Pages

mercredi 9 novembre 2016

Nos mercredis Montessori : Bouquet d'automne

"On peut presque dire qu'il y a une relation mathématique entre la beauté de l'environnement et l'activité de l'enfant,
 qui s'investira plus volontiers dans un cadre agréable.
Maria Montessori, L'enfant dans la famille.


Rien de nouveau depuis trois ans : nous aimons toujours les bouquets. Surtout s'ils sont réalisés maison, avec les fleurs de notre jardin. Bien que pour tout avouer, ces réalisations soient rares : ici, c'est encore au jardin, sur l'arbre, que les fleurs sont les plus appréciées. Il faut vraiment qu'une espèce pousse en surabondance pour que nous en prélevions un peu pour l'intérieur... Mais cette semaine, les gelées d'automne descendent sur notre coteau. Plus de scrupule ! Puisque de toute façon, tout sera mort dans quelques jours, cueillons, cueillons ! 😊


La pédagogie Montessori a codifiée cet art ancestral et propose des plateaux très formels, mais libre à chacun, bien sûr, de composer sa propre invitation avec ce dont il dispose, et l'esprit qu'il a envie d'y insuffler. L'art floral est poésie avant tout !


Matériel  :

- Des fleurs ! Mais aussi des graminées, des feuillages décoratifs... L'idéal est de pouvoir laisser l'enfant les choisir et les récolter lui-même au jardin, mais on peut aussi se fournir chez le fleuriste ou au marché du coin. Dans ce cas, privilégiez les plantes aux tiges fines et souples, qui pourront être sectionnées sans problème par l'enfant. Disposez-les dans une corbeille si leurs dimensions s'y prêtent.
- Un pichet d'eau, au poids et à la taille adaptés à la force de l'enfant.
- Un ou plusieurs vase(s).
- Un entonnoir.
- Une éponge.
- Un petit torchon.
- Une paire de ciseaux ou un sécateur, selon la dureté des tiges et l'âge de l'enfant.
- Un bol, une assiette creuse, une cuvette - ou simplement une feuille de papier journal. On y place les chutes inutilisées, on replie et hop ! Au compost !
- Un grand plateau pour disposer tout cela si on le souhaite.
- Un tablier imperméable éventuellement.
- Un napperon pour placer sous le vase une fois le bouquet terminé - oui, c'est kitch, mais je suis prête à parier que votre enfant adorera... Et puis, cela permet de protéger les surface des meubles cirés d'éventuelles traces de fonds de verre humides...


Bien sûr, on laisse l'enfant mener la tâche à sa guise et en toute autonomie, même s'il est évident pour nous que la branche qu'il a sélectionnée sera trop lourde pour le vase et fera tout chuter. L'enfant coupe, rabote (parfois trop), agence (avec un sens de l'harmonie très personnel), et se charge d'éponger les débordements (il y en aura).
 

L'activité peut s'inscrire dans un cadre plus large : certaines fleurs seront semées par les enfants eux-mêmes au printemps précédent. Tout au long de l'été, ils les soigneront, observeront leur croissance et leur floraison jusqu'à la récolte. Ce peut être dans l'optique d'offrir le bouquet à quelqu'un qu'on aime, ou de décorer la table pour un jour spécial. On peut aussi conserver quelques spécimens pour une dissection scientifique...


Mais le plus grand plaisir est d'ordre sensoriel : sélectionner différentes couleurs, longueurs et textures ; couper, mesurer, estimer et verser ; participer à la beauté de son environnement et au bien-être de son entourage en disposant fièrement les bouquets sur une table de chevet...

Verser

Attention, l'enthousiasme est garanti ! Ici, mes enfants adorent enchaîner les diverses opérations : remplir les vases à l'aide du pichet et de l'entonnoir, mesurer les tiges contre le vase pour prendre un repère, couper au niveau du bord, placer chaque tige dans le vase, nettoyer puis choisir l'emplacement pour sa composition.

Mesurer

Ce que je préfère, dans la méthode Montessori, ce n'est pas sa progressivité impeccable ni le soin qu'elle met à analyser chaque geste et chaque acquisition. C'est cette compréhension profonde de chaque étape du développement de l'enfant, cette mise à l'honneur de l'erreur et la corrélation profonde entre la construction des savoirs, l'acquisition des savoir-faire et le développement de la personnalité. J'apprends tellement à observer mes enfants par cette fenêtre-là ! 😊


4 commentaires:

  1. Ce que tu écris est aussi beau que les photographies que tu proposes ! Et cela donne bien sûr immédiatement envie de proposer cette activité enchanteresse à F., pour le plaisir de le voir s'émerveiller, et de m'en émerveiller encore davantage :-). t que dire du désir de lire / relire Mme Montessori !

    Merci Elsa pour cette bouffée poétique par cette (historiquement) triste journée...

    RépondreSupprimer
  2. Et oui, quel plaisir pour les enfants de mener une tâche de A à Z !
    Heureusement que M. Montessori a croisé ma route avant l'arrivée de mes enfants, car je n'aurais effectivement jamais compris pourquoi et à quel point le chemin est plus important que le résultat pendant vraiment longtemps.
    Ce n'est que depuis peu que mes "grandes" (4 et 6 ans) sont réellement sensibles au devenir de leurs œuvres ; et encore, pas pour toutes... Autant dire que je tente de transformer un maximum d'activité en "et si on faisait un cadeau à X ?", pour limiter l'encombrement de nos étagères !!! :D
    Alors les bouquets, comme c'est éphémères, on adore !!! :)

    Que je suis admirative de ton magnifique jardin !

    RépondreSupprimer
  3. C'est étonnant ! J'ai lu cette citation de M Montessori aujourd'hui même dans L'enfant dans la famille et il m'avait fait tilte!
    Article très inspirant...

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cet article Elsa. Moi aussi ce que j'aime dans la pédagogie Montessori c'est la compréhension des étapes d'évolution des enfants et le fait de permettre à chacun d'évoluer à son rythme en proposant des activités riches et intéressantes. C'est dommage que beaucoup de parents et pas mal d'école voit en Montessori, une pédagogie qui permet aux enfants d'aller plus vite que les autres, dans le sens où ils vont apprendre plus vite et non qu'ils ont la possibilité de le faire s'ils le désirent.

    RépondreSupprimer