Pages

vendredi 2 janvier 2015

Décembre 2014 : Langage

Antonin a 3 ans et 11 mois.
Louiselle a 31 mois.

Cf. ICI

Me voici pour la suite du récit de nos activités mensuelles... volet "Langage" !

Logique langagière :


Voici un petit jeu téléchargé chez Fofy à l'école qui a beaucoup plu à Antonin. Foncez, il est fabriqué avec beaucoup de soin ! On peut encourager l'enfant à expliciter le lien logique entre les images - si l'exercice de mise en paire ne pose aucun problème au Damoiseau, la verbalisation n'est pas toujours si simple. Il s'agit d'un premier exercice de catégorisation comme je les aime !

Lexique :


Louiselle et moi jouons à imiter le cri des animaux : je lui propose 6 figurines, je lui demande de me montrer l'éléphant et j'imite son cri (c'est très drôle). Ou bien, j'imite un cri au hasard, et la Damoiselle me désigne l'animal correspondant en le nommant. C'est aussi l'occasion d'évoquer les verbes d'actions (la vache meugle, l'âne braie...), ce qui fallu à un de nos invités d'être bien attrapé lorsqu'il demanda un jour à Louiselle : "Tu peux imiter le cri de l'éléphant ? Il fait comment, l'éléphant ? - Il barrit !", s'exclama la chipie. Bien sûr ! ;-)


Nous avons reçu mi-décembre les cinq puzzles de zoologie que j'avais pré-commandé chez Tangram. Gros succès auprès des deux enfants, qui prennent à coeur d'exécuter tous nos puzzles (9 à ce jour) du premier au dernier, sans s'arrêter. Ils sont parfois un peu difficiles pour Louiselle qui s'acharne (et s'énerve...)...


... mais ce sont des supports rêvés pour enrichir le lexique de base des parties du corps (pattes arrière, pattes avant, museau, queue, nageoire, crinière... et plus si affinité !).

Graphisme :


Alors, sur ce coup-là, je suis super raisonnable. Voilà presque deux ans que je salive quotidiennement sur les magnifiques bacs de sable vendus dans le commerce, mais, ah ! Je ne craque pas ! Non, non, même si j'ai en tête de magnifiques espaces "graphisme" qui s'organiseraient autour d'un tel objet... Trop cher... Une plaque de four et quelques centaines de grammes de sel fin offrent finalement un excellent support de travail...


... et les enfants adorent. En observant les dessins d'Antonin, j'ai une preuve supplémentaire de ce que le tracé spontanné de l'enfant est fluide, ininterrompu, lié. Et qu'il est bien dommage de lui apprendre à écrire en premier lieu en "bâtons" - à un âge où, d'ailleurs, l'élève n'est que rarement prêt à écrire - alors qu'on pourrait patienter tranquillement et "attaquer" directement, vers 5/6 ans, avec la cursive... Certes, l'écriture en capitales dote l'apprenti-scripteur d'un pouvoir sur le monde de l'écrit ; mais elle lui enseigne aussi à hacher son geste alors que c'est justement en "attachant" les signes qu'on lui demandera d'écrire quelques mois plus tard...


Illogisme de l'enseignement qui demande à l'enfant de retrouver son geste naturel après avoir travaillé à le lui faire oublier... ???

Toujours prévoir autant de bacs à patouille
que d'enfants ! ;-)

Antonin a appris à écrire son prénom en capitales d'imprimerie à l'école. Pour ses enseignantes, "c'est acquis" (sic), mais pour moi (exigence oblige...) je n'irai pas jusque là. N'importe, à la maison, les caractères d'imprimerie se lisent, mais je ne demande jamais à Antonin de les écrire (il ne se prive pas de le faire néanmoins). Pour assouvir la soif de production de signes qui caractérise son âge, je lui propose autant que possible de travailler sur l'écriture des chiffres. Au moins il n'y a pas 36 000 manière de faire, et quand c'est acquis, c'est pour la vie ! ;-)

J'ai proposé à Antonin de les tracer dans le sel, mais il se fatigue assez vite, et préfère le dessin libre. Moi aussi, finalement ! 

Un jour, j'ai essayé de lui faire tracer les chiffres par grattage, en frottant avec un pastel une feuille de papier posée sur ses chiffres rugueux. Mais le geste d'Antonin n'est pas assez dense ; en ce moment, il est dans une phase trop "graphique", justement, pour ce genre d'activité. Recouvrir une surface ne l'intéresse pas, il prèfère les gestes déliés, les points, les spirales, et les boucles. Echec, donc.

C'est encore sur son fichier Kumon que le Damoiseau s'exerce le plus efficacement ! Et les progrès sont manifestes...

