Pages

lundi 20 avril 2015

Un plus petit que soi

Le chat est l'âme visible de la maison.
Jean Cocteau


Mon homme et moi, nous avions toujours dit que nous voulions un chat. Un jour. On s'était même fixé une échéance : quand Louiselle serait continente. Dans notre esprit, j'imagine qu'il devait y avoir un vague rapport entre les deux - la continence de Louiselle et le fait d'avoir un chat ? Allez savoir. Une fois ce delai fixé, il restait dans un coin de notre tête : "Un chat ? Oui, oui. On aimerait bien. Quand Louiselle sera continente."

Seulement, dans un autre coin de notre tête, règnait une certaine perplexité : un chat ??? Mais enfin, cela n'était pas possible.  Mettez Antonin et Louiselle à côté d'un animal quel qu'il soit et voyez : ce n'est pas possible. La pauvre bête n'a plus aucun répit, elle en est réduite à fuir ou à attaquer. Et je la comprends.

Un chat ? Bon, mais alors, pas un chaton, trop fougueux. Un chat ? Mais sans dents et sans griffes. Un très vieux chat. Mais qui ne soit pas cardiaque, car dans cette maison...

Un chat ? Où trouver un chat ? Dans un refuge, ou à la SPA, bien sûr. Mais alors, il aura un vécu, ce chat. Un vécu pas forcément chouette - et un certain nombre de traumatismes liés. C'est un risque tout de même, d'adopter un animal qu'on ne connait pas et de le lâcher en patûre à l'amour débordant de ses enfants... C'est sûr : ça finirait par des morsures enragées et des yeux crevés.


Vous allez dire que j'enjolive, mais je vous conjure de me croire quand je vous dis que le premier jour où je l'ai vu était précisemment le jour où Louiselle décida qu'elle ne porterait plus de couche. C'était un samedi. Le 21 fèvrier 2015. Il faisait un froid !!

En le voyant je me suis dit : "Tiens, je ne connais pas ce chat, je me demande à quel voisin il appartient...".

Le chat est resté une semaine. Chez nous. Il n'allait pas explorer les autres jardins, mais avait l'air de considérer le nôtre comme le sien.  Il se roulait en boule sous un certain arbuste et dormait. J'ai mené une enquête... Personne ne le connaissait. Un jour, il a miaulé à notre porte, nous l'avons fait entrer, nous l'avons nourri. Il nous avait adopté.

Vous l'avez compris, nous n'avons pas choisi ce chat, c'est bien l'inverse qui s'est produit. Et le mieux reste à venir : j'ai immédiatement senti que je pouvais lui faire confiance. Les enfants l'ont tout de suite beaucoup aimé - et beaucoup tourmenté. Il est toujours resté stoïque. 

C'est un chat un peu bizarre : il est pris de crises de miaulements incompréhensibles tous les matin à 7h00, il nous fait la fête quand il nous retrouve et se couche à nos pieds sur le tapis, il ne jouit pas d'un équilibre et d'une souplesse légendaires, il aime les Curly (si). Il a un léger strabisme, il considère de son devoir de saccager mon potager tous les jours, il ne sait pas ronronner, il ne sait pas chasser, il adore se lover contre les téléphones et les ordinateurs et regrette fort que nous n'ayons pas la télé. Il fait tous ses besoins dehors et ne monte pas sur les tables. Il ne s'énerve jamais, et semble ignorer qu'il a des dents et des griffes. C'est notre chat ! :-)


Il n'est pas facile de décrire tout ce que ce chat fait pour nous, dans notre vie de tous les jours. Dès qu'il entre dans la pièce, quelque chose se passe. "Ah, le chat !". Les sourires s'affichent sur les lèvres, l'enfant un peu nerveux se calme... "Le chat, le chat, chut, chut, voilà le chat ! Bonjour, le chat ! Qu'est-ce que tu veux, le chat ?" Le chat est une personne très importante pour mes enfants, qui lui parlent, lui expliquent les choses, l'ensevelissent sous les couvertures et les jouets - et testent les différentes manières de le "caresser" ("Maman, quand je lui tire les oreilles, le chat, il aime pô !!")... Ce sont les enfants qui se chargent de remplir ses gamelles et d'ouvrir et fermer les portes sur son passage - ils se battent presque pour avoir ces responsabilités !

Ce chat n'a pas de nom, ou plutôt, il en a plusieurs : interaction, empathie, bonne humeur, anti-stress... et apprentissage !

Oui, apprentissage : saviez vous que des études ont été menées, au cours desquelles on demandait aux enfants de lire un texte 1. Seul. 2. À un adulte. 3. À un autre enfant. 4. À un animal. Face à l'animal, l'enfant se sent en confiance, il se sent grand et important, calme - et lit beaucoup mieux !

Je suis bien contente que ce chat ait choisi notre maison. :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire