Pages

vendredi 21 octobre 2016

On a toujours besoin d'une cordelette chez soi


Les cordelettes sont l'exemple-type du matériel "open-ended", ouverts aux possibles.


Vous cherchez des rênes pour le cheval à bascule, des ficelles pour les rideaux du théâtre des marionnettes, une poignée pour votre sac, des bordures pour la route des petites voitures, un diadème de fée ou d'un fil à mobile ? Hop, une p'tite cordelette fera l'affaire. Surtout si ses couleurs sont choisies, et sa matière, naturelle.

Il y a des dizaines de manière de faire une cordelette : au crochet, au tricot, en macramé... Mais le tutoriel suivant a le mérite d'être adapté aux plus jeunes... Je vais même l'enseigner à mes petits élèves !

 
Pour fabriquer une cordelette (dès 3 ans) :

Choisir trois ou quatre couleurs de laine et en couper des segments d'égale longueur (d'un ou deux mètres selon l'utilisation... Encore que le dernier projet de Louiselle soit de fabriquer une corde à sauter, il va en falloir beaucoup plus !). Les attacher quelque part (à une poignée de porte, un pied de table...) et tournicoter. Toujours dans le même sens, et sans jamais lâcher - sans quoi tout serait à recommencer.


Lorsque la torsion semble serrée, plier la torsade en deux en ramenant l'extrémité que l'on a entre les doigts à celle qui est fixée (chez nous, à un clou). Maintenir solidement tous les brins, couper au niveau du nœud de manière à dégager le travail. Nouer solidement les deux extrémités.

Vous obtenez alors un cordon tout entortillé, comme cela :


Il ne reste plus qu'à lisser l'ensemble, entre les doigts, de haut en bas, plusieurs fois. On pince la corde à la base...


... et on lisse jusqu'au bout.


Après plusieurs passages la cordelette est terminée ! 😊


L'exercice plaît beaucoup à mes enfants - qui y ont passé toute leur soirée d'hier, et nouent depuis leurs productions un peu partout dans la maison. Je suis heureuse quant à moi de pouvoir enfin proposer des activités artisanales, qui musclent la main tout en développant le sens esthétique, la créativité, l'autonomie et la patience... Voilà le type d'occupations qui compenseront, j'espère, les VINGT-QUATRE FICHES rapportées par ma fille de moyenne section mardi dernier (oui, je les ai comptées...)... Tout le "travail" de sa période, misère ! 

Réaliser quelque chose de ses mains est une activité autrement formatrice. J'aime voir la fierté de mes enfants quand ils réalisent quelque chose tout seuls, depuis le choix des couleurs initiales, jusqu'à celui de l'utilisation du produit fini, en passant par toutes les étapes d'une réalisation complexe - résolution de problème, attention à ses sensations et à ses goûts, persévérance...  A quel point leurs cerveaux sont plus alertes alors, que lorsqu'ils sont penchés sur des fiches !!

Je dis souvent que les pratiques de classe souffrent d'un paradoxe : les tout-petits passent leur temps à "bricoler " (les mains guidées par celles des adultes) des productions dont la réalisation est hors de leur portée. Pire, l'idée même d'obtenir tel produit fini dépasse parfois leur entendement... A l'inverse, dès l'entrée en CP, il n'est plus question de pratiquer ces "activités de bébé"... alors qu'elles prennent, justement à cet âge, tout leur sens !


Alors, pendant les vacances, on rétablit l'équilibre à la maison... 😄

15 commentaires:

  1. Ho oui! c'est vrai moi aussi j'ai passé du temps à faire ces cordelettes et les nouer partout... vingt ans plus tard il y en a encore qui trainent sur de vieux sac à dos, en collier de peluches délaissées, en fermeture de carnets!

    RépondreSupprimer
  2. Oh, mais il s'agit de l'activité que j'avais proposée en atelier dans la classe (montessori) de mon fils pour découvrir une très belle tradition d'Europe de l'Est. Nous avons fait des bracelets à partir des torsades, que nous avons décoré avec des perles. Une autre façon de le faire, mais il faut être à deux - nouer deux fils, puis chacun tire et torsade dans la direction opposée de l'autre. Lorsque c'est bien serré, on prend le milieu entre deux doigts (à l'endroit où on a noué les fils) et on lâche les fils. Cela forme une jolie torsade.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Je ne suis pas très douée... je ne visualise pas la dernière étape, est-ce que quelqu'un connait une petite vidéo ?
    Merci.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Oui moi aussi je veux bien une vidéo. J'ai du mal avec la dernière étape. ������

      Supprimer
    2. Moi aussi, ou alors une description plus détaillée.
      Pourquoi la torsade ne se déroule pas quand on la lâche ?

      Supprimer
    3. Voilà, j'ai essayé de développer mon tuto en ajoutant des photos et en détaillant certaines étapes. Est-ce que c'est plus clair ? Je pense que le mieux, c'est de la faire en même temps, vous verrez : c'est simplissime !

