Pages

mardi 3 mars 2015

Laboratelier


Ce n'est pas "l'atelier", qu'il aurait fallu l'appeler. C'est "le laboratoire", et même, "le laboratoire secret". Car ce lieu est un peu comme la cave secrète de Batman : nulle personne étrangère à la famille n'y est admise. Ce n'est pas une pièce que l'on visite - et les gens, après avoir parcouru nos 3 x 30 mètres carrés ne réclament pas de monter un escalier de plus pour visiter notre grenier, ouf ! ;-)

Propositions

Mieux, personne n'assiste à nos séances de "travail". Une exception cependant : mon petit frère fut admis dans le sanctuaire, une fois, il y a longtemps, parce que je savais que sa présence n'allait pas déranger l'activité des enfants. Il s'est assis sur le sol et a observé en silence pendant 3/4 d'heure avant de lâcher d'une voix grave : "Et bien oui : C'EST un atelier.". Ça, c'est mon frère ! :-)

Table de travail

Ah si, à présent que j'y pense : plusieurs ouvriers (couvreurs, éléctriciens...) ont eu à monter là-haut pour des raisons techniques. Et ils ont eu ce cri du cœur : "Mais c'est une belle SALLE DE JEU que vous avez là !". Merci à eux : s'ils avaient dit "salle de classe", je me serais un peu inquiétée ! ;-) Il est d'ailleurs vrai que "jeu" et "travail" sont totalement synonymes dans la bouche de mes enfants - je n'en suis pas peu fière.

Table "de la nature"

Notre atelier a beaucoup changé ces derniers mois. D'abord, parce que depuis que je n'achète plus de matériel montessorien, le caractère reggian prend le dessus assez naturellement. Mais la vraie révolution n'est pas d'ordre matérielle, et elle ne vous apparaitra sans doute pas sur les photos du jour...

Ça sent le printemps ! :-)

C'est dans ma tête que la fonction de cet espace a évolué.

Coquillages

Les enfants ont besoin de constance. Ils ont besoin de prédicabilité. J'en suis toujours persuadée à 200%. Mais ils ont aussi besoin aussi de liberté.

Table "d'argile"

Le rythme temporel sécurise. Les jours de la semaine, les mois de l'année s'enfilent comme des perles sur un collier. Les actions du jour (lever, petit déjeuner, toilette, etc.) reviennent invariablement. Les fêtes saisonnières et l'évolution des végétaux au jardin rythment les saisons et leur donnent corps. Voici le socle solide sur lequel la liberté va s'appuyer pour s'élancer et se déployer.

Affichage libre

Le cadre matériel, à présent : il est flexible. Il est "réorganisable" à l'infini. Un peu comme un jeu de lego géant : l'enfant peut prendre un élément sur une étagère et décider de lui trouver une nouvelle place, selon une analogie qui sera sienne. Les liens entre les objets du monde sont multiples. Un lieu de travail doit refléter cette multiplicité, cette complexité. En lâchant prise et en faisant confiance aux enfants, l'éducateur s'aperçoit que leurs rapprochements, leurs propositions sont dotés d'un sens profond. ILS SAVENT.

Espace "écriture"

J'ai compris que lorsque je disais que les enfants apprennent par le corps, il fallait que j'aille jusqu'au bout. À présent, mes enfants ont le droit de crier, de courir et de sauter dans l'atelier - même si dans les faits, ils le font peu, et que dans ce cas je les oriente assez vite vers une sortie à l'extérieur. Mais les jouets  sont désormais les bienvenus dans l'atelier. Eux qui me dérangeaient tant quand, à cause du manque de place, ils s'y retrouvaient en stand by du fait de la rotation des jouets !  Depuis plusieurs semaines, c'est le cheval à bascule qui règne sur cet espace. Quand j'ai voulu le redescendre et l'échanger contre autre chose, les enfants s'y sont fermement opposés. Car après avoir travaillé tout leur saoul, ils aiment bien le promener, lui offrir des objets, le peigner avec des outils divers (miroirs, caillous...) et lui montrer leurs dessins. Et je comprends en les voyant faire que c'est justement la dimension qui manquait à cet espace.

Chevalet

Le temps que les enfants passent entre ces murs est à présent indécent. D'autant que je n'hésite plus à les y laisser seuls (puisque tout y est permis !) pour vaquer à mes piètres occupations (cuisine, ménage...). Vrai, en ce moment, je culpabilise souvent de ce qu'ils ne jouent pas assez, et ne fassent que "travailler". C'est oublier que la limite entre les deux activités est poreuse aux yeux enfantins...

Espace lumière

L'atelier et le jardin : voici les deux espaces domestiques favoris (loin devant les chambres...), dans lesquels la créativité et le jeux libre s'exercent le mieux... et dans lesquels une foultitude d'apprentissages s'élaborent. Là, le corps et l'imagination tout entiers sont engagés. Tous les objets présents sont sollicités : on fait semblant, on déplace, on agence, on fait des liens, on observe... On apprend. On l'exprime. Et tous les matériaux sont susceptibles d'être détournés pour illustrer la pensée enfantine...

L'espace sans lequel rien ne serait possible ! ;-)

Les corps de nos enfants sont forts. Leurs idées aussi.  What else ? :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire