Pages

samedi 17 janvier 2015

Un coin ménage


N'ayant absolument pas les moyens d'acheter un beau meuble spécifique, j'ai rapidement tiré parti, pour installer l'espace "ménage" des enfants, de la porte d'un placard de notre cuisine : quelques clous plantés à hauteur d'enfant, et zou ! L'autonomie est garantie - ainsi que l'enthousiasme, car si ce type de matériel est rangé loin des yeux et des mains, il risque fort de se tenir aussi loin des cœurs...


Ensuite, la question de savoir quels outils proposer m'a longtemps tarabustée. Pendant des mois j'ai cherché un petit plumeau électrostatique et une raclette à vitre miniature... avant de réaliser que les adultes de la maison n'utilisaient pas eux-mêmes ces machins-là... Finalement, notre propre matériel se réduit à un balai, un aspirateur, quelques chiffons, éponges et lavettes, deux ou trois seaux et cuvettes et quelques détergeants de base choisis parmi les plus simples et les plus naturels possible (vive le bicarbonate et les huiles essentielles !). Nous nous en sortons très bien. D'ailleurs, dès que, pris de remords consuméristes, nous achetons un accessoire supplémentaire (des gants en caoutchouc pour nos pauvres mains, des brosses aux fonctions aussi variées qu'obscures...), il reste au fond d'un placard...


Petit à petit, il m'est donc apparu que pour nous seconder dans nos tâches ménagères, les enfants ne devaient pas avoir besoin de grand chose. Aujourd'hui, notre kit de base est rodé, et je vous affirme qu'il n'y a pas une tâche qu'il ne leur permet de mener à bien !

Le plus important, ce sont les balais. Ici, nous en avons deux, un pour l'intérieur, l'autre pour l'extérieur. Les balayettes d'âtre vendues en supermarché ne coûtent que quelques euros et sont absolument parfaites... à un détail près : leur manche est beaucoup trop court ! J'ai dévissé tous les nôtres et les ai remplacés par des tourillons de hêtre (2 euros pièce en magasin de bricolage). Le balai doit arriver au moins au niveau de la poitrine de l'enfant - voire au menton - sous peine d'être inutilisable. Il est souvent nécessaire de retailler l'extrémité du tourillon au couteau de façon à ce qu'il s'encastre bien dans la brosse ; n'hésiter pas à fixer les deux parties par un peu de colle à bois. Prévoyez un système quelconque pour accrocher vos balais : ils seront ainsi rangés, et les poils des brosses ne se déformeront pas.

N'oubliez pas la pelle et la balayette - encore qu'étant donné la taille de ces outils, les enfants peuvent très bien se servir d'un set "adulte". J'ai vu un jour dans un magasin un adorable "ramasse-miette" en bois d'olivier qui aurait très bien convenu à cet usage... Hélàs, le prix, lui-aussi, était assez coquet ! :-D

Chez nous, un balai à franges en éponge s'est imposé - c'est l'outil que nous utilisons nous-mêmes pour laver les sols, et son seau "à tout faire" est très pratique !


J'ajoute à ce matériel un chiffon à poussière (jaune), quelques lingettes lavables (roses), et un vaporisateur de produit magique : de l'eau vinaigrée ! Si votre enfant ne maitrise pas parfaitement l'usage du vaporisateur, ne proposez que de l'eau dans un premier temps ; en orientant le jet vers soi, il est facile de s'en injecter dans les yeux !

Enfin, puisque la question m'a été récemment posée au sujet de la couture, je terminerai en rappelant qu'avec ce matériel, les enfants ne font pas le ménage. Non. Je sais bien que c'est une mauvaise nouvelle pour nous, mais si nous espérons avoir une aide concrète, il va nous falloir attendre quelques années... Par contre, en utilisant ces outils, les enfants de 2 à 5 ans poursuivent l'exploration du monde par leurs sens, et font des expériences physiques. Ils affinent leurs gestes (en observant ma Damoiselle frotter le sol avec une lingette en position accroupie, je me suis aperçue à quel point cela n'était pas facile !), et tranforment, avec jubilation, leur environnement par des actions personnelles (exemple : inonder la cuisine, oui !). Ils apprennent à se situer comme une personne, au sein de la famille, par le biais de l'organisation domestique.


Vous l'avez compris : loin d'être secondés efficacement dans nos corvées, il nous faudra - une fois de plus... - déployer des trésors de patience et laisser l'enfant faire ses expériences à son rythme... Mais ça vaut le coup, non ?! :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire