Pages

dimanche 13 août 2017

Le parfum du poivron mariné


En été, je cuisine peu. Il suffit souvent de faire un tour au potager quelques minutes avant de passer à table, et de servir les trésors qu'il nous offre tels quels, fraîchement lavés et crus. Un reste de féculents ou une tartine quelconque pour tenir au corps, et l'assiette se trouve largement garnie... Nos repas ont des allures de pique-nique, et les enfants n'en mangent que mieux !

Les premiers piments, par exemple : nous les avons cueillis un à un, à maturité, et partagés consciencieusement entre nous, coupés en tranches fines.

Mais cette semaine, ma belle sœur m'a rendu visite avec un panier plein de légumes de son jardin à elle. Et dans ce panier, se trouvaient de beaux petits poivrons verts. Les miens sont encore sur leur pied - j'attends qu'ils rougissent et ne doute pas qu'il le feront. Mais chez elle, qui habite un peu plus au nord, elle n'a pas d'autres choix que de les cueillir verts. Ce qui est très bien comme ça : c'est délicieux, les poivrons verts.

Il en est des poivrons comme des piments (et comme de tout le reste) : on peut les déguster crus, taillés en minces lamelles partagées une à une... Oui, c'est possible. Mais pour moi, les poivrons sont une exception potagère. C'est irrésistible : il faut que je les fasse cuire. On plutôt : rôtir. Leur seule vue m'évoque la chaleur du four, la lumière des flammes, l'odeur roussie de leur peau qui noircit et cloque, et embaume la cuisine. Je pense immédiatement à la chair tendre aux lueurs animales que je découvrirai sous la pointe de mon couteau en crevant la peau calcinée et cassante. La préparation des poivrons, c'est mon activité sensorielle à moi : le reflet d'or du filet d'huile d'olive, l'éclat de nacre de la gousse d'ail ... et la patience. Patiemment, on attend. Cela cuit, cela refroidit, cela marine, l'eau vient à la bouche, mais il faut attendre !! Ça y est : le pain est tranché, on peut attaquer. Cela fond tant et tant dans la bouche, cela irradie tant de saveurs, que je me pâme. Pour de vrai. 😄

Vous avez deviné, je pense, le nom de ma recette estivale favorite : les poivrons marinés. 💓


Alors, vous vous demandez certainement si ce plat plaît à mes enfants. Non, je suis navrée, la réponse est non. Encore qu'ayant mêlé cette année piments et poivrons dans cette recette, ils y ont goûté avec curiosité. Manger du piment, c'est un challenge qu'on ne peut refuser, à 6 et 5 ans. On grimace, mais on se sent grand. 😉

Pour donner le change, je sers ce mets pour adultes avec d'autres qui se marient fort bien avec lui, et qui, eux, remportent un franc succès chez les plus jeunes : houmous de haricots blancs (avec ail, romarin et huile d'olive), tortillas chips et petits pains pitta grillés. Encore une table aux allures de pique-nique ... Mais quel pique-nique ! 😄


Poivrons et piments marinés (Recette)


Ingrédients :

Poivrons et piments du jardin (quantité selon récolte)

Pour la marinade :
1 gousse d'ail
2 CS de vinaigre balsamique
2 CS de basilic frais
30 ml d'huile d'olive

Préparation :

Rôtir les poivrons et les piments au four (position grill, 200°C) 10 à 15 minutes. Retournez-les et poursuivre la cuisson une dizaine de minutes. Bien surveiller : le temps de cuisson dépend de la taille des fruits. Stopper le feu dès que la peau se plisse et noircit.

Envelopper les poivrons et les piments dans un tissu propre et attendre qu'ils refroidissent complètement. Les éplucher, les trancher finement et les placer dans un plat creux.

Ajouter les ingrédients de la marinade (ne pas hésiter à doubler les quantités si vous avez beaucoup de fruits : ils doivent être quasiment recouverts) : la gousse d'ail écrasée, 2 CS de vinaigre balsamique, 2 CS de basilic frais et 30 ml d'huile d'olive. Couvrir et réfrigérer trois heures. Sortir du réfrigérateur un quart d'heure avant de servir avec un bon pain bio.

Bonne dégustation ! 😊

2 commentaires:

  1. c'est ma façon préférée de préparer des poivrons ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai suivi ta recette ce soir, on s'est régalé ! Un plat sans ail pour moi, un avec pour l'homme, c'était bon ! A tester avec des piments. Merci !

    RépondreSupprimer