Pages

mercredi 29 avril 2015

Tournant... naturaliste


Il nous arrive une chose merveilleuse. C'est un peu comme si, soudain, Antonin se mettait à aimer les légumes. C'est même mieux.

Ce printemps, Antonin est devenu est vrai petit amoureux de la Nature. Et pourtant, ce n'était pas gagné...


En devenant Maman, j'ai vite compris que ce n'était pas parce que j'aimais quelque chose, MOI, que mes enfants allaient l'aimer. Les enfants de musiciens ne sont pas tous musiciens, malgré nos efforts. Les enfants de plasticiens, les enfants de sportifs, d'écrivains... ont de grandes chances de devenir autre chose. Cela nous fend le cœur, de sentir que nos enfants ne vibreront pas par les mêmes cordes que nous. Hein ?


Depuis 4 ans, la moindre balade se terminait en drame. Antonin, épuisé sur-stimulé - se mettait à pleurer/hurler/se rouler par terre (rayez la mention inutile). Antonin voulait rentrer. Antonin n'aimait pas marcher.


De guerre lasse - et aussi parce que c'était un vrai problème pratique d'emmener les enfants d'un point A à un point B, surtout si nous avions une contrainte horaire, nous avons acquis un jogger. Idéal pour aller et revenir de l'école, mais pour le reste... J'ai vite compris que la morphologie de mon bourg m'enfermait littéralement, comme un oiseau en cage...


Nos chemins "de campagne" sont impraticables autrement qu'à pied - si l'enfant refuse de marcher et que les médecins interdisent le portage, on oublie.


Depuis le début de la belle saison, nous les explorons enfin, ces sentiers escarpés dont les amorces au bord des routes me faisaient tant rêver.

Depuis le début de la belle saison, Antonin trépigne d'impatience à l'idée d'une promenade - et Louiselle, qui n'a jamais été contre, se met soudain à être pour, elle aussi.

Depuis le début de la belle saison, c'est moi qui doit imposer que nous rentrions - les enfants ne sont jamais fatigués. Ils marchent, marchent - que dis-je, ils explorent, ils courent devant, découvrent des chemins invisibles. Ils inventent des cabanes sous les petits arbres, ils pataugent dans les sources, ils recherchent les "cacas de cerfs" (qui doivent provenir, 9 fois sur 10, d'individus de race canine, mais ne chipotons pas sur les détails), ils collectionnent les bestioles peu ragoûtantes (Louiselle : "Oh, un bébé limace ! Moi, je l'aime beaucoup, ce bébé limace ! Je veux le caresser et lui faire des bisous !"), récoltent des trésors simples, écoutent les chants d'oiseaux... Ils ingurgitent avec une facilité déconcertante le nom des plantes et des animaux - c'est bien simple, sur le sujet, ils en savent autant que moi. Antonin court devant si vite, que souvent je le perd de vue dans le maquis - jusqu'à ce que je l'entende hurler : "MAMMAAAANNNN ! Viennnns !!! VIIIITE ! J'ai trouvé de l'EUPHOOOOOORBE !". :-)


J'adorerais pour voir gonfler le torse et dire : "AH ! C'est grâce à moi !! J'aime ça, MOI, les promenades, et depuis le temps que je m'acharne, j'ai transmis ce goût à mes enfants, et patatipatata."


Bmmfg, je ne dis rien. Mais je savoure !!! Et je rends grâce à la vie. Merci ! :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire