Pages

mercredi 4 mars 2015

Le yoga des coussins


Connaissez-vous le "restorative yoga" ? Je n'ai pas trouvé de traduction de ce terme en français... Il s'agit d'un yoga dont les postures sont pratiquées "en décharge", à l'aide d'accessoires. Des couvertures, des coussins et des matelas sont utilisés pour soutenir le corps à la place des muscles. Par essence, c'est un yoga sans effort, qui soulage les effets du stress chronique. Je m'y suis tout d'abord intéressée pour moi-même, et je dois dire que j'ai rapidement goûté les bénéfices de la pratique. D'abord parce que je n'ai jamais été une grande sportive devant l'éternel et que la seule idée de l'effort physique me crispe. Ensuite parce que ces techniques m'ont permis d'apprivoiser des postures pour lequelles je ne me sentais pas prête. Enfin et surtout parce le fait de déposer mon corps, de goûter la posture dans le laisser-faire, m'apporte immédiatement une détente et un soulagement profond (je souffre de contractures permanentes au niveau de la base du crâne du fait d'une malformation de la machoire). Contrairement au yoga classique, la durée de chaque posture n'est plus limitée par mes capacités physiques et je peux rester 15 minutes dans un exercice qui me convient. J'aime  ! :-)

Et puis, au cours d'une ballade sur le Net, je tombe sur cet article du magnifique Shivaya Naturals. Heather Fontenot y propose un petit enchainement très simple, de trois postures ressourçantes, à pratiquer avec les enfants ! Je l'ai proposé à Antonin et à Louiselle, et le succès fut immédiat. Nous le pratiquons à présent presque quotidiennement - souvent au moment de la grosse fatigue de 11 heures du matin. Nous alternons ces trois postures avec d'autres, choisies par les enfants eux-mêmes dans notre répertoire. Ce yoga "restorative" nous convient merveilleusement, nous n'avons jamais autant pratiqué depuis que je le connais ! Les séances sont plus longues - les enfants prennent le temps de savourer un mouvement, au lieu de les enchaîner le plus vite possible comme ils ont tendance à le faire d'habitude. Ils restent néanmoins très toniques (c'est normal à leurs âges) et accèdent difficilement au relâchement. Mais ils jouent le jeu - et je profite de la posture pour masser très doucement leurs pieds et leurs mains pour les détendre. J'insiste sur l'importance du souffle profond (ce que nous appelons "souffler comme le vent"), et ils s'éxécutent avec application... et beaucoup d'amusement !


Et si vous voulez la preuve utime que ça fonctionne, voilà :

ANTONIN
Maman, À MOI ! Tu vas faire une posture que JE vais te dire ! Alors, je mets un coussin-là, et un autre là et puis celui-là bien à plat... Bon, toi, tu fais ça et puis ça avec ton bras... Et maintenant tu te reposes. Bon. Tu vois, ce qui est bien, avec ma posture, c'est qu'on peut la faire à plusieurs : moi je me mets là, et puis, je fais ça et ça...

(S'ensuit un joli agglomérat de bras et de jambes, puis tout le monde se fait lourd en respirant profondément, les yeux clôs. J'adore ! Et si, si, ça détend !!)


Revenons à nos moutons. Voici donc l'enchainement proposé par Heather Fontenot :

L'enfant (Balasana)

C'est LA posture relaxante par excellence, personnellement je l'adore ! Nous la pratiquons depuis longtemps, et il me fut aisé de la proposer avec un coussin.


Les recommandations d'Heather Fontenot : installez une couverture pliée sur le sol (ce n'est pas nécessaire si vos enfants sont très jeunes) et placez dessus un coussin ferme (type coussin de canapé). Demandez à l'enfant de coller ses genoux au coussin placé devant lui, puis de s'y étendre. La position des bras reste libre (le long des jambes, de chaque côté de la tête...).

Bon, la photo ci-dessus n'est pas vraiment contractuelle, mais si vous avez déjà essayé de prendre des photos en faisant du yoga avec deux bambins de 2 et 4 ans qui se chargent de mettre leur grain de sel ("Non, non, Maman, pas ce coussin-là, je veux celui-là !", etc.), vous me pardonnerez ! :-)

Le poisson (Matsyasana)

Voilà typiquement le genre de posture qui, dans sa version classique, m'effraie. Rien que d'y penser, j'ai l'impression que mes pauvres cervicales vont se briser... C'est dommage, car cette posture a des effets très particuliers, tant sur le plan énergétique que physique : elle ouvre la zone respiratoire de façon progressive, elle allonge tous les muscles antérieurs tassés par par la station assise et une posture fermée (la mienne, induite par ma machoire : dos voûté, épaules rentrées, menton qui part vers le haut...). 

Bonne nouvelle : on peut tout à fait approcher l'essence de cette posture, à l'aide de quelques coussins :


Et je vous l'affirme : cette posture génère aussi un bien-être psychique indéniable. L'ouverture, il n'y a que cela de vrai ! ;-)

Les recommandations de Heather Fontenot : le bas du dos de l'enfant doit être appuyé contre un coussin ou une couverture pliée. Les épaules et la tête doivent être maintenues - idéalement, la tête doit être placée légèrement plus bas que les épaules, comme cette photo de l'article original l'illustre à ravir. Pour aider à l'apaisement et limiter les mouvements du jeune enfant, placez sur ses yeux et/ou ses pieds (joints, dans ce cas) un petit coussin - vous pouvez le fabriquer vous-même avec des graines de riz, d'épeautre... Ce léger lestage est vraiment bénéfique et aide au relâchement musculaire. Et mes enfants sont fans de ce petit coussin miniature !


Les pieds au mur (Viparita karani)

C'est une variante de la chandelle qui, elle, nécessite de soutenir le bassin avec les mains et de tendre le nombril en direction du plafond. Moi, j'apprécie beaucoup cette posture, mais elle est contraignante pour les poignets et les bras si vous les avez fragiles, et elle est inaccessible à mes enfants. Sauf si on la pratique comme ça :


Les recommandations de Heather Fontenot : Étendez une couverture pliée contre une cloison et assurez-vous que l'enfant ait les fesses bien collées contre le mur. Les jambes prennent appui à 90°, les bras se placent natuellement, épars, de chaque côté du corps. On peut placer un petit coussin sur les yeux ou sur le ventre pour mettre l'accent sur le relâchement ou la respiration.


Le mot de la fin : amusez-vous !

Les postures de vos enfants ne seront pas parfaites, mais suivez votre instinct : tant que la position n'est pas contrainte, elle ne peut pas faire de mal. Le plus important est de susciter du plaisir, qui sera associé durablement à la pratique. Si vous avez en tête ce principe de plaisir, vous serez étonné de récolter au passage d'autres bénéfices. Car ça marche ! Les enfants, même très jeunes, se relaxent, apprennent à respirer et à se connecter à leur corps !


Ici, ce "restorative yoga" a été rebaptisé : dans la bouche de mes enfants, il se nomme "le yoga des coussins", avouez que ça fait rêver ! :-)

(Et même les doudous le pratiquent... pour leur plus grand bénéfice !) ;-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire