres...

Voyez : je commence à embêter Louiselle quant à la tenue de son outil scripteur...

Ici, j'ai réquisitionné nos revues d'art...


... dans les pages desquelles les enfants ont décalqué librement les formes et motifs de leur choix.


Ah, le papier calque ! Voilà encore un matériel reggian au sens plein : peu onéreux, facile à trouver, plein de potentialité et de magie ! ;-)


Ainsi s'achève mon petit tour des intelligences multiples illustrées... Vous constaterez avec moi à quel point tous ces langages sont étroitement imbriqués... Et comment quelques minutes de reflexion sous cet angle peut nous aider, en tant qu'éducateur, à varier nos pratiques...

Que du bonheur ! :-)

34 commentaires:

  1. Coucou Elsa !! C'est exactement le sujet de mon mémoire de Master !!! La relation entre les 100 langages et les intelligences multiples, un laboratoire humain... MERCI !!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Article passionnant qui demande à être relu pour ne passer à côté de rien et qui me donne des idées pour passer l'été avec mon Grand Louveteau. Encore merci Elsa.
    Petite question au passage : mon Grand Louveteau n'est pas passionné par le graphisme, j'attendais que ça s'éveille en lui pour lui proposer des cartes graphiques à partir de "motifs" qu'il maîtrise (identifiés par exemple dans ses dessins) mais pour l'instant pas grand chose. Penses-tu, du fait de ce manque d'intérêt, que je puisse finalement mettre quelques cartes graphiques à sa disposition pour peut-être éveiller un intérêt (sachant que je suis en train de fabriquer de mes petites mains un plateau à sable, dans l'idée première d'y faire du dessin libre). Merci, Julie Les Petits Loups

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Julie !

      Quel âge a ton Grand Louveteau, déjà ?

      Rien ne presse, et je pense qu'il est toujours mieux de partir de ce que l'enfant sait faire, mais tu as raison, proposer des cartes peut très bien éveiller son intérêt...

      Suis ton instinct ! Et tiens-nous au courant ! ;-)

      Supprimer
    2. Il a trois ans et demi. Il était en PS cette année. Les choses ont très doucement évolué, il fait des cercles en ce moment et les colorie. Je vais donc lui en proposer une première avec des cercles et puis "wait and see" :-)

      Supprimer
  3. Wahou j'aime cet article illustré ! quelle clarté ! c'est vrai qu'on serait tenté de "tester" quelles intelligences sont nos enfants alors que visiblement il s'agit surtout de n'en oublier aucune... Je trouve que si on y réfléchis pas on est tenté d'enseigner de la manière dont nous apprenons le mieux ce qui s'avère très parcellaire, d'où l'intérêt d'être conscient de tout cela... Je vais essayer de trouver ce livre maintenant !

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Elsa,
    Merci beaucoup pour cet article très intéressant. Mais comme souvent, j'ai une grosse boule à la gorge en lisant cela. J'ai fait des tentatives, pleins. J'ai rencontré peu de succès pour les activités que je propose à la maison pour mon fils de 3 ans 1/2 ou l'ambiance que j'essaye de soigner au prix de grands efforts. Pourtant, il trouve rarement de quoi se concentrer dans son environnement, refuse de prendre une activité seul. Il n'a jamais été au bout d'une activité de vie pratique et cela se termine à chaque fois de la même façon : sous les cris, en balançant tout à travers la pièce (avec une joie non dissimulée). J'ai fini par enlever toutes les activités de vie pratique que j'avais installées car j'en avais marre de ramasser les pois chiche à chaque fois que mon petit chou passait à côté du plateau. Toutes les présentations que je lui propose ne semblent pas l'intéresser (je fais pourtant très attention à ces centres d'intérets). ça semble un peu le chaos... Sa maîtresse m'a même dit que c'était le moins autonome de sa classe et qu'il était en détresse quand on lui demandait simplement de choisir seul l'activité qu'il avait envie de faire !! Je culpabilise un peu car j'ai le sentiment que ce chaos apparent reflète un peu mon état d'esprit (j'en ai bien conscience mais on se refait pas !!)
    Je culpabilise aussi car je me sens incapable d'analyser son avancé, ces intérêts du moment comme tu le fais avec tes enfants. Je vois juste qu'il est toujours dans le mouvement. Pour le moment j'ai laissé tombé mes propositions, j'essaye juste de soigner mon attitude et mon regard envers lui.
    Bon, je n'attends pas de réponse à ça, j'avais simplement envie d'en parler.
    Et je me demandais aussi si tu pensais que les enfants étaient capables de développer toutes leurs intelligences par eux mêmes, sans leur proposer d'activités spécifiques. Je veux dire qu'il y a peu de chance pour que mon petit chou accepte de participer à ces activités que tu décris ou alors il voudra simplement que JE les fasse MOI.
    En fait je me demande souvent s'il sera susceptible d'être aussi heureux que tes enfants en ayant une maman comme moi... C'est nul et désagréable comme pensée, j'essaye de faire un travail sur moi mais c'est très difficile. Je suis désolée de polluer ton article avec ce genre de remarque... mais à qui en parler ?
    Merci pour tes partages. C'est une chance que tu aimes écrire !!!
    Emy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Emy,
      Merci beaucoup pour ce témoignage qui me fait me sentir moins seule. Comment faire quand toutes les activités qu'on propose à l'enfant (et qui sont souvent tirées de ce magnifique blog) sont détournées, voire saccagées par l'enfant ? Quand on a l'impression de ne rien comprendre aux envies de son enfant, d'être toujours à côté de la plaque ? Quand l'enfant ne souhaite faire que du vélo, jouer au foot ou faire des accidents avec ces petites voitures ? Est-ce nous qui ne savons pas présenter l'activité ? Est-ce normal qu'à l'âge de Louiselle, nos enfants ne s'intéressent pas à toutes ces choses qui sont présentées sur ce blog ? Devons-nous considérer que certaines pédagogies (Montessori, Reggio...) ne sont pas acceptées par certains enfants ?
      Une maman qui se pose beaucoup de questions :)

      Supprimer
    2. Emy,

      tu n’est pas Elsa : Elsa est une passionnée de pédagogie qui pratique l’enseignement et travaille sur ces questions depuis des ANNEES. C’est son job de savoir analyser les intérêts des enfants et elle a tout un bagage pour proposer des choses en rapport. Elle le dit elle-même, elle pense pédagogie, rêve pédagogie.
      On a le droit aussi d’être « juste » des mamans avec nos atouts à nous, notre personnalité, notre bagage, notre pouvoir de transmission.
      Ton fils n’est pas Antonin, ni Louiselle, et les choses qui les intéressent eux ne l’intéresseront pas forcément lui. Tu dis que tu lâches les activités pour te concentrer ton attitude et ton regard envers lui. Et bien tu fais tout ce qu’une maman peut faire de mieux ! Ton enfant n’a pas besoin d’activités pour se développer, il a besoin de se sentir aimé, entendu, et confiant. Il fera le reste. Et je crois qu’il sera bien plus heureux si on le prend comme il est que si on le cloitre dans des attentes qui ne sont pas son chemin.
      L’humanité s’est développée sans apprentissages cadrés pendant longtemps et Einstein n’a sûrement jamais fait de Reggio ni de Montessori (et soit dit en passant, il a parlé tard, était « mauvais élève » et énurétique tardif).

      Tu sais je suis le blog d’Elsa fidèlement depuis plus d’un an, ça m’inspire, pour autant je n’applique pas le quart de ce qui est ici et la moitié de ce que j’ai tenté à fait un flop. Est-ce que ça fait de moi une mère à la ramasse ? Non. Est-ce que ma fille est moins bien que d’autres ? Non. Je suis moi, elle est elle.

      Je me permets de te renvoyer sur mes propres écrits qui parle de ça si un témoignage de maman pas du tout experte en pédagogie et décomplexée peut t’aider.

      Je pense que ceux-là devraient t'aider :
      http://famillesenharmonie.blogspot.fr/2015/07/lacher-prise-ne-rien-attendre-ne-rien.html
      http://mamandalalere.blogspot.fr/2014/11/mais-euh-ca-marche-pas-les-echecs.html
      http://mamandalalere.blogspot.fr/2015/02/jai-pas-de-sous-mes-10-principes-pour.html

      Et si tu en as le courage (^_^), ceux-là aussi :
      http://famillesenharmonie.blogspot.fr/2015/06/lacher-prise-lart-en-liberte.html
      http://famillesenharmonie.blogspot.fr/2015/06/lacher-prise-goodbye-maria-et-place-au.html
      http://famillesenharmonie.blogspot.fr/2015/05/lacher-prise-secouter-ni-evident-ni.html
      http://famillesenharmonie.blogspot.fr/2015/03/comment-je-pretends-pratiquer.html
      http://mamandalalere.blogspot.fr/2014/10/culture-contre-nature-apprendre-ou.html

      Des témoignages d'unschooling qui peuvent te rassurer aussi :
      http://famillesenharmonie.blogspot.fr/2015/05/unschooling-le-temoignage-de-deirdre.html
      http://famillesenharmonie.blogspot.fr/2015/05/unschooling-le-temoignage-dhelene-et.html

      J'espère vraiment que ça t'aideras car il est vraiment triste de lire à quel point tu te dévalorises sur ce sujet alors que tu es toi même pleine de ressource, comme nous toutes. .
      Ah et une petite lecture en passant aussi : Léo de Robert Kraus. http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/catalogues/fiche-livre.php?reference=01902

      Si avec tout ça tu déprimes encore, j'abandonne ^_^ !

      Supprimer
    3. Coucou!! Comme l'a bien dit Hélène Elsa c'est son métier d'abord et avant tout et elle a effectivement une capacité d'observation de ses propres enfants et de propositions d'activités plus que percutantes. Souvent quand je la lis je me dis effectivement que je suis "moins bien" "que je n'arrive pas à trouver des activités adaptées" "que je n'arrive pas à observer mes enfants correctement" mais je suis la maman de mes enfants et Elsa est la maman d'un formidable Antonin et d'une formidable Louiselle qui ne sont pas mon formidable Antoine mon formidable Aubin et mon formidable Foucauld.
      De plus Mon petit dernier a exactement le même age que Louiselle et très clairement il est beaucoup moins avancé "scolairement" parlant. Elsa le dit d'ailleurs, Louiselle est une petite fille à part qui profite à 300% d'avoir un grand frère de 16 mois de plus seulement et une maman extra.

      Quant à toi, je ne saurais trop te conseiller (mais tu le fais déjà j'en suis sure!) de laisser tout ça et de te mettre à 4 pattes à coté de ton loulou et de jouer jouer jouer jouer encore avec lui à ses jeux à lui, à ses accidents de voiture et au foot! Tu ne peux pas imaginer tout ce qui se construit là dedans!! Tu peux d'ailleurs lire cet excellent article qui reprend une conférence d'isabelle Filliozat: http://lesvendredisintellos.com/2015/05/31/et-si-on-jouait-limportance-du-jeu-parentenfants-pour-isabelle-filliozat/

      Bon courage!!

      Supprimer
    4. Merci beaucoup pour ton message ! Sache que tu n'es pas seule. Le blog d'Elsa est super, mais parfois tres culpabilisant pour les mamans (comme moi) dont l'aîné a l'âge d'antonin, mais dont les activités ne sont meme pes celles de louiselle... Je suis tout à fait en phase avec les réponses des autres mamans. Je rajouterai que pour moi il faut un maximum de nature et de liberté et des livres, surtout pour les petits encore en maternelle. C'est ce que propose la pédagogie Charlotte Mason par exemple. Je "revis" depuis que j'ai découvert cette pédagogie.

      Supprimer
    5. Merci beaucoup pour vos réponses !

      Ta question, chère "maman qui se pose beaucoup de questions" : "Devons-nous considérer que certaines pédagogies (Montessori, Reggio...) ne sont pas acceptées par certains enfants ? " est clairement celle que j'avais en tête mais que je n'ai pas osé écrire :) car pour ma part, je pense que le "problème" (si problème il y a) vient de moi et que dans un autre cadre, avec d'autres éducateurs mon petit chou serait plus réceptif, je ne veux pas me dévaloriser, c'est juste que les liens familiaux peuvent être complexes et que mon histoire rejaillit pleinement sur lui (ce que je cherche vraiment à éviter mais forcément que tant que je ne règlerai pas mes petit soucis il devra faire avec...)

      Hëlëne, merci beaucoup pour ta réponse, tes liens et ta générosité ! non je ne déprime plus :) (à vrai dire j'ai écrit sous le coup d'une grosse émotion, chose que je me promets à chaque fois de ne plus faire....) En fait je connais bien ton blog et les articles vers lesquels tu me renvoies !! Tes articles me font toujours beaucoup de bien et me ramènent à l'essentiel de ce que je veux donner à mes enfants. En fait l'image que j'ai de la pédagogie Montessori c'est un individu pleinement libre, comme je le dis plus haut je me sens vraiment limitée par mon histoire personnelle et j'ai tellement peur que mon fils ressente les mêmes obstacles que moi !! Merci beaucoup pour la référence du livre, je ne connaissais pas, il semble assez émouvant, je vais essayer de le trouver à la bibliothèque.

      Merci pour ta réponse et le lien vers cet article "les2koalas" (je ne connais pas ton prénom), je vais le lire attentivement.

      Anika, je ne connais pas vraiment la pédagogie Charlotte Mason mais ta réponse me donne envie de m'y pencher ! je suis d'accord avec toi concernant la nature, elle prend une grande part à la maison ! merci beaucoup de ta réponse.

      Emy

      Supprimer
    6. Heureuse de te lire plus sereine, même si des questions et des tâtonnements on en a toujours, sinon on ne serait pas ici. ;-). Notre Elsa nationale irradie parfois tellement qu'il est difficile de se sentir une super maman après lecture de ses articles mais si, si, on est toutes les meilleures momans du monde pour nos enfants ! ^_^
      Je crois que ce qui fait une ""super"" maman c'est d'ailleurs d'avoir le courage de se poser des questions (tant qu'elle ne nous bouffent pas) même si les réponses sont longues à trouver.

      Supprimer
    7. Bonjour Emy !

      Bon, j'arrive après la bataille... Un grand merci à Hëlëne pour t'avoir remonté le moral ! :-)

      Je voulais juste ajouter une chose : toute ma démarche repose, depuis le début, sur un pari. Le pari qu'il se passe quelque chose chez l'enfant, même quand nous, adultes, ne voyons rien.

      Pourquoi proposer un mobile à un bébé de quelques semaines ? C'est vrai quoi : il voit mal, il dort tout le temps. Pour quoi s'embêter ?
      Pourquoi proposer un plateau à un enfant de 3 ans ? Il saccage tout, il n'en fait pas ce à quoi je m'attendais...

      Et bien moi, je fais le pari que c'est très utile.

      Mais si je t'invitais chez moi, tu dirais : Ben quoi, ses enfants sont juste comme les miens, pas plus concentrés. Et cette maman est juste comme moi, pas plus patiente, pas plus tendre, pas plus experte.

      La seule différence, c'est que j'y crois (et que je le raconte, le photographie, l'analyse, en garde trace...). J'ai fait un pari il y a longtemps : il se passe quelque chose, qui nous échappe et que nous ne voyons pas. Quelque chose qui appartient à l'enfant, et qu'il est de notre rôle de nourrir au maximum.

      J'irai jusqu'au bout de cette idée pratique !! :-)

      Supprimer
    8. Merci elsa. Malgré mes moments de découragements j'ai bien conscience de tout ce qu'il absorbe avec ou sans mon aide :) je me sens tellement nulle et seule parfois que je me dis que j'aurais pas dû avoir d'enfants avant de me sentir mieux moi même... C'est tellement dur le métier de maman ! Et tellement passionnant aussi !!! Merci de ta réponse :)
      Émy

      Supprimer
    9. Merci Elsa pour ces précisions quand à ta démarche, et Hëlëne pour nous rebooster sur notre capacité à être des (suffisemment) bonnes mamans !
      Elsa, je trouve que tu es la Céline Alvarez des propositions à la maison : tu as un pari en tête, tu le travailles, tu fonces, avec joie et détermination :)



      Supprimer
    10. Emy : Courage ! Tu ne dois pas te dévaloriser comme cela ! Tu es la meilleure Maman possible pour tes enfants, et tu as l'air de te poser plein de question, ce qui est signe de bonne santé parentale ! :-)
      Courage, courage, courage et CONFIANCE ! :-)

      Etiva : Ouah, merci ! :-D

      Supprimer
    11. Vos encouragements me font chaud au cœur :) on ne dirait pas comme ça vu le ton désespéré de mes commentaires précédents mais il y a un livre que tu avais cité dans l'un de tes articles qui m'aide vraiment beaucoup dans mon quotidien de maman souvent désespérée :) c'est
      le livre "bouddhisme pour les mères". Merci de l'avoir cité :)
      Émy

      Supprimer
    12. De rien, Emy, c'est un livre qui m'aide beaucoup, moi aussi ! :-)

      Supprimer
  5. Article hyper intéressant! (et qui effectivement a du te donner du travail alors Merci ;-)) J'ai le livre d'H. Gardner qui m'attend (avec d'autres) sur ma table de chevet alors c'est génial de pouvoir lire ton article en attendant! J'ai particulièrement aimé la partie sur l'intelligence du corps qui (je trouve) est souvent peu considérée par certains adultes alors que je la trouve tellement présente chez les enfants (en tout cas les miens), bon en fait tout est super intéressant! Je le relirai ce soir tiens ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Superbe article, très riche, pile dans mes interrogations du moments ;-). Un livre précis à conseiller pour découvrir Gardner? Emmy est en pleine découverte du graphisme, je crois qu'elle va bien s'amuser! Bravo pour ce blog et tes réflexions pédagogiques!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les intelligneces multiples", chez Retz ! :-)

      Supprimer
  7. bonjour Elsa, c'est drôle je suis en pleine lecture de cet ouvrage! merci pour tes illustrations elles sont parfaites!

    RépondreSupprimer
  8. L'école du colibri (http://www.lesamanins.com/ecole) le livre ou le DVD parle aussi de ces différents types d'intelligence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces référence, Hëlëne ! :-)

      Supprimer
  9. Merci, merci pour cet article qui donne tellement de nouvelles idées pour construire nos propositions d'activités!

    RépondreSupprimer
  10. Elsa, je suis sans voix ( sans rire) c'est magnifique et exceptionnel!!!!
    je sais que tu es bien occupée, si par hasard tu as le temps de nous mettre en ligne tes fiches graphiques ( je sais je t'ai déjà demandé), c'est vraiment juste si tu as le temps.

    merci de tes partages si riches pour nous, au fait quand vas tu faire paraitre ton e book?
    merci encore et très bonnes vacances à vous tous!
    Sofia ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Sofia ! :-)

      Hélàs, pour les fiches graphiques, je les ai perdues lors de mon dernier plantage d'ordi... :-(

      Quant à mon e-book, ce sera en fait un VRAI livre... Je vous tiens au courant très vite ! :-)

      Supprimer
  11. Ton post me rappelle le livre "la maison des barbapapa" (http://www.decitre.fr/livres/la-maison-de-barbapapa-9782821201309.html?gclid=Cj0KEQjwjrqvBRD6wf2fy-C61PIBEiQAUzKQThmP_nu2c5fTZNIDPuygcY5mGD_loSaM-T5FQo6S7fAaAoda8P8HAQ) dans lequel toutes ces formes d'intelligence sont associées à un barbabébé, à avoir absolument : chaque barbabébé a sa chambre à son goût et ma fille y reconnaît chaque membre de la famille.

    RépondreSupprimer