      Supprimer
    4. Merci. Effectivement, le mieux c'est d'essayer :)

      Supprimer
  4. Testé et approuvé ce soir !! Merci ! J'avais l'intention d'apprendre à mes élèves à tricoter avec les doigts, je vais pouvoir leur proposer également cette technique !

    RépondreSupprimer
  5. Hum après le beau titre du dernier article précédent disparu/réapparu ("Saison mortelle") et celui-ci "on a toujours besoin d'une cordelette chez soi" j'ai fait des associations macabres... : Quoiqu'il en soit : mon enfante va rentrer en maternelle en 2017, j'entends beaucoup parler des "fiches" mais sans savoir de quoi il s'agit exactement, ni pourquoi c'est le désespoir d'en ramener 24, et si tu pouvais en dire un peu plus sur le sujet à l'occasion... Peut-être que ça n'intéresserait pas que moi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas pensé à l'association des titres, mais maintenant que vous le dites... mdr ! :)
      Moi non plus, je n'ai pas compris le problème des fiches. Moi, ce qui me gêne, c'est que c'est beaucoup de papier (sauvons les arbres) et surtout que c'est moche collé dans un cahier. Mais j'ai l'impression que les enfants adorent ça, ça leur permet de visualiser qu'ils ont appris beaucoup de choses. Non ?

      Supprimer
    2. Emm et Irina, lisez les blogs d'Elsa depuis le début. Rien de mieux pour comprendre pourquoi un enfant n'apprend pas en remplissant des fiches, mais bien en manipulant et en s'exprimant.
      Tiens, d'ailleurs, j'y retourne, samedi, je me suis arrêtée en 2013. Je continue à y piocher de quoi nourrir ma fille qui a maintenant deux ans et demi.
      Lili

      Supprimer
    3. Coucou Lili, merci pour ce (bon!) conseil : je me suis attelée à cette activité de passionnante lecture - et de longue haleine! - de l'intégralité des blogs d'Elsa mais... ça ne me dit toujours pas ce que c'est que ces fameuses fiches! En quoi ça consiste, qu'est-ce qui est demandé exactement à l'enfant... Est-ce qu'il y a un article qui en parle spécifiquement?

      Supprimer
    4. Emm., je vais aborder le sujet dans mon prochain article (à paraître ce soir ?), n'hésite pas à me relancer si tu as encore des questions !

      Supprimer
  6. J'ai fait une corde en cordelette de coton pour ma tenue médiévale ainsi. Encore mieux, à Guédélon j'ai fait une corde avec la machine médiévale, et bien, cela ressemble drôlement niveau technique :)

    Je proposerai cela à ma fille (2.5ans), mais l'an prochain. Là on préfère transvaser du riz coloré, apprendre à couper de la pate à modeler, faire du pain, découvrir la photo (avec mon appareil arg frayeur ! mais elle met la lanière autour du cou sans que je le lui demande maintenant). Et pourtant le temps nous manque grandement !

    RépondreSupprimer
  7. Oh, il faudra que je tente cet activité, nous adorons les ficelles et les rubans, par ici ! :)

    Pour l'instant, nous sommes dans la déco d'Halloween, pour la Boum des p'tits monstres organisée par les APE des villages alentours.
    Alors on coud (des petits fantômes, pour en faire une guirlande), on peint (des boites à œufs devenus vampires), on utilise le pistolet à colle à tout va... et surtout, on bricole avec papa : utilisation de la perceuse pour faire des trous dans une boite de conserve d'après le dessin que mes grandes ont choisi. Et joie suprême : "jouer avec le feu", à l'occasion de l'allumage de ces photophores maison !
    Sous haute surveillance, évidemment, elles ont réussi toutes les 2 (4 ans et 6 ans) à allumer une allumette, la tenir sans se brûler, allumer une bougie avec, puis l'éteindre de différente manière : en soufflant, en la plongeant dans l'eau, en la mettant sous un verre... et avec les doigts humidifiés, comme papa ! Et moi qui n'ose même pas... :D
    Même petite dernière, 20 moi, tiens son allumette et la souffle, sans se brûler.
    Nous en avons profité pour faire un petit rappel de la conduite à tenir en cas d'incendie, pour vérifier si mes grandes se souviennent du numéro de téléphone des pompiers, de leur adresse... Bref, un très bon moment, très enrichissant, et comme toujours lorsqu'on fait quelque chose de "dangereux" : mes demoiselles sont très concentrées malgré leur excitation.
    Et après, elles sont d'un calme... oO
    Il n'y a que moi qui stresse, en fait ; heureusement que ce n'est pas un frein ! :D

    Je crois que pour Noël, la "vraie" mallette à outils s'impose : les jouets de bricolages ne les intéressent absolument pas ! Enfin sauf petite dernière, qui a très bien compris l'usage du marteau. Ce n'est pas demain la veille que je lui en donne un en métal : elle nous assomme déjà avec celui en bois en criant "aïe" avant nous !!!

    RépondreSupprimer