Ça se dessine ! :-)

J'ai présenté les formes à dessin à Antonin... de façon on ne peut plus académique, cette fois.


C'est attendrissant, ces premiers tracés, vous ne trouvez pas ?? :-)


Et la Damoiselle, pendant ce temps...


... se jette sur le lutin de son frère dès qu'il a le dos tourné ! Et exécute ses exercices avec autant de maladresse que d'obstination...

À force de l'observer, j'ai pris une grave décision. J'ai décidé de lui confectionner son propre lutin, avec des fiches adaptées, de manière à ce qu'elle puisse "travailler" à côté de son frère sans frustration... Attention : chaque enfant a son histoire propre, et je crois sincérement que proposer ce type de support à un enfant de 2 ans et demi relève purement et simplement, dans 80% des cas, de la maltraitance propre... Mais voilà... Nos enfants ont a coeur de nous prouver la relativité de nos convitions éducatives, n'est-ce pas ?

Bien entendu, les fiches de Louiselle ne ressemblent en rien à celles que je propose à son frère. D'abord, elles ne comportent aucune consigne ; elles n'ont d'autre but que d'exercer l'oeil et la main de la Damoiselle à prendre des repères dans l'espace "feuille"... Lesquels ? Euh, bien, ceux qu'elle voudra, en réalité ! :-D

Si ces fiches vous intéressent, je pourrai les partager, mais je vous préviens : elles seront livrées sans mode d'emploi, et vous désarçonneront sans doute. Par exemple, sur l'une d'elle, j'ai tracé des rectangles de différentes tailles et de différentes couleurs, positionnés dans diverses orientations. Selon les jours, Louiselle les "colorie" ou s'exerce à les contourner, voir à les entourer ou les relier. Un jour (plus tard...) elle décidera peut-être de ne s'intéresser qu'aux figures verticales, ou bien uniquement à celles dont la taille excède celle du rectangle vert... Les règles du jeu sont faites ici pour être inventées par l'enfant lui-même. C'est le moins qu'il puisse faire, avec toute la fraicheur et le génie de ses 30 mois de vie, non ? ;-)

Pré-lecture :

Reconnaissance visuelle :

Antonin connait à présent sur le bout des doigts la valeur phonique de toutes les lettres de l'alphabet... pour peu qu'elles soient écrites en lettres capitales. Il était plus que temps de l'initier aux "petites lettres", comme nous les appelons pour le moment, qui sont utilisées dans les livres.

Recto et verso

J'ai repris pour cela le très bon ABC de Ravensburger chiné en vide-grenier l'été dernier : c'est un puzzle recto-verso qui propose, d'un côté une mise en paire "image/initiale en capitale", de l'autre une correspondance "capitale/minuscule".


J'ai commencé par intoduire toutes les lettres "transparentes" - celles dont la morphologie reste similaire quelle que soit la forme : V/v, S/s, O/o, etc... Pour corser l'affaire, j'ai également introduit 3 lettres plus délicates (le "u" et sa petite jambe, le "t" et ses rondeurs, et l'adorable "e", chouchou d'Antonin qui l'appelle "le dauphin"... ?).


L'exercice de mise en paire est ici reproposé sur tableau magnétique avec les aimants Melissa&Dough... Bon, pour le moment, c'est très facile ! :-)

Reconnaissance phonique :

On ne dissocie jamais, bien sûr, la reconnaissance visuelle du sens - en l'occurrence, le son produit.

Je vous parlais récemment d'un petit jeu mené avec les chiffres, et que je reprends ici : je dispose dans la pièce les morceaux de puzzles et demande à Antonin de retrouver le "u", le "w" ou le "c"... Cette étape s'achèvera par une leçon en trois temps, qui me permettra de vérifier qu'à force de manipulation, Antonin sait produire les sons de ces lettres minuscules... Et puis, j'introduirais trois nouvelles lettres, et ainsi de suite jusqu'à acquisition de toutes.


Ce qui est très drôle, c'est qu'Antonin amènage ce jeu pour sa soeur : "Bon, Louiselle, ferme tes yeux, je vais cacher des lettres ! C'est bon, tu peux ouvrir... Où est le "i" ?" Et lorsque la Damoiselle sèche (non, ne me demandez pas quels sont les lettres ou les chiffres qu'elle sait effectivement lire, je ne veux même pas le savoir, elle a deux ans et demi !!), Antonin lui donne gentiment un indice d'ordre spatial : "Il est À CÔTÉ du poêle... SOUS la table... DERRIÈRE le canapé..."

Voilà une bonne idée d'activité langagière, et qui n'est pas de mon cru ! :-D

À bientôt pour le dernier volet de décembre... consacré à la "Vie pratique" ! :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire