Pages

lundi 16 février 2015

Histoire de bulles, le "makinf of" ;-)


Août 2014 : Je découvre ce texte ICI. Je sais immédiatement qu'il va beaucoup compter dans ma vie.

Janvier 2015 : Antonin vient d'avoir 4 ans. Je comprends à certains signes qu'il commence à pouvoir objectiver ses émotions, à en parler, les décrire. J'utilise alors cette image des bulles - c'est un succès. Bientôt, Antonin est capable de nommer ses "bulles", de les localiser dans son corps, de leur attribuer une taille (une intensité), parfois une origine, et de tenter de les apprivoiser par le souffle.

6 février 2015 : Je tape le texte de Tarek et Caroline en vue de l'imprimer pour notre album. Je cherche en vain la police de mes rêves (toute en rondeur sans être douce), et opte pour "Purisa" (sous Ubuntu), caractère gras. Pour les couleurs, je me décide pour deux couleurs complémentaires - rouge et vert - qui se renforcent mutuellement et semble souffler le chaud et le froid du panel des émotions humaines.

Plus je lis et relis ce texte, plus il m'apparait rythmé - un rythme oral très cadencé, quasi-entrecoupé. Je traite alors la ponctuation comme une entité à part entière, en faisant apparaitre des virgules rouges sur des phrases vertes, ou des points verts entre des mots rouges. Je joue avec la taille de la police de façon à ce que le texte remplisse la page (je respecte à la lettre le découpage en paragraphe des auteurs), et choisis parfois de grossir certaines propositions saillantes.

Après beaucoup d'hésitations, je décide de simplifier le lexique du maréchal/colonel, inaccessible à mes enfants, et je supprime la référence à la médication. Il me semble que cela n'ôte rien à la profondeur du propos, mais, au contraire, le rend encore plus universel.


Ce même jour, test ultime : je lis ce texte aux enfants.

Ils tombent immédiatement en amour, et le réclament plusieurs fois de suite. Ouf. ;-)

Je décide de conserver le titre d'Alexandra : "Histoire de bulles", car c'est ainsi que nous appelons cette œuvre entre nous.

L'absence d'illustrations ne perturbe absolument pas les enfants. J'aurais aimé que l'un d'eux s'exclame : "Mais ! Il n'y a pas d'images !" pour pouvoir lancer mon projet, mais c'est raté. :-)

La proposition d'illustrer eux-mêmes ce texte leur parait toute naturelle et ils se mettent immédiatement au travail.


7 février : La recherche graphique s'oriente dans deux directions : les travaux libres et les situations plus réfléchies, où nous cherchons à sélectionner des objets pouvant imprimer une empreinte ronde sur la feuille.


8 février : J'essaie de proposer une multitude de médiums. Je ne peux garantir que l'objectif d'illustrer "Histoire de bulles" soit présent en permanence derrière chaque tracé des enfants, car ils s'immergent généralement totalement dans le processus sans se soucier du produit fini. Quoiqu'il en soit, leurs gestes naturels s'inscrivent généralement tout à fait dans l'univers : cercles, spirales, boucles... Et le choix des couleurs (souvent assez dark...) est toujours le leur !


9 février : magnifique séance d'empreintes à l'aide de solides. Je ne pensais pas à nos illustrations en la proposant, mais Antonin s'écrie : "Maman ! On fait des bulles pour le livre !".


10 février : L'exploration suit son cours. Certains travaux sont repris par les enfants eux-mêmes plusieurs jours de suite, et retravaillés.


L'ambiance est sérieuse !


11 février : En cuisine, nous nous mettons en quête d'un maximum d'objets pouvant laisser des empreintes circulaires.


Les enfants sont imaginatifs. Nous utilisons les restes de peinture de la séance "solides" avant qu'elle ne sèche, et restons donc dans le même univers chromatique.


Ce même jour, nous découpons des dizaines de bulles. Il suffit souvent de se contenter d'isoler une empreinte ronde ; mais on peut aussi choisir de découper un motif qui nous semble intéressant à l'aide d'une forme circulaire. Dans ce dernier cas, on sollicite formes à dessin, verres, bols, coquetier... Techniquement, il est encore difficile pour Antonin de tracer et de découper une forme, et il se fatigue vite. Je me charge donc de cette étape, qui reste une très belle occasion d'observer, de décrire et de justifier ses choix : "Sur cette feuille, je trouve ce bleu très intéressant, parce qu'il est très épais, tout hérissé, et que dans ce coin, il se mélange au jaune. Est-ce qu'on en fait une bulle ? Ou préfèrez-vous un autre motif ?".

Pendant ce temps, dans la pièce, les enfants feuillètent des livres, jouent à la dînette... et commentent mon travail en donnant leur opinion : "Elle est toute piquante, cette bulle ! Elle est noire ! C'est la colère.", decrète par exemple Louiselle.

12 février : Il fait un temps magnifique - l'épaisse couche de neige n'a pas encore fondu, mais le soleil resplendit et le thermomètre firte avec les 12 degrés. Après une matinée entière à l'extérieur, nous décidons de nous y mettre. C'est le grand jour !

Nous commençons par fabriquer notre colle-maison.


Plus moyen de reculer, il faut que tout soit fini avant qu'elle ne sèche.


C'est parti.


Les enfants collent librement. Ils réaliseront chacun deux compositions que je reprendrai sans les modifier.


Pour le reste, j'ai encore beaucoup de travail. Je procède dans l'ordre du récit, page par page, en travaillant vite - si possible "à l'instinct". Mes petits aides me font quelques infidélités - ils sont parfois très présents et très concernés, et font parfois tout autre chose. J'essaie de peu composer et de respecter au maximum les œuvres des enfants. Je fais néanmoins une exception pour le chef des bulles, que je dote d'un quasi-visage et de quelques signes distinctifs - pour la force du symbole et la clarté narrative.


Voilà. C'est épais.


13 février : Je scane toutes les pages et met l'album en ligne.

14 février : Plastification. Découpage. Perforation.


Je relie notre ouvrage avec des anneaux brisés. C'est fini.


Il ne reste plus qu'à le lire, le relire - et à en parler ! ;-)
Nous nous y employons chaque jour ! :-)

2 commentaires:

  1. c'est magnifique!!! le produit fini est tout simplement WOUHAOU !!!! parole d'enseignante de maternelle..

    RépondreSupprimer