Pages

vendredi 27 février 2015

La trompette de Sacha


Bon, en fait, son vrai nom, ce n'est pas Sacha.
Et puis sa trompette, ce n'est pas une trompette, mais un cornet à piston - qui, plus court et plus léger, sert de trompette d'apprentissage à ce jeune débutant de 7 ans.
Et d'ailleurs, l'article du jour n'est pas vraiment un article - tout au plus un "pense-bête" qui m'est bien utile et que je voulais partager.

Quelle que soit la quantité d'instruments que vous ayez chez vous, vous ne pouvez les avoir tous. Même si vous êtes multi-instrumentiste, vous ne pourrez jouer de tout.

D'où l'importance, pour vivre des situations d'écoute authentiques, d'emmener les enfants assister à des concerts et de suivre la fanfare du village à chaque commération nationale. Seulement, il manquera encore à mon sens une dimension à l'expérience, dans la mesure où les musiciens professionnels ne se laissent pas facilement approcher...


Il y a forcément des musiciens dans votre entourage. Il y en a forcément plein. S'ils ont moins de 15 ans, c'est encore mieux. Demandez-leur, la prochaine fois que vous les inviter à goûter, s'ils accepteraient d'emporter leur instrument pour le montrer à votre petite famille.

Sacha s'est montré très enthousiaste. Et dès qu'il a franchi la porte avec son étui, Antonin n'a eu de cesse de lui demander - toutes les minutes - s'il était prêt à lui montrer sa trompette. Bon, Sacha a commencé par se poser, il a joué, puis nous avons mangé... Profitant d'un temps creux, et pleine de pitié pour mon Damoiseau qui se languissait tant et tant en louchant sur la malette de cuir noir, je propose à Sacha de sortir son instrument.

J'avais quelques balises en tête (déformation professionnelle, quand tu nous tiens !), ce qui a permis aux enfants de tirer un maximum de profit de cette expérience de découverte. Les voici :

- En amont, nous avions écouté quelques morceaux de tous registres joués par Maurice André, et j'avais laissé notre Cd à disposition quelques jours. Dans le flux de la conversation quotidienne, nous avions parlé à plusieurs reprises des instruments que nous connaissions, et de leur différentes familles.

- Lorsque Sacha a sorti son instrument, je lui ai demandé s'il pouvait nous désigner le nom des différentes parties de l'instrument. Il pouvait. Il nous a montré l'embouchure, le tube, le pavillon, et les trois pistons, et nous a expliqué leur usage avec ses mots d'enfant.

- Je lui ai demandé s'il pouvait produire des sons variés avec son instrument. Sacha a joué la gamme, et nous a expliqué que la tessiture des notes dépendait à la fois du doigté et de la position des lèvres.

- Antonin était très impressionné - voire gêné - par le bruit produit. J'ai alors demandé à Sacha si nous pouvions toucher son instrument pendant qu'il jouait pour essayer de percevoir le son produit dans notre corps. Cette mise en recherche a permis à Antonin de dépasser son sentiment négatif, et nous nous sommes accordés sur le fait que pour sentir au mieux la vibration, il ne fallait pas toucher le corps de l'instrument mais laisser la main ouverte quelques centimètres devant le pavillon.

- Puis, le moment tant attendu : Sacha accepte de nous prêter son cornet pour que nous essayions de produire un son. Peine perdue. Enfants, adultes, tout le monde y échoue. Sacha n'est pas peu fier de sa compétence - et, il faut le dire, Antonin est un peu déçu.

- Enfin, de sa propre initiative, Sacha nous joue tout son répertoire, qui se compose d'airs de comptines que les enfants connaissent, chouette ! Tout le monde chante, et on s'amuse bien.

Verdict ? Antonin reste sur son idée première : il jouera du piano. ;-)

Et Louiselle ? Louiselle ne sait pas encore. Je crois qu'il va falloir que je provoque beaucoup de situations comme celles-ci pour qu'elle puisse se décider en connaissance de cause ! ;-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire